Connect with us

À la Une

RDC-Sankuru: l’UE fâchée contre Lambert Mende

Published

on

Le report de l’élection du gouverneur et vice gouverneur du Sankuru au 20 juillet 209 n’a pas laissé indifférente l’opinion nationale et internationale. À cet effet, le représentant de l’Union européenne (UE) en République démocratique du Congo a publiquement accusé  mercredi 10 juillet 2019 l’ex-porte-parole du gouvernement sous Joseph Kabila, Lambert Mende, de déni de démocratie, justifiant les sanctions de Bruxelles à son égard.
“Encore une fois les élections au Sankuru en RDC sont annulées. Encore une fois, Lambert Mende fait obstacle à la tenue d’élections et justifie les sanctions imposées à son égard par l’UE” a posté sur Twitter Guillaume Chartrain, premier conseiller de la délégation de l’UE.
“Nous serons vigilants quant aux décisions prises à la suite de ce nouveau déni de démocratie locale”, a ajouté M. Chartrain.
Le diplomate français est le numéro 1 de la délégation depuis que l’ambassadeur de l’UE, le Belge Bart Ouvry, a été invité à quitter le pays par l’ancien gouvernement à la veille des élections du 30 décembre.
Initialement candidat unique, Mende a saisi la Cour constitutionnelle contre la réhabilitation de son rival Joseph-Stéphane Mukumadi. Sa candidature avait été invalidée pour détention présumée d’une nationalité étrangère, avant d’être rétablie par le Conseil d’Etat.
Les gouverneurs ont déjà été élus dans la plupart des 25 autres provinces. Ce nouveau report a suscité la rare colère d’un diplomate en poste à Kinshasa.
Lambert Mende est l’une des 14 personnalités sous sanctions de l’UE qui pointe du doigt sa “politique répressive” envers les médias entre 2016 et 2018 quand il était ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement.
Clément Muamba/CONGOPROFOND.NET
%d blogueurs aiment cette page :