Connect with us

À la Une

RDC/Ebola: Le Professeur Muyembe souhaite que les habitants de Lwemba et de Biakato fêtent Noël et nouvel an en toute quiétude. 

Published

on

Le Prof Muyembe, Sécretaire technique du comité multisectoriel de la riposte de la maladie à virus Ebola, a affirmé lors de la conférence de presse tenue à Kinshasa ce samedi 14 décembre 2019, que n’eût été les évènements du 27 au 28 novembre, l’épidémie serait presqu’à sa fin.

 

«Nous devons revoir nos estimations pour mettre fin à cette épidémie. Nous souhaitons que nos amis à Lwemba et Biakato fêtent Noel et nouvel an dans la paix, en n’ayant pas la crainte de l’épidémie. Mais comme vous le savez, c’est difficile de faire des prévisions ou donner une date parce que, ce ne sont pas seulement les capacités scientifiques de surveillance et de lutte qui sont en jeux, mais il y a beaucoup de problèmes qui ne dépendent pas de nous : la sécurité de nos équipes qui traitent les malades et qui vont vacciner la population» a souligné le professeur.

 

Il a notamment précisé que, sur 29 zones de santé, il y a 24 qui n’ont plus déclaré la présence du virus depuis plus de 21 jours. D’autres ont fait plus de 400 jours sans nouveau cas.

“Au ministre de la santé et l’OMS de voir s’il faut déclarer partiellement la fin de l’épidémie pour ces zones. Nous sommes en train d’envisager cela selon le taux de transmission dans les zones qui ont fait plus de 42 jours. C’est le cas à Mwenga au Sud Kivu avec plus de 100 jours sans cas”.

 

Jean-Jacques Muyembe a précisé qu’il y a aujourd’hui deux foyers principaux à Biakato et Lwemba en Ituri. Les efforts seront déployés vers ces points chauds pour y concentrer la riposte et finir vite l’épidémie. Le numéro Un de la riposte y était pour parler franchement avec la population, consciente de l’existence de l’épidémie et de la menace qu’elle représente.

«La population souhaite que les agents de riposte rentrent. Je leur ai promis le retour des équipes avec comme première phase la vaccination de masse pour tous les villageois. Depuis le 12 décembre la vaccination a débuté».

La sécurité des agents redéployés sera renforcée avec l’éclairage tout autour des centres de traitement et leurs bases de vie. Mais également l’escorte des agents de vaccination qui se déplacent accompagnés par des militaires. «Nous plaidons pour que des équipes permanentes des FARDC soient mis à disposition pour sécuriser nuit et jour les équipes de riposte. Ce n’est pas la militarisation de la riposte, mais nous ne voulons pas exposer nos agents dans ces zones où opèrent les milices». A-t-il conclu

 

 

Petit Ben Bukasa/CONGOPROFOND.NET

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

%d blogueurs aiment cette page :