Connect with us

non classé

Médias : Quid de la liberté de la presse sous l’ère de l’internet ?

Published

on

 

Réunis autour d’un échange rempli de convivialité, les journalistes des médias d’information en ligne, en partenariat avec Internews, ont débattu, dans l’enceinte du collège Boboto, sur  » Le respect du principe de l’universalité de l’internet par les intermédiaires d’internet : socle de la liberté de presse en ligne », ce mercredi 11 mai dans la ville province de Kinshasa.

Sur fond de différents thèmes, chaque orateur a développé, tant bien que mal, le thème lui attribué. Intervenant sur les mécanismes mis en place pour la gestion des fournisseurs d’accès, le délégué de l’OCPT a rappelé les fâcheux événements survenus les années antérieures où la population congolaise s’est vue priver d’accès à l’internet. Depuis lors, des mesures ont été prises pour éviter ce genre des bavures. « Il y a quelques mois, une autorité de l’instance judiciaire militaire nous a contactés pour arrêter de fournir l’accès internet à un média en ligne. Nous lui avions demandé de revenir avec un jugement qui atteste des dires et il n’est plus jamais revenu ».

Quant à Trésor Kalonji, spécialiste des Nouvelles technologies de l’information et de la communication ( NTIC), il a planché sur l’application des normes des droits de l’homme dans la gouvernance de l’internet. Il a retracé l’historique des droits humains sur la sphère de l’internet, mais surtout il a exhorté sur la culture de la tolérance et du respect des 10 droits fondamentaux. « Nous pouvons ou pas être d’avis avec les choix politiques ou les orientations sexuelles d’une personne, mais nous devons veiller que nos mots ne lèsent pas l’autre ».

Le dernier exposé sur le thème  » Les droits et obligations des hébergeurs vis à vis des entreprises de presse en ligne », a été présenté par Emmanuel Gontcho. Ce dernier a fait savoir que ce domaine était en carence des textes de loi mais pour autant un hébergeur est lié à une agence de presse par un contrat de travail.

A souligner que faute de temps certains orateurs n’ont pas pu intervenir. C’est juste une partie remise, ont indiqué les animateurs du MILRD, qui a promis la tenue d’un autre atelier afin d’élaguer encore des zones d’ombre tout autour de ce sujet assez complexe.

Dorcas Ntumba / Congoprofond.net


There is no ads to display, Please add some

non classé

Prétendu détournement des fonds à la RTNC : le cabinet Muyaya éclaire l’opinion

Published

on

Le cabinet du ministre de la Communication et médias Patrick Muyaya a, dans une mise au point, fait part de son indignation face à des informations relayées par certains médias, sans vérification à la source, sur un prétendu détournement de 18 millions de dollars de la Radiotélévision nationale Congolaise (RTNC).

Selon le cabinet du ministre, « les officines diaboliques contre le Président de la République démocratique du Congo continuent leur sale besogne, celui de ternir l’image du Gouvernement. Leur récente parade touche l’un des  »warriors », et pas le moindre, en la personne de Monsieur Patrick Muyaya Katembwe. Ce pamphlet accuse à tort, sans éléments de preuves, le Cabinet Muyaya d’avoir détourné 18 millions Usd destinés à la modernisation du site de la RTNC et renouvellement de son outil de travail, que ces fonds se retrouveraient entre les mains des fournisseurs sans appels d’offres, que la DGCMP n’ait pas donnée un Avis de Non Objection (ANO), que le Ministre de la Communication et Médias, Porte-Parole du Gouvernement, aurait donné à son Dircab 7 millions de dollars en cash et par la même occasion il aurait soutiré 11 millions des dollars restant », peut-on lire dans cette mise au point.

Face à ces accusations, le cabinet du ministre de la communication et médias a estimé judicieux de donner des réponses simples et claires contre ces affabulations :

1. Il n’a jamais été question d’un contrat de 18 millions de Dollars américains entre la RTNC et un quelconque partenaire, par conséquent, l’Etat congolais n’a jamais déboursé une somme de 18 millions de Dollars américains pour la modernisation de la RTNC.

2. Par contre, le projet de modernisation de la RTNC est sujet à un Contrat, N°15/06/022 intitulé « Collecte de la redevance des appareils récepteurs d’émissions audiovisuelles, acquisitions du matériel et réhabilitation de certaines infrastructures de la RTNC ».

3. Ce contrat a suivi toutes les étapes, notamment :

– L’avis du Conseil d’Administration de la RTNC en 2021, celui d’entamer la procédure légale et règlementaire en matière de passation des marchés publics ;

– L’obtention de deux documents à la DGCMP, à savoir, l’Autorisation spéciale N°1055/DGCMP/DG/DCP/D4/KL/2022 du 8 juin 2022, ainsi que l’Avis de Non Objection N°1056/DGCMP/DG/DCP/D4/BNJ/2022 du 10 juin 2022.

Cependant, il est important de rappeler que dans le contrat ci-haut cité, les partenaires préfinancent le contrat sur fonds propre, avec l’objectif de se faire rembourser le cout d’investissement à travers l’optimisation de la collecte de la redevance de la RTNC.

Il est clair qu’après cette lecture, que ces pourfendeurs comprendront qu’aucun fonds n’a été détourné.

Jolga Luvundisakio/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising