Connect with us

Actualité

Programme Sino-congolais: Alexis Gisaro responsabilise les parties prenantes du volet infrastructures

Published

on

Dans le cadre de la mise en œuvre du programme sino-congolais dans le secteur des infrastructures, le Ministre d’État aux ITP, Alexis Gisaro a, le jeudi 20 juin 2024 dans son cabinet de travail, tenu une séance de travail avec toutes les parties concernées dont la Sicomines, l’Agence de Pilotage, de Coordination et de Suivi des Conventions (APCSC), l’Agence Congolaise des Grands Travaux ( ACGT) et la délégation de la Présidence de la république.

Au cours de cette rencontre, il était question de mettre en œuvre un mécanisme pour permettre d’avoir un programme sinocongolais bien ventilé. Ainsi, le patron des ITP, Alexis Gisaro a clairement octroyé à chaque partie prenante ses tâches et responsabilités afin d’éviter le chevauchement et/ou les violations.

Satisfait de cette réparation des tâches, le Coordonnateur de ce programme, Freddy Shembo a indiqué qu’après la crise entre le Gouvernement congolais et la Sicomines, il vaut que les choses soient vues autrement.

« Vous savez qu’on sort d’une crise avec ce programme et on ne peut pas faire la même chose et attendre un autre résultat. On ne peut pas continuer avec le même rythme qu’on avait avant la renégociation. Ici, c’est comprendre d’abord au niveau du volet des infrastructures, quels sont les acteurs, quels sont rôles des volets à chacun des ses acteurs là afin que le travail soit bien fait. Et que chaque acteur prenne sa responsabilité pour qu’en cas des manquements ou violentions que les responsabilités soient clairement établies. Aussi que les gens soient conscients sur les différentes implications de ce programme sur le plan quinquennal du Président de la République. Et, donc, le Ministre d’État a fait le tour de toutes ces questions et a communiqué à toutes les parties les différents changements et les aspects pratiques», a fait savoir Freddy Shembo.

S’agissant du lancement de la Rocade de Kinshasa qui sera fait par le Président de la république sous peu, le Coordonnateur de l’APCSC a d’abord signalé l’importance du programme sino-congolais et ensuite, a salué ce pas géant que Kinshasa va connaître dans quelques années comme d’autres mégapoles du monde.

« C’est une grande fête pour la famille du programme sinocongolais parce que ce programme existe pour la construction des infrastructures. Son volet minier n’est que le moyen pour nous permettre de construire le pays. Malheureusement pendant longtemps, les gens se sont concentrés que sur le volet minier et ont ignoré le volet des infrastructures. Et, on s’est retrouvé avec un pays qui n’est pas construit alors que notre cuivre est exploité. Ce lancement est un signal fort pour la première fois, Kinshasa sera doté d’un périphérique comme toutes les grandes métropoles du monde: New-York, Paris, Bruxelles», a-t-il conclu.

Notons que le Ministre d’État, Ministre des Infrastructures et Travaux Publics, Alexis Gisaro tient mordicus à imprimer une nouvelle marque en ce nouveau quinquennat dans toute la République Démocratique du Congo.

Cellcom/P ITP


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

PDL-145 T : “Les infrastructures routières délabrées constituent un véritable goulot d’étranglement à la mise en œuvre de la phase 1” (CFEF)

Published

on

La mise en œuvre du Programme de développement à la base de 145 territoires connaît plusieurs contraintes qu’il faille résoudre pour son effectivité et son aboutissement harmonieux.

Bien que plusieurs réalisations soient dénombrées dans différents territoires, ça ne renvoie pas à occulter les contraintes, notamment logistiques et celles liées à l’absence et la vétusté d’infrastructures routières.

Le coordonnateur de la Cellule d’exécution des financements en faveur des États fragiles (CFEF), qui met en oeuvre ce programme dans 7 provinces, a indiqué que la question des infrastructures en amont revêt un caractère central pour impulser les projets de développement à l’intérieur du pays.

Les infrastructures routières délabrées constituent un véritable goulot d’étranglement à la mise en œuvre de la phase 1 du PDL-145T. Afin d’accélérer la mise en œuvre des autres phases du PDL-145T, il est indiqué de lancer rapidement la réhabilitation et la construction des infrastructures routières“, a fait savoir Alain Lungungu.

Il intervenait au cours d’une conférence-débat organisée par la Dynamique Judith Suminwa Tuluka ce mercredi à Kinshasa. Le coordonnateur de la CFEF a indiqué que le taux d’achèvement dans les provinces sous sa direction est à 52 % sur les 635 ouvrages prévus.

À l’en croire, tous les chantiers sont progressivement approvisionnés en matériaux de construction par voie routière et fluviale, en dépit des contraintes logistiques majeures.

Les observateurs notent qu’il était impérieux de commencer la mise en œuvre du PDL-145T par la deuxième phase, au lieu de la première. Cela pouvait réduire sensiblement, affirment-ils, les difficultés liées à l’acheminement des matériaux de construction dans les chantiers.

Il sied de rappeler que la deuxième phase de ce programme consiste à la réhabilitation de 11.703 kilomètres de voies de desserte agricole.

Willy Theway Kambulu/ CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte