Connect with us

À la Une

Kinshasa : prévention et lutte contre les violences domestiques, les OSC s’y penchent

Published

on

La violence domestique est l’une des formes de violence les plus graves et les plus répandues dont sont victimes les femmes et les enfants.

Pour lutter contre cette forme de violence, le Forum des Femmes Citoyennes et engagées pour la Gouvernance, la Démocratie et le Développement (FOFECEGDD) a organisé, durant deux jours, un atelier dans la salle Marie Ange Lukiana au secrétariat du ministère du genre, à l’intention des responsables des OSC et leaders communautaires sur la nécessité de mener un plaidoyer en rapports avec les mesures urgentes et rapides à prendre dans la prévention des violences domestiques en RDC.

Au cours cet atelier, le FOFECEGDD a présenté son rapport synthèse du monitoring des cas des violences domestiques dénoncées dans la ville de Kinshasa de mars à novembre 2020.

D’après ce rapport de la clinique juridique du FOFECEGDD, au total 2.467 cas des violences ont été enregistrés dont 775 cas de violences domestiques après la période de l’état d’urgence dû au covid19. Seulement 10 cas ont été prise en charge, faute des moyens, à en croire Me Roger Kalombo.

Pour Me Marie Lukusa, présidente du FOFECEGDD, la plupart des victimes ne veulent pas dénoncer les violences domestiques par peur des représailles, d’absence des centres de refuge et de prise en charge holistique.

« En organisant cet atelier, nous espérons renforcer les capacités des responsables des OSC et des leaders communautaires afin de mettre en place une grande équipe pour mener un plaidoyer auprès des autorités, des institutions pour renforcer la prise en charge des victimes», a conclu Me Marie Lukusa.

Quand au Dr. Baleka du centre médico chirurgical qui a consulté et soigné une vingtaine des victimes des violences domestiques, 50% des victimes sont des jeunes dont l’âge varie entre 2 et 20 ans et 70% sont des femmes. La plupart souffrant du traumatisme et d’autres ont développées plusieurs pathologies notamment des fractures et des légions graves. Avec le moyen de bord, ce médecin essaie tant soit peu à apporter son aide aux victimes.

Les participants ont recommandé aux organisateurs de continuer avec ces genres d’initiatives pour leur permettre de savoir reconnaître toutes les formes des violences.

La violence domestique est le plus souvent perpétrée par des hommes à l’encontre des personnes ayant des liens de consanguinité ou des partenaire intime.

Elda Along /congoprofond.net


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Goma: Sur recommandation du Premier ministre, le couvre-feu est levé !

Published

on

Le couvre-feu a été levé ce lundi 26 septembre sur toute l’étendue de la ville de Goma. En revanche, il reste en vigueur dans le reste de la province du Nord-Kivu « en attendant l’amélioration des conditions sécuritaires ». Cette mesure avait été décrétée dans cette province dans le but de protéger la population pendant la période des fêtes de fin d’année en 2021, caractérisée par un pic inhabituel d’insécurité.

La levée de cette mesure dans le chef-lieu du Nord-Kivu intervient peu après la mission de suivi-évaluation de l’état de siège « en vue de réorienter les actions pouvant contribuer à rétablir la paix et la sécurité durables dans cette partie de notre territoire national », effectuée par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde en Ituri et au Nord-Kivu

A cet effet, il avait été demandé au gouverneur militaire d’évaluer son efficacité, après les nombreuses plaintes des populations exaspérées par les tracasseries.

« Nous devons nous assurer avec les autorités militaires que nous puissions mettre fin à toutes ces questions, surtout des questions des tracasseries qui ont été mentionnées. Nous estimons que nous, en tant qu’autorités, devons suivre ce que la population nous dit et travailler dans le sens de lui garantir son bien-être. C’est une population qui n’a que trop souffert et donc nous sommes très sensibles aux messages qui nous sont donnés. Nous avons eu aussi cette demande qui nous a été faite, particulièrement pour la ville de Goma, en ce qui concerne les restrictions en termes de déplacements. Nous avons discuté avec le Gouverneur militaire et donné une indication pour qu’il puisse très vite, réunir le conseil de sécurité et voir les modalités, tout en garantissant la sécurité ici dans la ville de Goma », avait ajouté le Premier ministre Sama Lukonde.

Signalons qu’une première journée ville morte a été observée ce lundi 26 septembre à Goma à l’appel des forces vives et de la société civile en protestation de l’occupation depuis plus de 3 mois de la cité de Bunagana par le M23 et de l’état de siège, jugé inefficace.

Franck Kaky/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising