Connect with us

À la Une

Me Chantal Bashizi : “Le dictionnaire NGANULIRO apporte au peuple Bashi sa propre histoire…”

Published

on

« NGANULIRO », c’est le titre du dictionnaire « Mashi-Kiswahili-Français-Anglais » qui vient de voir le jour en République démocratique du Congo, œuvre de l’écrivain Rogers Mufungambaka. Pour le vernissage, vendredi 29 novembre 2019, de cette importante publication, le comité de rédaction a fait recours à une sommité du monde scientifique, en l’occurrence, le Professeur Timothée Mukash Kalel, Directeur Général de l’Observatoire des Langues au Ministère de la Culture et des Arts.

Dans un auditorium de Fleuve Congo Hôtel plein à craquer, cet homme de lettres n’a pas tari d’éloges à l’endroit du dictionnaire et de son auteur, avant de procéder au baptême de l’ouvrage: « C’est avec un réel plaisir que j’ai reçu, par le canal du Professeur Dominique Mweze Chirhulwire Nkingi, l’invitation de l’Association des Bashi « Cinyabuguma ASBL » pour la présentation et le baptême du dictionnaire « Mashi-Kiswahili-Français-Anglais ». Je tiens tout d’abord, en ma qualité de Directeur Général de l’Observatoire des Langues et Représentant de l’Académie Africaine des Langues pour le compte de l’Union Africaine en République Démocratique de Congo, à féliciter chaleureusement l’auteur pour les efforts consentis en vue de l’élaboration de ce dictionnaire multilingue, dictionnaire qui fait la fierté du peuple bashi, et par extension de la nation congolaise dans son ensemble ».

A en croire le Prof. Mukash, cet ouvrage se situe dans la droite ligne du combat mené par le peuple Bashi pour la protection de sa langue et de son patrimoine culturel immatériel, combat qui relaie celui de l’Observatoire des Langues qui, chaque 21 février, par la voix du Ministre de la Culture et des Arts, ne cesse d’inviter le peuple congolais à protéger les langues du terroir, socle de notre identité culturelle. Il se situe également dans la droite ligne du combat que mène l’Académie Africaine des Langues, Structure spécialisée de l’Union Africaine basée à Bamako au Mali, pour la protection et la valorisation des langues africaines.

L’orateur a souligné l’importance toute particulière de ce dictionnaire, à cause de son caractère multilingue. « En effet, parmi les langues cibles dans lesquelles le Mashi est traduit, il y a le kiswahili. Et le kiswahili a été élevé par l’Union Africaine au niveau de langue internationale de souche africaine. Il doit, par voix de conséquence, être diffusé sur l’ensemble du continent africain. En traduisant ainsi le dictionnaire mashi en kiswahili, l’auteur répond à cette invitation lancée par l’Union Africaine, via l’Académie Africaine des Langues (ACALAN en abrégé). Outre le kiswahili, le dictionnaire mashi a aussi comme langues de traduction le français, langue officielle de notre pays, et l’anglais, langue par excellence de la mondialisation. En traduisant ainsi le mashi en kiswahili, français et anglais, l’auteur s’inscrit dans la vision de l’UNESCO, qui nous invite, en tant qu’habitants de la planète terre, à nous inscrire dans la diversité linguistique. Il est souhaitable de connaître entre trois et cinq langues. Dans le cas d’espèce, les citoyens bashi sont invités, à partir de ce dictionnaire, à connaître le mashi, langue maternelle et langue d’identification culturelle ; le kiswahili, l’une des langues nationales de notre pays et langue internationale de souche africaine selon la vision de l’Union Africaine ; le français, langue officielle, et enfin l’anglais, langue de large diffusion au niveau de la mondialisation ».

*UN OUTIL D’UNE RICHESSE CERTAINE*

« Pour nous qui avons l’habitude de travailler sur les langues, ce dictionnaire est un outil d’une richesse certaine », a souligné l’orateur. L’auteur, dit-il, ne s’est pas limité à présenter seulement le lexique de cette langue source dans les langues cibles. Il aborde aussi les aspects socioculturels du peuple bashi. On y trouve présenté de manière synthétique le mythe d’origine de la dynastie des Bashi avec Nyamuhoye, mère des sept fils, ainsi que la situation géographique. On y trouve aussi exposées les différentes généalogies des rois du Bushi et des familles princières, la cérémonie d’intronisation royale et les trésors légués au nouveau roi.

A travers le système des valeurs exposé dans cet ouvrage par le Professeur Dominique Mweze, on y découvre les défauts que tout enfant mushi doit éviter et les qualités que la société attend de lui. L’ouvrage comprend aussi un recueil des proverbes. Les Bashi attachent une très grande importance aux proverbes. Le Professeur Abbé Vincent Mulago, dans son cours de « Religions traditionnelles africaines » ne cessait de nous parler de l’importance des proverbes chez les Bashi. Il disait : « Emigani bali bantu. » : « Les proverbes étaient des hommes, ils enseignaient à la manière des hommes. »

Le dictionnaire Mashi présente en annexe des personnalités qui ont marqué l’histoire du Bushi. C’est avec délectation que j’ai lu cette partie de l’ouvrage. J’ai découvert que le peuple Bashi n’a pas marqué seulement l’histoire du Bushi, mais aussi l’histoire de la RD Congo dans ses différents domaines. Les Bashi ont la Première Dame de la RD Congo en la personne de Maman Nyakeru Nkana Denise Tshisekedi. Ils ont eu et ont des grandes personnalités en politique, comme Monsieur Vital Kamerhe, actuel Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat, Monsieur Norbert Basengezi, ancien numéro deux de la CENI, le Sénateur Bahati Lukwebo, Monsieur Faustin Birindwa, cofondateur de l’UDPS et ancien Premier Ministre. J’ai reconnu sur cette liste des personnalités du Bushi mon ancienne étudiante très brillante et actuelle Députée Nationale la circonscription de la Lukunga, Madame Nyenyezi Masumbuko Amisi Solange. Les Bashi ont même un Prix Nobel en la personne du Docteur Denis Mukwege.

Dans le domaine scientifique, le peuple bashi est vraiment servi. Je pense à l’éminent Professeur Dominique Mweze. Je pense au Professeur Abbé Vincent Mulago, au Professeur Abbé Richard Mugaruka, au Professeur Etienne Ngangura et son frère le cinéaste et grand homme de culture Dieudonné Ngangura Mweze, au Professeur Mushi Bonane Sylvanus, au Professeur Nyamoga Kabanda Florimond. La liste n’est certainement pas exhaustive.

« Comme on peut bien s’en rendre compte, l’aura du peuple bashi va au-delà des frontières de la République Démocratique du Congo. Sa dimension est simplement cosmopolite ! », s’est exclamé le Directeur Général de l’Observatoire des Langues qui souhaite voir les 250 langues parlées dans notre pays suivre l’exemple du peuple bashi en réalisant aussi des dictionnaires multilingues, « seul moyen de protéger nos langues et d’éviter qu’un jour, elles puissent disparaître ».

*UN LIVRE QUI APPORTE UNE PART DE L’HISTOIRE DU BUSHI*

Dans son mot de bienvenue, Me Chantal Bashizi, présidente du comité d’organisation du vernissage, citant Alberto Manguel, a salué un livre qui apporte au lecteur sa propre histoire : « nous sommes réunis autour de l’auteur Rogers Mufumbanka, pour vous apporter une part de l’histoire du Bushi, une part de sa culture à travers sa langue le “mashi”. En effet, une langue se définit comme un système d’expression parlée, propre à chaque tribu. La langue évoque et reflète un cadre de vie, un cadre social. Elle manifeste les particularités d’un peuple, sa manière de penser, de sentir, de croire, de communiquer ».

Cette grande femme Mushi a remercié l’auteur qui vient ici de fournir « une occasion en or de nous approprier le Mashi, notre langue, la langue de nos parents, et en principe, celle de nos enfants et de nos petits-enfants, de renforcer davantage le swahili, une de nos langues nationales, d’enrichir notre français, la langue officielle de notre pays et de parfaire notre pratique de l’anglais ». Et de poursuivre « Ce dictionnaire, dénommé “nganuliro” en mashi, que je vous invite tous d’acquérir, va, je l’espère, devenir un véritable ami de toute heure pour nous tous, un précieux compagnon qui fera corps avec notre esprit et surtout qui viendra colorer de façon spéciale, la saisie de l’existence telle qu’appréhendée par notre peuple, le peuple Bashi ».

*LES AVANTAGES DE LA CONNAISSANCE DE PLUSIEURS LANGUES*

Marraine de la cérémonie, et par ricochet, du dictionnaire MASHI-Kiswahili-français-anglais, l’épouse du Chef de l’Etat a souligné la richesse que porte ce dictionnaire à travers les quatre langues réunies dans l’ouvrage : «  Dans ce monde multiculturel, la langue constitue non seulement un instrument de communication mais aussi un outil de cohésion et de compréhension entre les peuples. La République démocratique du Congo est un pays qui peut se prévaloir de cette richesse inouï, à savoir, disposer de plusieurs langues et dialectes, les uns aussi riches que les autres », a indiqué Denise Nyakeru Tshisekedi.

« Après avoir parcouru ce document, je suis convaincu du fait que par son appropriation et son usage, les locuteurs du mashi, du kiswahili, du français et de l’anglais s’offriront une occasion propice pour dépasser les frontières, pour se connaitre, pour se comprendre et pour partager ce qu’ils ont en commun et de beau, les uns avec les autres », espère la Première dame de la République.

Bien avant, le Professeur Dominique Mweze Chirhulwire Nkingi cité par Congo Réformes, avait présenté le Bushi ou l’espace vitale des Bashi, situé dans l’Est de la province du Sud-Kivu , d’une superficie de 5000km2, limité au nord par la rivière Nyabarongo qui constitue la limite entre le Bushi et le Buhavu, au Sud par la rivière Lunvinvi et Kadubu qui le sépare du Bufuliru et le Burega, à l’Ouest par les chaînes montagneuses et volacaniques parmi lesquelles Kahuzi et Biega ; à l’Est par le Lac Kivu et la rivière Ruzizi qui sépare le République démocratique du Congo et la République du Rwanda.
Celui que ses collègues scientifiques appellent « le savant » s’est aussi appesanti sur la classification du Mashi, sa typologie, son usage et cité quelques travaux scientifiques marquants sur le mashi.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

%d blogueurs aiment cette page :