Connect with us

À la Une

Kwango : l’assemblée provinciale a adopté son calendrier de la session ordinaire de mars 2020

Published

on

 

L’assemblée provinciale du Kwango a adopté, ce mardi 23 juin, son calendrier des travaux de la session ordinaire de mars 2020, au cours de la plénière qui s’est tenue dans l’après-midi, à Kenge.

Cette plénière est intervenue après la réunion de la conférence des présidents qui a eu lieu le lundi.

Dans son mot de circonstance, le président de l’Assemblée, Mulenga Upala Wenslens, a félicité ses pairs pour leur assiduité, “qui a permis que l’Assemblée provinciale du Kwango ait en ce jour son calendrier des travaux”.

Suivant les indications faites par le rapporteur du Bureau de l’assemblée provinciale, le député Fils Mwashipu Kapata, les députés provinciaux du Kwango ont adopté les matières de leur calendrier en deux temps : les arriérés législatifs et les nouvelles matières.

Sur la liste des arriérés, les députés provinciaux ont notamment inscrit le contrôle des comptes de la province, l’adoption des rapports de contrôle parlementaires et l’adoption du budget de l’assemblée provinciale.

Sur la liste de nouvelles matières, ils projettent de diligenter un contrôle sur la mobilisation et la canalisation des recettes de la province, le contrôle de la commission provinciale de riposte contre la Covid-19, etc. Ces matières, provenues du Bureau de l’assemblée, seront traitées par des commissions ad hoc. Sauf l’analyse et adoption des édits, prévue aussi, qui sera traitée par plénière.

Il se pose pourtant la question de faisabilité, au regard du temps imparti, sachant que les députés ne disposent que de quelques jours d’ici la clôture de la session, qui doit intervenir légalement fin juin.

Répondant à CONGOPROFOND.NET, le député Jean Ngasia, élu de Kolokoso (Kenge), dit que cela est possible, et rassure que la plénière travaillera de façon à ne rien laisser derrière.

Le député Fils Mwashipu, élu de Kahemba sur la liste de Palu, affirme que le bureau y travaille et projette une session extraordinaire pour permettre l’épuisement de ces matières.

Le remplaçant de Jean-Marie Peti-Peti à l’Assemblée, le député Fayulu Willy, se veut réaliste. Pour lui, les matières présentées par la conférence des présidents sont trop abondantes pour être traitées dans une brève session.

Pour lui, deux matières suffiraient, à savoir l’analyse et l’adoption des édits, puis le contrôle de la commission provinciale de riposte contre la Covid-19. Il pense que l’idée d’une session extraordinaire ne tiendrait pas la route, puisque l’Assemblée ne dispose pas de moyens financiers pour y faire face.

Émile YIMBU/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

À la Une

L’UNC Stéphane Mashukano formel : « Kagamé est en perte de vitesse et va vers sa chute !»

Published

on

Digérant mal les propos du président de la République rwandaise, Paul Kagamé, qui se considère victime de la guerre dans l’Est de la RDC, Heri Mashukano Stéphane, secrétaire interfédéral du parti politique Union pour la nation congolaise (UNC) au Nord-Kivu et coordonnateur de l’Union Sacrée dans la même province, est monté au créneau ce mercredi qualifiant cette sortie médiatique de “raté”. Il souligne même que le président Kagame a manqué l’occasion de se taire pour une fois de plus.

« C’est une nouvelle sortie ratée de la part de Kagame. Il a manqué la chance de se racheter, mais du moins il ne peut plus se racheter par ce qu’un léopard mourra toujours dans sa peau… Je ne sais pas si Monsieur Kagame pense que le monde tourne autour de lui. Je l’ai souvent dit que Hitler était arrogant, mais il avait fini dans l’acide. Monsieur Kagame doit éviter de terrasser le monstre de peur qu’il ne se réveille et qu’il lui demande des comptes », explique-t-il.

Heri Mashukano Stephane rappelle au président Rwandais que la RDC n’est pas « une sorte de chasse gardée pour lui ».

A l’en croire, le Rwanda, ou mieux son président ne fait pas peur aux Congolais. « Tout ce qu’il fait, souligne-t-il, c’est faire peur à soit même et à sa politique d’occupation ».

Pour cet acteur politique du Nord-Kivu, le président Kagame doit comprendre que tenter de déplacer les bornes est une malédiction. « Heureusement pour nous il tente, mais il n’y parviendra pas et nous sommes tous mobilisés pour faire échec à son projet machiavélique », souligne Heri Mashukano Stephane.

Dans la foulée, Heri Mashukano Stéphane renseigne que Kagame est un homme en perte de vitesse. Selon lui, il y eut un temps Kagame était le coq de la région des Grands Lacs, mais actuellement il n’a plus ses capacités. « A un certain moment il se prenait pour l’homme fort de la région. Mais aujourd’hui, il est en train d’y laisser ses plumes ; ce n’est plus le même Kagame , c’est un monsieur en perte de vitesse quand vous voyez ce qui se passe autour de lui et même dans son pays tout est claire Kagame va vers sa chute ! », lâche l’interfédéral de l’UNC au Nord-Kivu.

Pour rappel, sur demande de l’Union Africaine, une rencontre entre le président Congolais Felix Antoine Tshisekedi et son homologue Rwandais est prévue ce mercredi à Lusaka en Angola. Déjà, cette rencontre alimente le débat sur la toile coté congolais, plusieurs groupes et mouvements recommandent au président de la République de ne pas signer un quelconque accord avec le Rwanda au sujet de la situation sécuritaire dans l’Est de la République Démocratique du Congo.

Franck Kaky/CONGOPROND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising