Connect with us

À la Une

RDC : « Personne n’a posé la problématique de mettre en cause les actes pris par le Chef de l’Etat parce que la constitution nous l’interdit » ( Célestin Musao, rapporteur de l’A.N)

Published

on

 

« Personne n’a posé la problématique de mettre en cause les actes pris par le Chef de l’Etat parce que la Constitution nous l’interdit », a déclaré Célestin Musao, rapporteur de l’A.N à la suite d’une reunion d’urgence tenue par le bureau de la représentation apess les manifestations qui ont émaillées l’entrée du parlement ce lundi 10 juin.
Manifestations orchestrées par les militants de l’UDPS qui attendaient dénoncer la motion incidentielle introduite le vendredi dernier à la suite des ordonnances présidentielles à la SNCC et à la GECAMINES.
Les combattants de l’UDPS se sont déployés, depuis le matin à l’entrée du Palais du peuple pour empêcher et s’attaquer aux différents députés nationaux qui devraient accéder au siège du Parlement pour les différents rendez-vous de travail.
Pour Célestin Musao Kalombo, il n’a jamais été question pour l’Assemblée nationale de bloquer l’exécution des ordonnances du Chef de l’Etat nommant les gestionnaires des entreprises, à savoir : la Gécamines et la SNCC.

Revenant sur la plénière du vendredi 7 juin au cours de laquelle le débat sur les ordonnances du Président de la République ont eu lieu, Célestin Musao s’est clairement exprimé en ces termes :
« Là n’était pas la mission ou l’objectif de l’Assemblée nationale. Nous savons que le Chef de l’Etat est effectivement irresponsable devant le Parlement.

Et ces actes ne peuvent pas faire l’objet des discussions. Vous avez remarqué que chaque député qui a pris la parole avait tendance à se poser la question sur l’exécutif, le comportement de l’exécutif qui a abouti à une orientation. C’est parce que le Chef de l’Etat a des services, il a un gouvernement.
C’est à ces structures que des questions étaient réservées.

“Personne n’a posé la problématique de pouvoir mettre le Chef de l’Etat en cause parce que la Constitution nous l’interdit. C’était une discussion autour de la gestion des entreprises du Portefeuille,” a-t-il indiqué.

Mais la grande question selon lui, a été celle de savoir à quand le gouvernement ?
C’est un député de l’Opposition qui a soulevé la question en condamnant énergiquement le comportement de la coalition FCC-CACH qui tardait dans les discussions pour que la population puisse avoir un gouvernement
“… Je le souligne donc, il n’était pas question de mettre en cause les actes administratifs pris par le Chef de l’Etat. C’est pourquoi à tout moment, l’Honorable Présidente de l’Assemblée nationale recadrait ceux qui prenaient la parole… », a-t-il insisté.

Avec cet éclairage apporté, le Rapporteur de l’Assemblée nationale invite les responsables de l’UDPS à signifier à leurs militants que le siège du Parlement est un lieu inviolable.

« Si on empêche les députés à se prononcer sur des questions d’actualité, on risque d’avoir une représentation nationale réservée et qui ne pourra pas poser des questions ou des problèmes des populations. C’est un comportement que le bureau condamne », déclare-t-il.

TMB/ CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

FP2030 : Les pays d’Afrique Centrale en réunion stratégique, du 15 au 17 juillet à Kinshasa, pour la promotion de la planification familiale

Published

on

Le Bureau Régional de l’Afrique du Nord, de l’ouest et centrale en collaboration avec le Ministère de la Santé Publique, de l’Hygiène et de la Prévention, et les partenaires, réunissent les délégués constituant la structure des points focaux nationaux du FP2030 de six États d’Afrique centrale à Kinshasa-RDC du 15 au 17 Juillet 2024 pour encourager la planification familiale volontaire et basée sur les droits dans la sous-région à travers le renforcement de la coordination des points focaux.

Cet atelier de trois jours vise à faciliter l’établissement de partenariats efficaces entre les acteurs de la planification familiale en Afrique centrale et à accroître l’accès et l’utilisation d’une contraception moderne volontaire, de qualité et fondée sur les droits pour toutes les personnes qui en ont besoin ou qui le souhaitent dans la région.

L’atelier comprendra des discours d’ouverture, des discussions de groupe et des séances de travail sur un large éventail de sujets liés à la planification familiale, notamment :
– Créer une obligation de rendre compte en renforçant et en établissant les plans d’action nationaux existants.
– Promouvoir l’utilisation de pratiques à fort impact pour la mise en œuvre et l’extension de la planification familiale ; et
– Financer les programmes de planification familiale, y compris la mobilisation des ressources nationales ;
– Comprendre les stratégies de mise en œuvre de la planification familiale dans les situations d’urgence et promouvoir la résilience.
– Aligner les plans d’action nationaux sur les nouveaux piliers d’action de la stratégie pour les adolescents et les jeunes en Afrique centrale.

Les efforts de collaboration de FP2030 et de ses partenaires soulignent l’importance de la planification familiale pour assurer la stabilité et la pérennité de la sous-région.

À propos de FP2030

FP2030 est le seul partenariat mondial centré uniquement sur la planification familiale. “Nous œuvrons pour que chacun, partout, puisse accéder à des contraceptifs volontaires, fondés sur les droits et de qualité, et les utiliser, quels que soient son lieu de résidence, son mode d’identification, son âge ou son statut de partenaire. Cet objectif unique nous permet de rassembler le plus grand nombre possible de partenaires dans toutes les disciplines et tous les secteurs, tout en plaçant la planification familiale au carrefour des programmes mondiaux de santé, de développement et d’égalité des sexes”, précisent ses animateurs.

Dorcas Ntumba/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte