Connect with us

À la Une

La peur de l’IGF impacte les recettes publiques : la DGI, la DGDA et la DGRAD ont réalisé des excédents budgétaires

Published

on

On relève de fortes performances dans la mobilisation des recettes publiques, en ce troisième trimestre de l’année 2021, par les trois régies financières, à savoir : la Direction Générale des Impôts (DGI), la Direction Générale des Douanes et Accises (DGDA) et la Direction Générale des Recettes Administratives, Domaniales et de Participation (DGRAD).

Ces régies financières ont réalisé des excédents budgétaires par rapport à leurs assignations budgétaires respectives de l’année en cours, particulièrement celles du mois d’août dernier. Un succès inédit que tout le monde impute de manière unanime au contrôle de gestion qu’exercice l’IGF depuis sa remise en selle par le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi, dans sa détermination à changer la gouvernance de son pays, la République Démocratique du Congo.

Ainsi, la Direction Générale des Impôts a réalisé 115% des recettes sur ses assignations budgétaires d’août 2021 arrêtées à 336,8 milliards de CDF ; la Direction Générale des Douanes et Accises a mobilisé 160% des recettes sur ses assignations mensuelles d’août arrêtées à 224,5 milliards de CDF ; et enfin la Direction Générale des Recettes Administratives Domaniales et de Participation a atteint un taux de réalisation de 145% des recettes sur ses assignations évaluées à 149,6 milliards de CDF.

Comme on peut le constater, la DGDA vient en tête pour la mobilisation des recettes pour le mois d’août 2021 avec un taux de réalisation de 160%, suivie de la DGRAD avec 145% et de la DGI avec 115%.

Budget 2022 : la croissance de l’enveloppe assurée

Au regard de la performance dont les régies financières, considérées comme les principaux contributeurs à la constitution de l’enveloppe budgétaire de l’Etat, ont fait preuve, l’espoir est sans doute permis de voir le budget de l’exercice 2022 dépasser largement la barre de 10 milliards de dollars américains.

Car, hormis les régies financières qui ont eu à supporter seules pendant des annéesprès de 80% le budget de l’Etat, on note que depuis l’entrée en action de l’IGF, d’autres services publics qui, hier, n’apportaient rien comme contribution à la constitution du budget de l’Etat, ont commencé aussi à se manifester. Ce qui prouve que les gens placés à la tête de tous les services de l’État avaient d’autres visées, notamment celles de satisfaire leurs egos, plutôt que de gérer pour l’intérêt de la communauté.

Justice : les détourneurs doivent restituer les millions volés

Par ailleurs, l’opinion constate avec satisfaction que le travail de l’Inspection Générale des Finances impacte désormais positivement la mobilisation des recettes par les régies financières et autres services d’assiette de l’Etat. Malheureusement, les choses ne semblent pas suivre la même allure du côté de la justice, souligne-t-on.

Jusqu’ici, nombre de compatriotes s’interrogent sur la finalité des persones que la justice interpelle pour détournements des deniers publics. Bien que certaines sont même incarcérées, des millions de l’Etat empochés illégalement ne sont toujours pas retournés au trésor public. C’est comme si l’on se contenterait seulement de procéder à l’arrestation des présumés détourneurs, puis, rien comme résultat!

Alors, s’interroge-t-on, l’essentiel se limite seulement à arrêter au lieu de récupérer les biens détournés ? Si tel est le cas, ça ne sert à rien de faire du bruit pendant que l’objectif visé ne serait pas atteint. Ce qui pousse certains à croire que l’interpellation des détourneurs ferait plus le bonheur des magistrats véreux que profiter à la République et à son peuple.

Dom/Le Phare


There is no ads to display, Please add some

À la Une

L’UNC Stéphane Mashukano formel : « Kagamé est en perte de vitesse et va vers sa chute !»

Published

on

Digérant mal les propos du président de la République rwandaise, Paul Kagamé, qui se considère victime de la guerre dans l’Est de la RDC, Heri Mashukano Stéphane, secrétaire interfédéral du parti politique Union pour la nation congolaise (UNC) au Nord-Kivu et coordonnateur de l’Union Sacrée dans la même province, est monté au créneau ce mercredi qualifiant cette sortie médiatique de “raté”. Il souligne même que le président Kagame a manqué l’occasion de se taire pour une fois de plus.

« C’est une nouvelle sortie ratée de la part de Kagame. Il a manqué la chance de se racheter, mais du moins il ne peut plus se racheter par ce qu’un léopard mourra toujours dans sa peau… Je ne sais pas si Monsieur Kagame pense que le monde tourne autour de lui. Je l’ai souvent dit que Hitler était arrogant, mais il avait fini dans l’acide. Monsieur Kagame doit éviter de terrasser le monstre de peur qu’il ne se réveille et qu’il lui demande des comptes », explique-t-il.

Heri Mashukano Stephane rappelle au président Rwandais que la RDC n’est pas « une sorte de chasse gardée pour lui ».

A l’en croire, le Rwanda, ou mieux son président ne fait pas peur aux Congolais. « Tout ce qu’il fait, souligne-t-il, c’est faire peur à soit même et à sa politique d’occupation ».

Pour cet acteur politique du Nord-Kivu, le président Kagame doit comprendre que tenter de déplacer les bornes est une malédiction. « Heureusement pour nous il tente, mais il n’y parviendra pas et nous sommes tous mobilisés pour faire échec à son projet machiavélique », souligne Heri Mashukano Stephane.

Dans la foulée, Heri Mashukano Stéphane renseigne que Kagame est un homme en perte de vitesse. Selon lui, il y eut un temps Kagame était le coq de la région des Grands Lacs, mais actuellement il n’a plus ses capacités. « A un certain moment il se prenait pour l’homme fort de la région. Mais aujourd’hui, il est en train d’y laisser ses plumes ; ce n’est plus le même Kagame , c’est un monsieur en perte de vitesse quand vous voyez ce qui se passe autour de lui et même dans son pays tout est claire Kagame va vers sa chute ! », lâche l’interfédéral de l’UNC au Nord-Kivu.

Pour rappel, sur demande de l’Union Africaine, une rencontre entre le président Congolais Felix Antoine Tshisekedi et son homologue Rwandais est prévue ce mercredi à Lusaka en Angola. Déjà, cette rencontre alimente le débat sur la toile coté congolais, plusieurs groupes et mouvements recommandent au président de la République de ne pas signer un quelconque accord avec le Rwanda au sujet de la situation sécuritaire dans l’Est de la République Démocratique du Congo.

Franck Kaky/CONGOPROND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising