Connect with us

À la Une

RDC: les généraux Luboya et Ndima nommés gouverneurs au Nord-Kivu et en Ituri

Published

on

Le Nord Kivu et l’Ituri sont dans la fièvre de l’entrée dans l’état de siège qui prendra effet dès ce jeudi 6 mai 2021. Après avoir planté le décor et circonscrit le cadre juridique de ces entités politico-administratives longtemps secouées par des massacres répétitifs perpétrés à Beni, dans la province du Nord-Kivu et en Ituri, le président de la République et commandant suprême des Fardc, de la Police nationale et du Service national, a nommé hier mardi 4 mai 2021 les gestionnaires militaires devant conduire toute la gestion politique, administrative et militaire de ces coins du pays.

Pour le Nord-Kivu, le Lieutenant général Luboya Nkashama Jhonny est nommé gouverneur provincial militaire. Il sera secondé par le vice-gouverneur policier, le commissaire divisionnaire Alongaboni Benjamin.

Compte tenu de l’insécurité récurrente enregistrée ces temps derniers, l’Ituri a été placé sous l’autorité du gouverneur provincial militaire, le Lieutenant-général Ndima Constant, nommé le même jour, et pour renforcer cette gestion d’une province en proie aux incursions des rebelles étrangers alliés à la mouvance djahiste, le chef de l’Etat a placé son dévolu sur le commissaire divisionnaire Ekuka Lipopo Romuald en qualité de vice-gouverneur policier.

Ces nouveaux responsables qui prendront demain déjà leurs fonctions, devront se rendre à Goma et en Ituri pour procéder à la cérémonie-reprise avec leurs prédécesseurs civils. Et comme les choses sérieuses ont commencé, il s’ensuivra la tenue de plusieurs réunions à caractère sécuritaire pour faire l’état de lieu de la situation d’insécurité persistante.

Des séances de travail des conseils de sécurité seront multipliées de manière à circonscrire toutes les menaces sécuritaires, de manière à évaluer l’ampleur de la riposte à infliger aux forces négatives qui écument l’Est de la RDC et qui avaient donné du fil à retordre aux Fardc.

Au soir de la nomination de ces responsables militaires, une chose est certaine, les populations ont applaudi de deux mains la mise en œuvre de ce régime d’exception qui sera d’une rigueur sans pareille et qui fait trembler d’ores et déjà nombreux groupes Maï Maï qui hésitent à opter pour la voie de la démobilisation, du désarmement et de la réinsertion.
Ca sent déjà du feu !

J.R.T./LE PHARE


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Goma: Sur recommandation du Premier ministre, le couvre-feu est levé !

Published

on

Le couvre-feu a été levé ce lundi 26 septembre sur toute l’étendue de la ville de Goma. En revanche, il reste en vigueur dans le reste de la province du Nord-Kivu « en attendant l’amélioration des conditions sécuritaires ». Cette mesure avait été décrétée dans cette province dans le but de protéger la population pendant la période des fêtes de fin d’année en 2021, caractérisée par un pic inhabituel d’insécurité.

La levée de cette mesure dans le chef-lieu du Nord-Kivu intervient peu après la mission de suivi-évaluation de l’état de siège « en vue de réorienter les actions pouvant contribuer à rétablir la paix et la sécurité durables dans cette partie de notre territoire national », effectuée par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde en Ituri et au Nord-Kivu

A cet effet, il avait été demandé au gouverneur militaire d’évaluer son efficacité, après les nombreuses plaintes des populations exaspérées par les tracasseries.

« Nous devons nous assurer avec les autorités militaires que nous puissions mettre fin à toutes ces questions, surtout des questions des tracasseries qui ont été mentionnées. Nous estimons que nous, en tant qu’autorités, devons suivre ce que la population nous dit et travailler dans le sens de lui garantir son bien-être. C’est une population qui n’a que trop souffert et donc nous sommes très sensibles aux messages qui nous sont donnés. Nous avons eu aussi cette demande qui nous a été faite, particulièrement pour la ville de Goma, en ce qui concerne les restrictions en termes de déplacements. Nous avons discuté avec le Gouverneur militaire et donné une indication pour qu’il puisse très vite, réunir le conseil de sécurité et voir les modalités, tout en garantissant la sécurité ici dans la ville de Goma », avait ajouté le Premier ministre Sama Lukonde.

Signalons qu’une première journée ville morte a été observée ce lundi 26 septembre à Goma à l’appel des forces vives et de la société civile en protestation de l’occupation depuis plus de 3 mois de la cité de Bunagana par le M23 et de l’état de siège, jugé inefficace.

Franck Kaky/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising