Connect with us

À la Une

Nord-Kivu : 18.000 femmes victimes des violences basées sur le genre depuis janvier 2020

Published

on

Ces statistiques ont été communiquées par le coordonnateur du bureau décentralisé zone Est du Fonds des nations-Unies pour la Population (UNFPA), au cours du lancement de la campagne de 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes et aux filles ce mercredi 25 novembre à Goma, par la ministre provinciale du genre, famille et enfant.

Pour Keneth Ehouzou, 18.000 femmes ont été victimes des violences basées sur le genre depuis janvier 2020 avec la situation de la Covid-19. D’où ces 16 jours, doivent être une aubaine pour faire parler les voix de ces femmes victimes de ce traitement, a-t-il souhaité.

Dans la même veine, l’ONU femmes a aussi dressé un tableau sombre de la femme congolaise avec surtout l’augmentation des cas des violences basées sur le genre soit 58 % au premier semestre 2020. Aussi, les violences domestiques ont été enregistrées et les différentes formes d’abus sexuelles avec la clé, au premier et deuxième semestre 2020, 28 % des cas rapportés pendant la période de confinement lié à la pandémie de Covid-19, a révélé cette agence onusienne.

C’est ainsi qu’elle a appelé tout le monde à s’impliquer dans la lutte pour renverser la tendance. C’est aussi le vœu des organisations féminines de la société civile du Nord-Kivu.
«Nous recommandons à tous les hommes présents dans cette salle de s’impliquer pour ranger la province du Nord-Kivu et même dans les parties qui sont entachées, en apportant leur appui dans la défense et la protection des droits des femmes et des filles dans la province du Nord-Kivu. Nous recommandons encore aux autorités provinciales de matérialiser leur promesse à rapport avec le suivi de l’action de fermeture des maisons de tolérance en ville de Goma et dans les territoires du Nord-Kivu », a souhaité Feza Bikayi.

Quant à la ministre provinciale du Genre, famille et enfant, Pélagie Uwayo, qui, au nom du gouverneur de province, a lancé ladite campagne, elle a rassuré que « le gouvernement provincial ne ménagera aucun effort pour militer pour l’adoption et l’application des politiques et des lois qui protègent les femmes et établissent des rapports égalitaires entre les femmes et les hommes dans l’objectif de soutenir et renforcer le travail des organisations impliquées dans la lutte contre les violences sexuelles. Transformer les mentalités qui perpétuent les violences à l’égard des femmes et filles ».

Précisons que le thème international de cette campagne est « Tous unis pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes. Oranger le monde : Financer, prévenir, répondre, collecter ! » ; alors que le thème provincial est : « Tolérance zéro contre les abus sexuels au Nord-Kivu ».

Cette campagne de 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes et filles prendra fin le 10 décembre prochain, avec la célébration de la journée mondiale des droits de l’homme.

Dalmond Ndungo/CONGOPROFOND.NET