Connect with us

À la Une

“Mémo” sur la gestion de la Gécamines: “C’est une distraction. La vérité est ailleurs !” ( syndicalistes)

Published

on

Un panel de syndicalistes de l’entreprise minière publique Générale des carrières et des mines (Gécamines) est monté au créneau, ce mardi 19 février 2019, pour récuser le “mémorandum anonyme” d’un groupe de soi-disant agents (salariés) mettant en cause la gestion du comité dirigé par Albert Yuma. ” La vérité est ailleurs. Ce n’est pas la megestion. C’est une distraction. On cherche à créer une certaine méfiance avec l’avènement du président du président Félix Tshisekedi… “, a déclaré Mechack Kasongo Mabwisha, président intersyndical Gécamines SA.

Au cours d’une conférence de presse animée à l’hôtel Rotana Kin Plaza, Kasongo Mabwisha et ses camarades de plusieurs syndicats de cet ancien fleuron de l’industrie congolaise, ont fait savoir que les agents de leur société ne sont pas les plus aisés ni les plus misérables, mais ont toutefois un souci de l’amélioration de leur net à payer. Pour eux, le contenu du mémo anonyme répercuté même par des médias internationaux n’a qu’un seul objectif: nuire à l’entreprise. ” Nous connaissons ceux qui donnent des présents pour diriger le staff de la Gécamines, ce sont des aigris!”, ont-ils clamé, avant d’affirmer qu’ils se démarquent du réquisitoire prononcé dans ce document.

Il convient de rappeler que le nouveau président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, a été interpellé lundi sur la « gestion calamiteuse » de la Gécamines dans un « mémorandum » sur les réseaux sociaux, signé sans autre précision par « les agents de la Gécamines ».

Ce texte vise particulièrement le président du conseil d’administration Albert Yuma, cité dans la course à la Primature. ” C’est vous, les journalistes, qui nous informez qu’Albert Yuma est primaturable. Mais, nous constatons que ce document est un tissu de mensonges, car aucune preuve n’est présentée. La Gécamines est une entreprise commerciale gérée par l’État congolais qui ne va croiser les bras s’il constate une gabegie. A moins qu’une information nous échappe, nous siégeons au Conseil d’administration et veillons sur la marche de l’entreprise. Lorsqu’on présente le budget, nous disons NON si ça ne va pas…”, a indiqué Mechack Kasongo, par ailleurs, secrétaire général du syndicat CGTC.

Balayant d’un revers de la main ce texte accuse Albert Yuma de dilapider l’argent de l’entreprise dans les conseils d’administration, de ne pas redresser la production de cuivre et de cobalt, et de prendre des mesures anti-sociales, les syndicalistes font noter qu’ils sont les seuls habilités à parler au nom des travailleurs.

En conclusion, ils demandent au nouveau président congolais « l’accompagnement bienveillant » de la transformation de l’entreprise lancée par l’actuelle direction.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Kasumbalesa : La décision du chef Kombo contre la communauté Kasaïenne levée, pari gagné pour le député national Anaclet Kabeya

Published

on

Le chef du groupement de Kombo, secteur de Balamba, territoire de Sakania, vient de mettre un terme aux décisions prises contre la communauté kasaienne vivant dans sa juridiction. Celle-ci interdisait l’enterrement des Kasaïens au cimetière de Kasumbalesa village et la consommation de l’eau de Balamba.

La levée de toutes ces mesures est intervenue ce lundi 27 novembre 2023 grâce à l’implication personnelle du député national Anaclet Kabeya, sous l’accompagnement du représentant du chef de l’État dans le Grand Katanga, Michel KABWE MWAMBA.

C’est la cour royale du chef de groupement Kombo qui a servi de cadre à cet échange a bâton rompu, entre le chef Kombo et la délégation conduite par l’honorable Anaclet Kabeya.

Au nom de la population, toutes les communautés confondues, Anaclet Kabeya a demandé pardon au chef Kombo pour les échauffourées à la base de ces décisions occasionnant plusieurs dégâts matériels importants.

Nous venons, au nom de la population solliciter le pardon du chef Kombo, révoltée par le comportement incivique des certains compatriotes. Nous lui remercions pour la levée de toutes les mesures prises à l’endroit d’une communauté. J’invite la population au respect des autorités coutumières. Faisons la politique dans la tolérance, le président de la République Démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi, a besoin de la paix et de la cohésion nationale”, a-t-il martelé.

Dans la nouvelle décision portant la prise des mesures, le chef de groupement de Kombo exhorte la communauté kasaienne au respect du pouvoir coutumier, en insistant sur les conséquences de toutes ces mesures envers les récalcitrants.

Dépêché aussi sur place, le général FARDC EDDY YRUNG KAPEND insiste sur le renforcement de sécurité, tout en condamnant les mesures prises par le chef de groupement Kombo, promet de mettre la main sur toute personne qui marchera à l’encontre des lois de la République.

Joseph MALABA/CONGOPROFOND.NET 


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

K-WA Advertising