Warning: Use of undefined constant REQUEST_URI - assumed 'REQUEST_URI' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/5af2cc74863d937a58cc1a98cbbf1dc0/cp/wp-content/themes/evonews/functions.php on line 73
Massacres de Banunu-Bobangi : appel pour la création d'un tribunal spécial pour les coupables de l'épuration ethnique — Congo Profond
Now Reading:
Massacres de Banunu-Bobangi : appel pour la création d’un tribunal spécial pour les coupables de l’épuration ethnique
Full Article 2 minutes read

Massacres de Banunu-Bobangi : appel pour la création d’un tribunal spécial pour les coupables de l’épuration ethnique

 

Au cours d’une conférence de presse fleuve tenue à son cabinet de travail à Gombe, le député national honoraire Etibako Edi Ndito a appelé, ce lundi 10 juin 2019, à la création d’un tribunal spécial pour juger les coupables de l’épuration ethnique sur la population des Banunu-Bobangi dans la province du Maï-Ndombe.

Député national honoraire Etibako Edi Ndito

A en croire cet avocat, les massacres de ces peuplades de la RDC, dans l’ex Bandundu, est un vieux projet politico-ethniques des extrémistes de la communauté Batende dont le porte-étendard est l’organisation dénommée ” Kebima”. ” Les milices de cette structure politico-ethnique sont auteurs des tueries en masse visant les membres de la communauté Banunu de Bolobo et de Yumbi par les Batende ! “, a accusé l’orateur, affirmant avoir toutes les preuves de ses allégations.

D’ores et déjà, Etibako Edi Ndito a fait savoir qu’une pétition a été lancée pour récolter les signatures en vue de concrétiser la mise en place de ce tribunal.

Tout en affirmant qu’il est menacé de mort à cause de son initiative, l’avocat a indiqué que tous les rapports présentés jusqu’ici sont fallacieux et ne soutiennent qu’une seule version de Batende. Les membres de la communauté victime, restés dans la tradition orale, n’ont fait aucun rapport écrit jusqu’ici.

Cependant, il a exposé à la presse une centaine de photos décrivant ce génocide et crime contre l’humanité qui passent sous silence.

Face à l’absence intentionnelle de l’autorité de l’Etat dans la zone remplacée volontairement par le pouvoir de l’organisation politico-ethnique de Batende “Kebima”, Me Etibako Edi Ndito a plaidé pour un retour rapide de l’Etat et surtout la réinstallation des victimes dans leurs terres leurs léguées par leurs ancêtres.

Il convient de rappeler que ces massacres ont fait, selon l’ONU et les FARDC, premiers à arriver sur les lieux, plus de 990 morts en 2018. Le rapport du ministère des Droits humains évoque tantôt 436 tantot 536 morts.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

code

Input your search keywords and press Enter.
%d blogueurs aiment cette page :