Dev Solaire

Connect with us

À la Une

RDC : FFJ salue le pluralisme d’opinions politiques dans le média audiovisuel public

Published

on

Freedom for journalist (FFJ), organisation de défense de la liberté de la presse et du droit à l’information salue l’acceptation, peu à peu, du pluralisme d’opinions politiques à la Radiotélévision nationale congolaise (RTNC), média audiovisuel public en République démocratique du Congo (RDC).

FFJ note que le nouveau régime en place depuis le 30 décembre 2018 s’ouvre à d’autres courants politiques majeurs opposés à sa vision de la gouvernance du pays à travers la RTNC, pourtant reconnue naguère comme le vecteur principal de la pensée unique sous le régime du président Mobutu, puis celui du président Kabila, resté au pouvoir pendant 18 ans.

«Le président Tshisekedi devra accompagner la contradiction dans les médias publics, car une société où toutes les opinions sont tolérées est celle qui espère se développer », selon le communiqué de l’organisation signé par son directeur, Désiré-Israël Kazadi

La RTNC était réfractaire à toute opinion contraire à celle du régime Kabila, les rares membres de l’opposition invités dans des émissions n’avaient suffisamment pas d’épaisseur politique.

L’OZRT (Office zaïrois de radiodiffusion et de télévision), devenue RTNC, sous le maréchal Mobutu, au pouvoir durant 32 ans (1965-1997), était pris en otage, pendant les trois décennies, par le Mouvement populaire de la révolution (MPR), parti du président Mobutu, unique formation politique acceptée dans le pays avant le multipartisme lancé en 1990. «Sous Mobutu comme sous Kabila, le média audiovisuel public n’a pas contribué à la contradiction, à la pluralité d’opinions ou encore à cimenter la démocratie dans le pays. Il a plutôt servi à enraciner la dictature des deux régimes politiques précédents, et de manière éphémère, celui du président Laurent-Désiré Kabila », ajoute le communiqué.

«FFJ espère que le nouvel élan imprimé par les nouvelles autorités se poursuivra et l’engagement pris par le président Tshisekedi de redonner à la presse sa place de quatrième pouvoir sera concrétisé», souhaite l’organisation qui appelle le nouveau président à s’impliquer pour le parlement adopte une loi sur la presse, extirpée des poursuites judiciaires contre le journaliste pour avoir dit ou publié la vérité au nom de l’infraction de diffamation et imputations dommageables.

FFJ souhaite que l’Agence congolaise de presse (ACP), support public d’informations se mue comme la RTNC en un média entendu comme un service public d’intérêt général et non partisan.

L’ancien premier ministre sous le régime Kabila, Augustin Matata avait assuré solennellement de s’impliquer au processus de dépénalisation des délits de presse lors de son discours d’investiture mais a quitté le gouvernement sans une moindre avancée.

FFJ demande à la législature en cours d’installation de donner la priorité aux propositions de loi relatives à la presse laissées parmi les arriérés législatifs par les parlementaires sortants, dont celle relative à l’accès à l’information et celle relative à la liberté de la presse.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET

%d blogueurs aiment cette page :