Connect with us

À la Une

« Mémo » sur la gestion de la Gécamines: « C’est une distraction. La vérité est ailleurs ! » ( syndicalistes)

Published

on

Un panel de syndicalistes de l’entreprise minière publique Générale des carrières et des mines (Gécamines) est monté au créneau, ce mardi 19 février 2019, pour récuser le « mémorandum anonyme » d’un groupe de soi-disant agents (salariés) mettant en cause la gestion du comité dirigé par Albert Yuma.  » La vérité est ailleurs. Ce n’est pas la megestion. C’est une distraction. On cherche à créer une certaine méfiance avec l’avènement du président du président Félix Tshisekedi… « , a déclaré Mechack Kasongo Mabwisha, président intersyndical Gécamines SA.

Au cours d’une conférence de presse animée à l’hôtel Rotana Kin Plaza, Kasongo Mabwisha et ses camarades de plusieurs syndicats de cet ancien fleuron de l’industrie congolaise, ont fait savoir que les agents de leur société ne sont pas les plus aisés ni les plus misérables, mais ont toutefois un souci de l’amélioration de leur net à payer. Pour eux, le contenu du mémo anonyme répercuté même par des médias internationaux n’a qu’un seul objectif: nuire à l’entreprise.  » Nous connaissons ceux qui donnent des présents pour diriger le staff de la Gécamines, ce sont des aigris! », ont-ils clamé, avant d’affirmer qu’ils se démarquent du réquisitoire prononcé dans ce document.

Il convient de rappeler que le nouveau président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, a été interpellé lundi sur la « gestion calamiteuse » de la Gécamines dans un « mémorandum » sur les réseaux sociaux, signé sans autre précision par « les agents de la Gécamines ».

Ce texte vise particulièrement le président du conseil d’administration Albert Yuma, cité dans la course à la Primature.  » C’est vous, les journalistes, qui nous informez qu’Albert Yuma est primaturable. Mais, nous constatons que ce document est un tissu de mensonges, car aucune preuve n’est présentée. La Gécamines est une entreprise commerciale gérée par l’État congolais qui ne va croiser les bras s’il constate une gabegie. A moins qu’une information nous échappe, nous siégeons au Conseil d’administration et veillons sur la marche de l’entreprise. Lorsqu’on présente le budget, nous disons NON si ça ne va pas… », a indiqué Mechack Kasongo, par ailleurs, secrétaire général du syndicat CGTC.

Balayant d’un revers de la main ce texte accuse Albert Yuma de dilapider l’argent de l’entreprise dans les conseils d’administration, de ne pas redresser la production de cuivre et de cobalt, et de prendre des mesures anti-sociales, les syndicalistes font noter qu’ils sont les seuls habilités à parler au nom des travailleurs.

En conclusion, ils demandent au nouveau président congolais « l’accompagnement bienveillant » de la transformation de l’entreprise lancée par l’actuelle direction.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

À la Une

Le Salon des Médias et du Business ouvert ce jeudi à Kinshasa 

Published

on

C’est sur le thème: « Les médias, un atout pour la croissance des entreprises en RDC » que le Salon des Médias et du Business s’est ouvert ce jeudi 26 au 27 janvier 2023 à l’hôtel Fleuve Congo.

Événement incontournable de la scène des médias, le Salon des Médias et du Business est l’unique salon en RDC qui rassemble toute la presse et les opérateurs économiques pour discuter des possibilités d’une relation gagnant-gagnant.

Ce salon est organisé par l’Association des médias en ligne (MILRDC) en collaboration avec la Fédération des Entreprises du Congo (FEC), avec l’appui technique d’Internews sur financement de l’Union Européenne dans le cadre du projet Medias Indépendants et Innovants (Medias 2I).

Prennent part à cette rencontre, environ une centaine de journalistes, communicateurs et chefs d’entreprises.

L’objectif visé par les organisateurs est double : « d’abord évaluer les avancées de l’écosystème médiatique et son impact éventuel sur la croissance des entreprises du pays et ensuite initier un espace d’échange sur diverses thématiques en vue d’améliorer la relation entre le secteur privé et les médias », a déclaré Noémie Kilembe, directrice adjointe d’Internews.

Durant les deux jours du Salon, les participants prendront part aux echanges à travers quatre panels. Les deux premiers prévus ce jeudi ont tablé sur « la réglementation de la publicité en RDC et son impact sur les revenus des médias »; et aussi « les médias face aux régies publicitaires et GAFAS ».

Pour ce vendredi, le premier panel traitera de la diversification des services et des offres des médias, alors que le deuxième planchera sur la gouvernance et la gestion des médias en tant qu’entreprise.

Ce Salon, convient-il de rappeler, rentre dans le cadre du projet M2I débuté en janvier 2020 et qui s’achève à la fin du mois de janvier 2023.

Déborah Kabuya/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising