K-WA Advertising

Connect with us

À la Une

RDC-FMI: vers une commission mixte pour le suivi rapproché de l’amélioration des recettes

Published

on

Le Chef de l’État Félix-Antoine Tshisekedi poursuit son séjour de travail aux États-Unis d’Amérique. Comme prévu, il a été reçu lundi 02 mars 2020 par Kristalina Georgieva, Directrice générale du Fonds monétaire international.

 

D’entrée de jeu, le Chef de l’État Félix-Antoine Tshisekedi a commencé par félicité Kristalina Georgieva pour son élévation en tant que Directrice de cette institution financière internationale, avant de lui rappeler que renouer avec le FMI contribue à renforcer la mise en œuvre de sa vision qui vise l’amélioration de la gestion des finances publiques.

 

Durant cette réunion, il a aussi été question du renforcement des capacités des agents de l’administration fiscale et douanière, de la mise en place par la RDC d’un arsenal de lutte contre la corruption au niveau des régies financières pour améliorer la collecte des ressources.

 

Le successeur de Joseph Kabila Kabange a aussi indiqué que des réformes fiscales sont en cours afin d’améliorer les recettes et rendre le sytème fiscal congolais attractif. Face à la faible mobilisation des recettes constatée au début de ce premier trimestre de l’année 2020, Félix Antoine Tshisekedi a promis que sous son impulsion une commission mixte gouvernement/présidence sera mise en place dès son retour à Kinshasa pour le suivi rapproché de l’amélioration des recettes et l’exécution des finances publiques.

 

Pour sa part, Kristalina Giogieva se dit satisfaite de ses entretiens avec le président Tshisekedi et le ministre des Finances, José Sele. Au cours de cette séance de travail à Washington, Kristalina Giorgieva a longuement exhorté la partie congolaise de respecter les critères de réalisation quantitatifs et les repères structurels du programme de référence mis au point avec le FMI. Elle se dit néanmoins confiante qu’en mai, le conseil d’administration pourrait négocier un programme triennal si et seulement si la RDC fait des efforts.

 

Il sied de rappeler que depuis la demande par le chef de l’État congolais de la reprise formelle des relations avec les institutions de Bretton Woods, 3 dates-clés ont été retenus pour des résultats à mi-parcours des performances de la gestion de l’administration Tshisekedi. Le 31 décembre était au satisfecit du FMI assorti d’une enveloppe consistante pour renforcer ses réserves en devises.

 

Les résultats au 31 mars seront sûrement plus compliquées avec le deficit budgétaire ayant été la règle durant les deux premiers mois de l’année 2020. Le résultat final au 31 mai, date de fin du programme de référence, aura donc toute son importance. Le gouvernement Sylvestre Ilunga Ilunkamba, sous la direction de Félix Tshisekedi, doit fournir d’efforts dans la mobilisation des recettes sur base des réformes structurelles pour parvenir à cet accord de financement qui leur donnera les moyens de mieux appliquer son projet de société.

 

 

 

MUAMBA MULEMBUE CLÉMENT/CONGOPROFOND.NET

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

À la Une

EPST : La Synergie des Syndicats des enseignants met en garde le SECOPE !

Published

on

La Synergie des Syndicats des enseignants de la République Démocratique du Congo, réunie en Assemblée Générale le samedi 14 mai 2022 à Kinshasa, pour évaluer les promesses du Gouvernement aux enseignants, a lancé une mise en garde à l’endroit du Service de la Paie et du Contrôle des enseignants (SECOPE).

Au cours de la déclaration finale de cette réunion, lue devant la presse, le Secrétaire Général du Synecat, Jean-Bosco Puna, s’est exprimé en ces termes : ” La Synergie met en garde le SECOPE et l’invite à assurer ses prérogatives, conformément à ses missions initiales “.

Par contre, rien n’a été précisé comme grief à l’endroit de ce Service, lors de cette déclaration.

Dans la recherche des informations, la rédaction du CONGOPROFOND.NET est entrée en contact avec des écoles et a constaté que la grande majorité des enseignants mécanisés par le SECOPE, au mois de janvier, n’a pas été payée en avril, comme annoncé par le ministre de l’EPST.

Pour les enseignants affiliés à ces Syndicats, le Gouvernement n’a pas réalisé les promesses faites à Mbuela Lodge à Kisantu, au début du mois de novembre 2021, lors des négociations entre banc syndical des enseignants et le banc gouvernemental.

C’est pourquoi, ajoute Jean-Bosco Puna, : ” Les enseignants demandent au Gouvernement, avant d’envisager la rentrée scolaire prochaine, de suspendre la retraite cavalière, de payer le troisième palier à tous les enseignants de l’EPST et de payer les vrais enseignants N.U “.

Néanmoins, précise-t-il : ” Les enseignants décident de poursuivre les enseignements dans toutes les écoles primaires et secondaires, sur toute l’étendue de la République Démocratique du Congo et attendre la clôture de l’année scolaire 2021-2022, pour des actions bien planifiées à leur profit “.

Rappelons que l’année scolaire en cours a démarré le 04 octobre 2021 sur fonds de grève, au niveau des écoles publiques.

Les enseignants revendiquent l’amélioration de leurs conditions sociales. Les points saillants de ces revendications sont la régularisation de la situation des enseignants dits N.U et le paiement des deuxième et troisième paliers de salaires.

Selon les autorités, 70.023 enseignants Nouvelles Unités viennent d’être payées en avril dernier.

Jules KISEMA KINKATU/CONGOPROFOND.NET

Continue Reading

K-WA Advertising