Connect with us

Actualité

RDC/Beni: la situation sécuritaire plus que jamais explosive avec la résistance des ADF

Published

on

A exactement un mois des élections attendues libres et démocratiques en République Démocratique du Congo, la situation sécuritaire semble de plus en plus explosive dans la région du Kivu, en particulier au Nord-Kivu, plus précisément à Beni. Il ne se passe pas un week-end sans que les rebelles ougandais de l’ADF (Allied Democratic Forces) s’illustrent par des carnages et tueries des populations civiles habitant la ville de Beni et ses environs, sans que l’on puisse comprendre les véritables motivations de ces attaques.

Alors qu’en date du 13 novembre 2018, les Forces Armées de la République Démocratique du Congo et la force dintervention des Nations Unies avaient lancé une vaste offensive contre les rebelles Ougandais de l’ADF pour les déloger de leur bastion et d’y mettre fin à leurs activités dans le territoire de Beni, il s’est dégagé par contre que ces rebelles opposaient une forte résistance à cette offensive. Ainsi, un jour après le lancement de cette offensive, 7 casques blues ont perdu la vie durant les affrontements contre ces rebelles ADF dans la forêt de Mayangose, dans le territoire de Beni.

Comme sil n’en suffisait pas, ces même rebelles, en dépit de cette offensive conjointe de l’armée congolaise et de la force onusienne, se sont même permis d’attaquer, le samedi 17 novembre 2018, le centre ville de Beni et en même temps une des bases des forces d’interventions de l’ONU occupée par des contingents malawites. 3 civils ont été tués durant ce raid et des nombreux dégâts matériels ont été recensés, étant donné que ces rebelles durant leur retraite avaient brulé certaines maisons d’habitations et des voitures des particuliers.

Au vue de ces attaques récurrentes et de cette résistance farouche opposée à cette offensive conjointe, il y a lieu de s’interroger sur le ravitaillement et l’organisation de ces rebelles Ougandais.

La population réunie au tour de quelques corps des victimes de massacre à Païda-Talyata

Ainsi, l’on se poserait clairement la question de savoir qui fourni des armes à ces rebelles ADF ? Doù tirent-ils cette force capable de résister à l’offensive conjointe de l’armée congolaise et de la Brigade d’intervention de l’ONU ? Comment comprendre cette audace ou cette assurance de ces rebelles ADF de s’attaquer directement à une base de l’ONU alors qu’ils font l’objet dune offensive ?

A la lumière de ces questions, l’on comprendrait que cette situation des tueries récurrentes dans la région de Beni mérite de requérir une attention particulière de la part de la communauté internationale au regard des implications multiples constatées dans l’organisation de ce mouvement rebelle ougandais sur le sol congolais. Le Gouvernement doit, au-delà des efforts de l’armée congolaise déradiquer ce mouvement rebelle, impliquer les Etats de la CIRGL dans la résolution de ce conflit puisqu’il sagit aussi de leur responsabilité au regard des origines de ces rebelles.

Ces attaques récurrentes des rebelles ADF contre les civils observées ces derniers temps presque tout les week-ends, risquent de compromettre la bonne tenue des élections dans cette région de Beni.

Plusieurs villages et cités du territoire de Beni sont entrain de se vider de leur population par peur de ces rebelles ADF. Ainsi plusieurs familles quittent Beni pour se rendre dans la province voisine de l’Ituri, soit dans le territoire de Rutshuru ou dans la ville de Butembo pour essayer de se mettre à l’abri de l’insécurité. De ce fait, ce déplacement massif de la population risquerait dimpacter négativement sur la bonne organisation des élections dans cette partie de la République Démocratique du Congo.

Joseph SEKABO Journaliste indépendant et activiste des droits de l’Homme

Nairobi/ Kenya

CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

À la Une

RDC : Denise Nyakeru Tshisekedi honore la 6ème promotion de l’École de Renseignement Militaire

Published

on

Cent quatre vingt-cinq (185) Officiers de renseignement militaire ont reçu des mains de Denise NYAKERU TSHISEKEDI les brevets de fin de formation ce vendredi au Centre supérieur militaire dans la commune de Ngaliema.

L’épouse du Chef l’Etat a, à cette occasion, témoigné son soutien aux vaillants militaires qui défendent, de fois au péril de leur vie, l’intégrité du territoire national en ce moment où le pays fait face à une guerre injuste imposée par le Rwanda à cause de ses ressources naturelles.

Pour la Distinguée Première dame, l’engagement de servir sous les couleurs du drapeau national est un motif de fierté mais aussi une marque de courage exceptionnel.

 » C’est une vraie source d’inspiration sur le sens du devoir pour nos populations et particulièrement pour notre jeunesse.
En tant que femme congolaise, je me réjouis de la présence de cinq (5) femmes parmi les 185 lauréats de cette promotion. Cependant , je me questionne sur le faible taux de représentativité de la femme dans cette session soit 3%.
Ce constat est presque général au sein de nos forces de sécurité « , a-t-elle dit.

Denise NYAKERU TSHISEKEDI a, à cet effet, plaidé auprès des autorités militaires pour qu’elles assurent une présence féminine dans le commandement des différents services de sécurité et d’impliquer davantage les femmes dans les opérations dans les zones de conflit.

Cela aiderait, à l’en croire, à la prévention de certaines formes de discrimination que pourrait subir les femmes au sein de l’ appareil sécuritaire et à la lutte contre les violences sexuelles basées sur le genre en zone de conflit.

La Première Dame a, par ailleurs, indiqué que cela ne peut être possible que si les femmes elles-mêmes comprennent qu’elles ont des capacités pour servir le pays dans ce domaine.

Pour sa part, le Chef d’Etat Major des FARDC, Christian TSHIWEWE SONGESHA, a exhorté les lauréats à mettre à contribution les connaissances acquises pour améliorer la qualité des services de renseignements en RDC.

L’effectif de ces officiers de renseignements était de Deux -cent- cinquante six (256), cent quatre vingt cinq (185) réussites avec cinq (5) distinctions, trente-six (36) échecs, trente- trois (33) ont abandonné et deux(2) sont décédés.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising