Connect with us

À la Une

RDC : chemin de la croix pour les journalistes à la veille des élections (FFJ)

Published

on

A l‘occasion de la Journée internationale pour la fin des crimes contre les journalistes commémorée le 02 novembre 2018, Freedom for journalist (FFJ), note une nette hausse de violentes attaques visant les journalistes de la République démocratique du Congo (RDC) durant l‘année 2018 et une période bien difficile pour les professionnels des médias à la veille des élections générales dans le pays.

Le rapport de l‘organisation de défense de la liberté de la presse et du droit à l‘information programmé pour être rendu public à l‘occasion de la célébration de la Déclaration universelle des droits de l‘homme en décembre révèle que le taux des femmes journalistes contrariées à faire, en toute indépendance, leur travail a été particulièrement élevé à Kinshasa par rapport aux années antérieures.

«Dans la capitale, une femme journaliste a été enlevée puis retrouvée et une autre femme journaliste a été placée en détention préventive pendant plus d’une semaine en prison pour diffamation », note la synthèse du rapport.

L‘année s’est particulièrement caractérisée, constate l‘organisation, par l‘arrestation de cinq journalistes d’une maison de rédaction à Kinshasa assortie de la chasse à l‘homme lancée contre son directeur par la Police.

FFJ ajoute que les typologies les plus représentatives des violations des droits des journalistes ont été recensées à l‘exception de l’assassinat pour l’année 2018. «Aucun cas de journaliste assassiné ou tué n’a pas été rapporté. Cependant, la RDC a vu son image écornée par des cas d’un journaliste présentement en prison comme Tharcisse Zongia, des journalistes interpellés, voire agressés, maltraités ou torturés, journalistes incarcérés puis libérés, journalistes ou médias menacés, harcelés ou fermés, pressions économiques, administratives judiciaires ou économiques, entraves à la libre circulation de l’information. Des violences attaques contre les journalistes ont été documentées», selon le communiqué de FFJ.

«Des pressions économiques, administratives judiciaires ou économiques, assorties de cas d’entraves à la libre circulation de l’information ont essentiellement ciblé les médias appartenant aux opposants au régime», dit constater l‘organisation.

«Face à un cadre légal défaillant, FFJ appelle à la reformulation de la loi nationale qui règlemente la presse puisque la diffamation à charge du journaliste peut l‘amener à l‘emprisonnement quand bien même il a publié ou dit la vérité», plaide l‘ong.

Comme le font remarquer l‘UNESCO et le secrétaire général de l‘ONU, les agressions contre les professionnels des médias sont souvent perpétrées dans des situations non conflictuelles par des groupes du crime organisé, des milices, le personnel de sécurité et même la police locale, faisant des journalistes locaux les cibles les plus vulnérables. Cette quasi-impunité constitue un encouragement pour les criminels et les groupes armés qui se font régulièrement remarquer par leurs actions contre les journalistes. Informer n’est pas un crime.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

À la Une

Or: Remplacements des réserves et nouvelles opportunités pour sécuriser le programme de KIBALI étalé sur plus de 10 ans

Published

on

La plus grande mine d’or d’Afrique, Kibali, est sur la bonne voie pour le remplacement de ses réserves réduites par l’exploitation en 2022, tandis que de nouvelles opportunités de croissance soutiendront également son plan d’affaires étalé sur plus de 10 ans et son statut de l’un des actifs de niveau 11 de Barrick Gold Corporation.

Le président et président directeur général de Barrick, Mark Bristow, a déclaré à la presse aujourd’hui que le gisement prolifique KCD de Kibali continuait d’offrir de la valeur supplémentaire vu que le forage actuel est axé sur la conversion des ressources en réserves et sur l’exploration des filons qui sont encore ouverts en profondeur. En outre, les cibles de Mengu Hill, Ikanva et Gorumbwa présentent le potentiel nécessaire pour renforcer le portefeuille souterrain de Kibali.

« Kibali est une opération très rentable avec ses trois centrales hydroélectriques de classe mondiale qui couvrent la majeure partie de ses besoins énergétiques. Elles seront suppléées par une nouvelle centrale solaire de 17MW qui, une fois achevée en 2025, fera passer la part des énergies renouvelables dans les sources énergétiques de la mine de 81% à 93%, » a déclaré Bristow.

Les références écologiques de Kibali comprennent également la réduction continue des eaux douces provenant de la rivière Kibali et un programme de reboisement qui, à ce jour, a permis de planter plus de 10,000 arbres. La mine poursuit son programme d’appui à la conservation de la biodiversité au Parc National de la Garamba en RDC, avec la réintroduction des rhinocéros provenant d’Afrique du Sud. Les 16 premiers rhinocéros sont attendus à Garamba d’ici la fin du deuxième trimestre de cette année et seront suivis de 60 autres au cours des trois prochaines années.

Conformément à la politique globale de Barrick consistant à employer et à promouvoir les ressortissants du pays hôte, Arthur Kabila a été nommé premier directeur général congolais de Kibali. Depuis l’année dernière, huit autres postes clés de direction et techniques sont désormais occupés par des Congolais.

 

Tshieke Bukasa/Congoprofond


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising