Connect with us

À la Une

Le défi du Général J.P. Kasongo Kabwik : Construire des écoles avec des ex Kulunas et scolariser jusqu’à 4 millions d’élèves dans une projection décennale

Published

on

Anciens terreurs de Kinshasa, les “Kulunas” sont transformés aujourd’hui en bâtisseurs, agriculteurs, mécaniciens et menuisiers ! Au coeur de cette métamorphose, le travail d’encaissement abattu par l’équipe du Service National dirigée par le général Jean-Pierre Kasongo Kabwik. Celle-ci a entrepris un lavage de cerveau et des séances d’alphabétisation et d’apprentissage de métiers à ces anciens jeunes désœuvrés.

Un motif de satisfaction pour cet officier supérieur de l’armée qui a révélé à la presse lundi dernier, qu’avec seulement le premier bataillon de ces anciens kulunas reconvertis, le Service National peut produire 1.000 bancs par mois. Une production censée appuyer la gratuité de l’enseignement de base en RDC.

” Notre objectif immédiat c’est qu’avec ces jeunes, pendant qu’ils sont en formation, nous sommes capables de fabriquer 1.000 bancs scolaires par mois seulement avec le premier bataillon, pas avec l’ensemble du régiment qui est en formation”, a dit le général Kasongo Kabwik, qui précise que ces bancs peuvent chacun contenir 3 élèves.

Et de poursuivre : “Si nous arrivons à faire 2 gonds, 1.000 bancs le matin et 1.000 bancs le soir, nous sommes en mesure de scolariser 6.000 élèves le mois”.

Selon le commandant du Service National, l’autre objectif immédiat est de pouvoir, avec les bâtisseurs de Kaniama-Kasese, construire des écoles et scolariser jusqu’à 4 millions d’élèves dans une projection décennale.

“L’objectif c’est qu’avec un bataillon, nous puissions construire 50 salles de classes de 50 élèves par année…maintenant faites les calculs, nous avons 4 bataillons. Donc par année, nous serons en mesures de scolariser 200.000 élèves (au rythme d’un travail en deux gonds, ndlr). Imaginez maintenant, nous dupliquons cette expérience qui est au centre pilote LD Kabila, dans chaque province, avec ne fusse qu’un bataillon des bâtisseurs. Quand vous multipliez ça sur 10 ans, nous serons en mesure de scolariser plus ou moins 2 à 4 millions d’élèves juste avec les bâtisseurs. Vous voyez que le pays peut aller de l’avant”, a ajouté ce général des FARDC.

Il s’est fixé des objectifs à court terme pour que ces « bâtisseurs » contribuent à la gratuité de l’enseignement de base.

” …dans l’immédiat, nous voulons que d’ici la prochaine rentrée scolaire 2022-2023, que le service national avec ses bâtisseurs dans la contrée et ailleurs, soit en mesure de scolariser pas moins de 50.000 élèves. Construire les écoles, on met les meubles, les élèves entrent. Nous l’avons dit, ces jeunes n’étaient pas venus en prison. Ils sont venus pour être réinsérés et être utiles à la société”, a-t-il dit.

À l’en croire, cette production sur le plan scolaire du service national pourrait venir en appui à un projet initié il y a plus d’un mois par le gouvernement congolais.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Beni: Les inspecteurs du pool primaire boycottent l’ENAFEP pour non payement des primes

Published

on

Les inspecteurs du pool primaire de la ville de Beni ont décidé de boycotter la passation des épreuves de l’examen national de fin d’études primaires dont le début est annoncé pour ce mardi 5 juillet 2022.

Dans leur décision rendue publique ce lundi, ces inspecteurs revendiquent le non payement de leurs différentes primes le gouvernement congolais.

Ça fait plus de deux ans que nous ne sommes pas payés. Nous avons toujours intervenus lors de Tenafep mais en vain. On nous promet mais le gouvernement ne s’exécute pas”, s’indigne l’inspecteur Kakule Kombi, secrétaire permanent de syndicat des inspecteurs antenne de Beni.

D’après lui, ils réclament «le perdiem pour interventions aux TENAFEP de 2020, 2021 et puis 2022 et les primes selon l’ordonnance du président de la République»

Ces inspecteurs invitent le gouvernement à recaler ces épreuves en attendant le payement de leur prime.

Pour Kakule Kombi, ses collègues doivent «rester à la maison» en attendant que la solution soit trouvée.

Verite Johnson/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising