Connect with us

À la Une

Lubumbashi : 11 miliciens Bakata-Katanga arrêtés et 2 soldats de la Garde Républicaine blessés

Published

on

Les présumés miliciens Mayi Mayi Kata-Katanga ont fait incursion au camp présidentiel Kimbembe aux premières heures matinales de ce dimanche 14 février 2021, semant une psychose sans pareil dans la population à cause des intenses crépitements des balles.

Onze d’entre eux ont été vite neutralisés et arrêtés par les éléments des FARDC. L’information est confirmée par la société civile de Lubumbashi.

“11 Mayi Mayi sont effectivement arrêtés du côté Kibati, l’un des sites militaires qui était la cible des miliciens ce matin, et sont vite acheminés à la 22è région militaire pour audition. Les opérations de maintien de l’ordre public continuent…”, a confirmé Jeff MBIYA, membre du cadre de concertation de la Société civile.

En attendant la fin des opérations de ratissage, Jeff MBIYA appelle à la prudence et à la vigilance des Lushois: “Les Mayi Mayi étant dissimulés dans nos communautés et quartiers, il faut plus de prudence et de vigilance ; Evitez de circuler présentement de tous les deux côtés ciblés, en attendant la fin des opérations”, a-t-il écrit dans un forum des journalistes de Lubumbashi.

De son côté, le maire de la ville, Robert LUBABA BULUMA, contacté par 7/7.cd confirme que deux éléments de la Garde républicaine sont blessés:

” Oui, effectivement il y a eu incursion des miliciens au camp présidentiel Kimbeimbe situé à l’entrée de la ville sur l’avenue Likasi. La situation est actuellement apaisée et sous contrôle. Jusque-là, il y a seulement deux blessés du côté de la garde républicaine. Du côté des assaillants, je n’ai pas encore eu des détails. Je ne peux pas affirmer qu’ils sont les bakata-katanga, parce qu’on ne sait pas jusqu’à présent que c’est eux”, a-t-il déclaré.

Notez, bien qu’il y ait eu quelques blessés par balles perdues parmi la population du parage du camp Kimbeimbe, plusieurs militaires sont déployés au centre ville, et aux alentours de tous les deux sites ciblés, pour assurer la sécurité.

Gédéon ELONGA Béni/CONGOPROFOND.NET