Connect with us

À la Une

Médias : le journaliste Petit Ben Bukasa interpellé

Published

on

Pour avoir photographié une scène de tracasserie policière à l’endroit d’un taximan, Petit Ben Bukasa, journaliste à CONGOPROFOND.NET, a été brutalisé, puis interpellé ce samedi 10 novembre 2018 au croisement des avenues Kasa-Vubu et Sport/Koweït dans la commune de Kasa-Vubu.

En effet, alors qu’il se rendait à un reportage à Binza/UPN, Petit Ben Bukasa a surpris, depuis le taxi-bus où il se trouvait, des éléments de la Police spéciale de roulage (PCR) entrain de malmener violemment un taximan en plein milieu de la route. Spectacle ayant provoqué un embouteillage monstre sur cette voie abondamment fréquentée surtout pour les activités commerciales du marché dit Koweït. D’où son réflexe de photographier cette scène insolite.

Détecté de manière impromptue par un autre agent posté en retrait, celui-ci l’a dénoncé à ses pairs qui s’en sont pris d’abord au conducteur du bus, allant jusqu’à crever volontairement les pneus de l’engin afin de sortir le journaliste. Tâche qu’ils ont réussie à accomplir après quelques minutes en l’électrocutant à l’aide d’une arme électrique.

Petit Ben Bukasa relaxé après deux heures de privation de liberté

Acheminé manu militari comme un malfrat, Petit Ben Bukasa a été confié au sous-commissariat Point chaud Koweït pour être entendu. Des éléments de la Police spéciale de roulage, auteur de ces violences, ont indiqué que le webjournaliste n’avait pas l’autorisation de prendre ces images. Telle est l’infraction retenue.

Venu à son secours, le secrétaire exécutif de l’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique(OLPA), Kabongo Mbuyi, a fait savoir aux agents de l’ordre que le journaliste n’était pas responsable d’un quelconque fait infractionnel. Il a constaté des traces de violences subies par le journaliste et pris acte du paiement par ce dernier d’une somme de 10.000 FC (environ 7 USD) pour être relaxé après près de deux heures de détention.

Notons qu’aucun matériel de travail du journaliste n’a été endommagé ou confisqué, cependant ses habits ont dechirés en morceaux.

 

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET