Connect with us

À la Une

RDC/Ituri : 2 entreprises veulent la tête de Bamanisa !

Published

on

Un pan de voile vient d’être levé sur la détermination du bureau de l’Assemblée provinciale de la province de l’Ituri d’éjecter Jean Bamanisa Saïdi du gouvernorat, malgré la position claire du Chef de l’Etat interdisant la déstabilisation de cette province déjà en proie en des problèmes sécuritaires.

S’interrogeant sur les motivations réelles de la motion de défiance contre le chef de l’Exécutif provincial de l’Ituri, CONGOPROFOND.NET a appris de plusieurs sources concordantes que deux entreprises sont au coeur de cette machination. L’une ayant obtenu des exonérations depuis Kinshasa pour le commerce du carburant et l’autre ayant le monopole sur tout dédouanement à Mahagi. ” Elles seraient derrière cette motion de défiance, en y injectant des milliers de dollars américains pour obtenir le départ de Jean Bamanisa Saidi de la tête de l’Ituri”, affirme-t-on.

Rappelons qu’en arrivant aux affaires dans la province de l’Ituri, Jean Bamanisa Saïdi avait mis en place, en parfaite harmonie avec les opérateurs économiques, une taxe conventionnelle de 1000 USD pour chaque camion citerne qui entre à partir des postes frontaliers de la province. L’argent perçu devrait servir, dans un premier temps, à l’asphaltage de la ville de Bunia. A ce jour, plus d’un million USD ont été mobilisés et grâce à cela, le gouvernement provincial de l’Ituri a signé un contrat avec la société SAFRICAS pour la construction, dans une première phase de 11 Km de voirie à Bunia.

Le gouverneur Bamanisa a pris également une autre décision, bien avant, mais surtout après leur voyage avec le Chef de l’Etat en Ouganda, de sécuriser le péage du Fond National d’Entretien Routier (FONER). Cet argent devrait servir à la réhabilitation et l’ asphaltage de la route Mahagi-Bunia.

Pour maximiser les recettes douanières, Jean Bamanisa a, à plusieurs reprises, écrit aux responsables de la DGDA pour qu’un contrôle soit fait à Mahagi, mais aussi pour installer au poste frontalier d’ARU, le système Sidonia pour le suivi de toutes les transactions douanières.

Si la plupart d’entreprises œuvrant dans le secteur du carburant n’ont pas posé problème, une seule d’entre elles a refusé de suivre la décision du gouvernement provincial de l’Ituri. Car juste avant la prise en fonction du gouverneur Bamanisa, cette entreprise, dont nous taisons sciemment le nom, a pu obtenir des exonérations douanières et, après, à partir du ministère des Finances sortant. Le non paiement de taxes de celle-ci pousse les autres opérateurs économiques du secteur à contester ce système de deux poids deux mesures.

Mais pour le gouvernent provincial, cette entreprise, qui serait l’un des plus grands importateurs du carburant de la province, doit payer comme les autres et ses transactions ont été comptabilisées comme dette à payer pour le compte du trésor de la province.

Une autre entreprise a obtenu depuis longtemps le monopole sur le dédouanement de toutes les marchandises qui passent dans le poste frontalier de Mahagi. Aucune cargaison ne peut passer en dehors de son circuit et c’est elle qui oriente la marge de manœuvre.

Ayant des ramifications à Kinshasa principalement à la DGDA, au ministère des Finances mais aussi de certains acteurs politiques, ces deux entreprises se sont mises en danse pour faire partir le gouverneur Bamanisa, en y injectant de l’argent et autres.

Mais pour le gouvernement provincial de l’Ituri, les taxes et autres redevances provinciales devraient servir au développement des différentes entités administratives locales en commençant par l’asphaltage des différents axes routiers de la province pour faciliter les transactions transfrontalières.

 

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET