Connect with us

Actualité

Lettre d’un compatriote au lauréat Nobel de la paix, Dr Mukwege(par Me Hervé Bia)

Published

on

bonjour Docteur,

Je prend la liberté de te tutoyer. je n’aime pas la distance que créé le vouvoiement. et aujourd’hui’ c’est de ta proximité dont j’ai besoin. De la proximité de ton sourire paternel, ce air zen que tu dégages perpétuellement alors que ta vie doit être furieusement stressée.

J’avais prévu de t’écrire une lettre pleine d’effusion, dans laquelle on aurait mis entre parenthèses les horreurs que toi et ce pays, en particulier la partie où tu officies, vivez au quotidien.

oui j’avais prévu de faire une lettre positive. j’aurai juste souligné la magnifique récompense que ton dévouement a enfin gagnée. j’aurai souligné la joie de toutes ses femmes pour lesquelles tu as un peu pris la place de Dieu. j’aurai dit merci de placer le Congo sur la carte égoïste des opinions occidentales et les autres. j’aurai parlé du bien que va faire ton prix Nobel à la cause que tu défends. j’aurai dit mon admiration à la personne que tu es, au courage dont tu as fait preuve, à la résilience que tu as développé, à l’humilité que tu as continué d’afficher. j’aurai écrit que désormais dans la galerie des hommes que j’admire, ton buste prendra une place méritée à côté de celle de Lumumba.

Pendant que tournaient dans ma tête, les mots pour dire tout ça, les meilleurs formules pour ressortir toute ma fierté, mon admiration, ma joie, Pendant que prenaient corps dans mon esprit les tournures pour que les horreurs que tu répare ne gâchent pas la fête, pendant ces moments où mes plus belles phrases prenaient forme, il y a eu Mbuba.

L’horreur encore une fois. l’horreur s’est imposée encore dans l’actualité congolaise. jalouse et furieuse, que toi, son antithèse la plus en vue, lui vole la vedette. c’est vrai, cette fois, c’est bien un accident, ni forces obscures manipulées par les impérialistes, ni troupes isolées et hors de contrôle. C’est un banal et cruel accident comme il y en a dans le monde entier. Les ministres peuvent respirer ! cette fois, Le docteur Mukwege ne pointera pas le doigt sur leur incurie et leur incompétence. Mais oui voilà, le candidat (autoproclamé favori) pourra cette fois, dire le fameux « Dieu a donné, Dieu a repris », c’est la fatalité n’est-ce pas ? La fatalité de l’horreur qui a élu domicile dans ce pays, qui ne l’est plus que de nom, La fatalité qui prend le visage des difficultés à intervenir efficacement pour venir en aide aux victimes de ce regrettable accident. c’est la même fatalité qui empêche certainement le gouvernement d’intervenir efficacement contre les forces obscures qui endeuillent le Congo, à l’est, au sud-est, au nord-est, au centre.

Cette fatalité, toi, docteur Mukwege, tu as fait le choix de la combattre. chaque jour, tu nous administres une magnifique leçon, la fatalité n’est que l’autre nom que nous donnons à nos démissions. nous pouvons porter en nous le déclenchement du cycle vertueux qui transformera nos êtres et celui de notre Nation. Au-delà de l’habilité de tes mains, au-delà du courage dont tu as fait montre pour persister dans ta mission malgré le danger, c’est cette magnifique leçon que l’académie des héritiers de Monsieur Nobel a décelée et valorisée. Et cette leçon vaut bien une lettre ratée.

Bravo, compatriote.

 

CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

Politique

Expédition des affaires courantes par le gouvernement démissionnaire : Maître Nico Meyengele demande la démission de Tshisekedi pour “haute trahison”

Published

on

Dans une tribune politico-juridique percutante, Maître Nico Mayengele critique vivement la décision du Président Félix Tshisekedi d’autoriser le Premier Ministre SAMA et les membres de son gouvernement démissionnaire à expédier les affaires courantes en République démocratique du Congo (RDC). Selon lui, cette décision constitue une violation délibérée de la Constitution et une ignorance flagrante de l’histoire politique du pays.

Maître Mayengele met en avant l’arrêt R.Const. 2139 de la Cour constitutionnelle qui traite des incompatibilités entre la fonction exécutive et le mandat électif. Il souligne que cette décision de la Cour constitutionnelle, ainsi que les articles 110 al. 2 et 3, 97 de la Constitution et les articles 77 et 78 de la Loi électorale, interdisent clairement aux membres du gouvernement démissionnaire d’exercer simultanément un mandat électif.

L’avocat rappelle un précédent en 2012 lors de la guerre du M23, où le Premier Ministre démissionnaire Muzito avait été remplacé par Louis-Alphonse KOYAGIALO en tant que 1er Ministre intérimaire pour expédier les affaires courantes. Dans ce cas, les membres du gouvernement démissionnaire avaient renoncé à leur mandat électif. Maître Mayengele souligne que les mêmes causes devraient produire les mêmes effets sous l’administration de Félix Tshisekedi.

En critiquant l’attitude du Président Tshisekedi, Maître Mayengele le compare au Roi Louis XIV qui se déclarait “L’État c’est moi”. Selon l’avocat, en violant délibérément la Constitution, le Président Tshisekedi commet un crime de haute trahison. Il estime que la démission du Président est impérative pour permettre des poursuites pénales conformément à la Constitution.

En conclusion, Maître Nico Mayengele affirme que les ministres cumulards doivent renoncer à leur mandat électif, conformément à la Loi électorale. Sa tribune politico-juridique met en lumière les préoccupations entourant la décision du gouvernement démissionnaire d’expédier les affaires courantes et appelle à des actions pour préserver l’État de droit en République démocratique du Congo.

Désiré Rex Owamba /CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte