Connect with us

À la Une

RDC : peine de mort pour les musulmans auteurs des violences au stade des Martyrs !

Published

on

Débutée à 14 heures, le vendredi 14 mai, l’audience en flagrance des
musulmans auteurs des violences au stade des Martyrs à l’occasion de la fin du Ramadan a pris fin ce samedi 15 mai à 5 heures du matin au Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe.

Dans son verdict, le Tribunal s’est dit incompétent pour statuer sur le sort du premier groupe d’accusés, car mineurs. Il a décidé de les renvoyer auprès de leur juge naturel, le Tribunal pour enfants.

Cependant, les juges ont décidé la condamnation à la peine de mort pour les auteurs de ces violences constitués en association des malfaiteurs.

Pour ceux qui sont accusés de “rébellion” et “coups et blessures”, ils ont écopé de 5 ans d’emprisonnement. Un autre groupe d’accusés a été acquitté.

Notons que les avocats de la défense avaient  plus tôt, durant le procès, évoqué l’inexistence d’une association des malfaiteurs, encore moins d’une rébellion. Pour eux, il s’agit plutôt d’une “chasse aux musulmans”. Certains ont même évoqué une erreur d’appréciation du ministère public.

Quant à la partie civile, outre les peines d’emprisonnement, elle avait plaidé pour la réparation de l’ordre de 200.000 USD de la part de la Comico et 200.000 autres USD de la part du cheikh Abdallah Mangala.

La pomme de discorde

Le conflit de leadership entre Cheikh Abdallah Mangala et Youssef Djibondo, est à la base des affrontements entre fidèles antagonistes, le jeudi 13 mai 2021 au stade de Martyrs, causant des dégâts matériels et humains graves, notamment mort d’homme.

En effet, la célébration de la clôture du ramadan à Kinshasa a donné l’occasion à ces protagonistes de se régler des comptes sur fond d’une barbarie d’un autre âge. Des véhicules brûlés, des biens matériels vandalisés, ainsi que des blessés graves.

Ces violences perpétrées sont la face visible d’un iceberg des tensions existant au sein de la communauté musulmane depuis que l’Imâm Youssef Djibondo est porté à sa tête.

Présenté comme un homme frustré qui n’aurait pas accepté sportivement de céder son siège de guide, Abdallah Mangala continue jusqu’à ce jour de revendiquer sa légitimité.

À la veille de la fête d’Aïd Moubarak, apprend-t-on, ces deux autorités ont dû payer chacun de son côté un paquet au gestionnaire du stade des Martyrs, en vue d’organiser ce cérémonial. Avant même le jour-j, le gouverneur de la ville-province de Kinshasa Gentiny Ngobila a tenté une réunion de réconciliation avec les deux imams en leur recommandant même de prier ensemble. Les deux hommes n’ont pas pu conscientiser leurs partisans. Faute de temps ou volontairement? La question reste posée.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET

 


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Tshisekedi-Kagame: Rencontre de “vérité” ce mercredi à Luanda !

Published

on

La situation sécuritaire à l’Est de la République démocratique du Congo sera au centre d’un mini -sommet tripartite convoqué ce mercredi 6 juillet 2022 à Luanda en Angola, rapporte la cellule de presse Présidentielle.

Initiée par le président Angolais Joâo Lourenco, cette réunion mettra en face le président Félix Tshisekedi et son homologue du Rwanda.

En froid depuis le regain de violences à l’Est de la RDC et l’appui avéré du Rwanda au M23, les deux chefs d’État ne se sont plus retrouvés en tête-à-tête.

C’est pour participer à cette rencontre voulue “de vérité” que le président de la république Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo est arrivé depuis ce mardi 5 juillet en fin de journée à Luanda en Angola.

 

Paul Kagame accueille Félix Tshisekedi au poste-frontière de Rubavu, au Rwanda, le 25 juin 2021.
Paul Kagame accueille Félix Tshisekedi au poste-frontière de Rubavu, au Rwanda, le 25 juin 2021

Les présidents congolais et rwandais se retrouveront donc à Luanda, en Angola, mercredi 6 juillet 2022, aux côtés du président angolais Joao Lourenço, désigné médiateur par l’Union africaine dans la crise qui oppose les deux pays. Depuis des mois, Kinshasa accuse Kigali de soutenir le groupe rebelle M23, en pleine résurgence dans l’est de la RDC. Un soutien nié par les Rwandais.

La rencontre devrait commencer par un face-à-face, à la mi-journée, entre Félix Tshisekedi et Paul Kagame, en présence du président angolais Joao Lourenço. S’ensuivra une bilatérale élargie avec les délégations des deux parties. Selon une bonne source, le président congolais arrivera avec des membres du ministère des Affaires étrangères, de l’armée, de l’immigration et des renseignements. Des équipes sont d’ailleurs déjà à Luanda depuis plusieurs jours pour préparer le terrain.

Clarification demandée

Selon un bon connaisseur du dossier, la partie congolaise exigera une chose : que le Rwanda clarifie ses liens avec le M23 et mette fin à son soutien. « Les preuves s’accumulent. Il faut que cela cesse et que Kigali tienne un langage de vérité », indique un représentant du Congo, rapporte RFI. Kinshasa affirme même avoir présenté des preuves au médiateur angolais.

Le président Joâo Lourenco a été désigné par l’Union Africaine comme médiateur, en vue de renouer le dialogue entre les deux parties et faire baisser la tension au sein de la sous-région.

Le président de la république Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo est accompagné du ministre des affaires étrangères Christophe Lutundula et de son mandataire spécial Serge Tshibangu.

Bishop Mfundu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising