mbet

Connect with us

non classé

Kinshasa : Lutte anti érosive, Liza Nembalemba s’active et plaide pour l’implication des autorités compétentes

Published

on

Engagée dans la lutte anti-érosive dans la commune de Selembao à Kinshasa, l’honorable Liza Nembalemba semble plus que jamais déterminée à rendre possible le plus ambitieux des vœux des habitants de ce coin de la capitale. Limitée sur le plan financier, l’élue de Selembao en appelle aux autorités à tous les niveaux.

 

Dans son plaidoyer pour bien mener la lutte anti-érosive à Selembao, Liza Nembalemba appelle le Chef de l’État à s’impliquer à travers lui, le gouvernement central par le biais du ministre des ITPR et du Directeur Général de l’Office des Voiries et Drainages (OVD), sans oublier le gouvernement provincial de Kinshasa qui est appelé à s’impliquer aussi.

Accompagnée des membres de toutes les cellules de la fondation qui porte son nom ”Liza Nembalemba”, l’élue de Selembao s’investit depuis presque deux ans dans une guerre sans merci contre les érosions de Selembao, l’une des plus grandes érosions de la ville province de Kinshasa, avec le moyen de bord. Sur place, l’élue de Selembao a remis un lot de 1500 sacs Golberg ainsi que d’autres outils.

C’est grâce à son initiative que les habitants de tous les 18 quartiers de Selembao ont répondu présents à son appel et ont, dans l’unisson, utilisé pelles, bêches, houes, râteaux et plusieurs autres types d’excavateurs manuels achetés par Liza Nembalemba pour ramener dans les espaces érosives terres, sables, cailloux et autres gravillons concassés dans les érosions du quartier Kingu.

Après avoir été chaleureusement accueillie par les habitants du quartier, l’honorable Liza a semblé manquer des mots. Tour à tour, les habitants du coin prenaient la parole avec pour maître-mot, “merci.” ‹‹Merci avant tout car beaucoup sont passés par ici mais n’ont rien fait››, lançait un habitant.

Cette femme de terrain, a tenu à préciser à la population que ce geste est pour elle une façon d’apporter une solution provisoire et qu’elle n’arrivera pas à résoudre ce problème seule, d’autant plus que cela n’est pas le travail d’un député, plutôt une manière de leur démontrer qu’elle porte à coeur ce problème et continuera à faire un plaidoyer auprès des autorités compétentes pour que solution soit trouvée.

 

Petit Ben Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Kinshasa : L’Ecole Africaine de bien-être familial, politique et gouvernement (ASPAFOG) en gestation 

Published

on

L’Ecole Africaine de bien-être familial, Politique et Gouvernement sera bientôt installée à Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo.

Cette information vient d’être livrée, ce week-end, à travers la presse, par son Directeur Exécutif, Antoine-Roger Bolamba, depuis Washington où la structure est basée.

L’ASFAPOG( African School of Family Well Being, Policy and Governement) vise à aider les enfants et les jeunes démunis à accéder à l’éducation, à la santé et à la protection.

Contacté par la rédaction de CONGOPROFOND.NET, Antoine-Roger Bolamba a déclaré ce qui suit : “Pour la République Démocratique du Congo, nous interviendrons évidemment en passant par les Agences gouvernementales, pour aider les enfants et les jeunes à accéder aux opportunités de l’éducation, des soins de santé et de la protection “.

Aussi, a-t-il poursuivi, : “Nous allons renforcer les capacités des parents, pour qu’ils sachent comment bien prendre soin de leurs enfants, dans la perspective du bien-être familial “.

A en croire le Directeur Executif Antoine-Roger Bolamba, cette structure entend montrer aux parents, les politiques à mettre en place pour le bien-être, la protection des enfants et leur accès à l’éducation et à la santé.

Au niveau de Washington où se trouve son siège, l’Ecole Africaine de bien-être familial apporte son soutien aux immigrés et réfugiés noirs pour bien vivre la politique de bien-être familial.

Soulignons que l’initiative de l’ASFAPOG de s’installer dans la capitale congolaise, tombe à pic au moment où le Gouvernement de la République Démocratique du Congo, sous l’impulsion du Président Félix-Antoinne Tshisekedi, prône la gratuité de l’enseignement primaire et la couverture santé universelle.

Rappelons, à ce sujet, que la RDC a ratifié certains textes internationaux qui font de la santé et de l’éducation des droits de l’enfant, une obligation en République Démocratique du Congo.

En interne, la Constitution du pays, en harmonie avec les instruments juridiques internationaux, a balisé le chemin. Le pays dispose d’une Loi-cadre de l’Enseignement et aussi d’une loi sur la protection de l’enfant.

Il appartient donc aux autorités nationales d’accorder à cette structure, certaines facilités administratives pour que son installation, à Kinshasa, ne soit pas butée à des obstacles, car ne poursuivant pas un but lucratif.

Qui vivra, verra.

Jules KISEMA KINKATU/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising

K-WA Advertising