Connect with us

non classé

RDC : F. Tshisekedi lève la suspension de l’installation des sénateurs élus

Published

on

C’est désormais officiel. Les élus des élus issus des élections du 15 mars dernier dans les assemblées provinciales de 24 sur 26 provinces de la République démocratique du Congo seront installés incessamment.

À cet effet, dans un communiqué de la présidence de la République démocratique du Congo lu ce jeudi 28 mars 2019 sur la Radio Télévision nationale congolaise, le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, a indiqué avoir pris acte du pré-rapport sur les allégations de corruption relevées autour des élections des sénateurs lui soumis par le procureur général de la Cour de cassation après la réunion de concertation avec les procureurs généraux près les cours d’appel à travers toute la République.

Ainsi, a-t-il fait savoir, que plus rien ne peut empêcher à l’installation du Sénat.

A ce sujet, le président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi a encouragé et félicité les magistrats pour le travail abattu et réaffirme sa détermination à combattre la corruption sous toutes ses formes.

À quelques jours de la tenue des élections législatives nationales et provinciales à Bénie, Butembo ( Nord-Kivu) et Yumbi dans le Mai Ndombe, en sa qualité de père de la nation et garant du bon fonctionnement des institutions, le président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, a dans le même communiqué invité les populations de ce coin du pays à se mobiliser afin d’accomplir dans la sérénité leurs devoirs civiques en se rendant aux urnes ce dimanche 31 mars 2019 conformément au calendrier de la CENI.

Conscient des problèmes auxquels sont confrontées ces populations, précise le même communiqué, Félix Tshisekedi les rassure que toutes les dispositions liées à la tenue effective de ces élections apaisées, notamment des dispositions sécuritaires et sanitaires sont prises afin que lesdites élections se déroulent dans de bonnes conditions.

À titre de rappel, les élections présidentielle et législatives nationales et provinciales avaient été décalées dans les villes de Beni et Butembo ainsi que dans les territoires de Beni et de Yumbi dans le Maï-Ndombe, suite à la maladie à virus Ebola, mais également au motif de la situation sécuritaire peu rassurante.

S’agissant des élections des sénateurs, le FCC par le biais de son coordonateur du comité stratégique, Néhémie Mwilanya, avait rejeté sans ménagement les résolutions de la dernière réunion inter institutionnelle suspendant l’installation des sénateurs élus.

Il relève qu’en tant que cadre de concertation ne disposant d’aucun pouvoir de décision, linterinstitutionelle, elle ne serait fondée qu’à formuler des recommandations aux Institutions constitutionnellement habilitées à prendre des décisions dans les matières ayant fait l’objet de ses délibérations, mais également en se basant de l’article 114, alinéa 1 de la constitution qui stipule que chaque chambre du Parlement se réunit de plein droit en session extraordinaire le 15e jour suivant la proclamation des résultats des élections par la commission électorale nationale indépendante.

MUAKAMU/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

Santé

Malnutrition infantile en RDC : Un sombre tableau sous les regards fantaisistes du ministre de la santé Samuel-Roger Kamba

Published

on

Au cœur de l’Afrique, la RD Congo se trouve confrontée à une crise silencieuse mais dévastatrice : la malnutrition infantile. Selon l’enquête MICS-Palu 2018, le pays compte près de 9 millions d’enfants de moins de 5 ans touchés par la malnutrition chronique, tandis que près de 2 millions d’enfants de cette tranche d’âge souffrent de malnutrition aiguë sévère.

Au sein de ce pays riche en ressources naturelles et en diversité culturelle, le ministre de la santé Samuel-Roger Kamba se retrouve confronté à un défi monumental, plaçant la RDC en tête de liste des pays de la région où les enfants ne grandissent pas bien. Alors que les regards se tournent vers son excellence Kamba pour des actions concrètes, il est impératif de reconnaître l’urgence de la situation et d’agir de manière décisive pour inverser cette tendance alarmante.

Face à ces statistiques accablantes, il est crucial que le ministre de la santé, de l’hygiène et de la prévention adopte des politiques et des programmes novateurs, centrés sur l’accès à une nutrition adéquate pour chaque enfant congolais. L’heure n’est plus aux discours stériles, mais à une action concertée et efficace pour garantir un avenir sain à la génération montante de la RDC.

Au-delà des chiffres et des statistiques, se dessine un appel à la responsabilité sectorielle, où le ministre de la santé qui n’a pas mis en place une politique en la matière, se doit de résoudre ce problème et éradiquer ce fléau insidieux. La malnutrition infantile ne doit plus être une réalité; elle doit être combattue avec détermination, compassion et engagement pour offrir à chaque enfant un avenir prometteur et sain.

TEDDY MFITU

Polymathe, chercheur et écrivain / Consultant senior cabinet CICPAR


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte