Connect with us

À la Une

Kibali Goldmines ouvre, ce jeudi, un atelier national sur la conformité de ses activités aux obligations environnementales

Published

on

Durant trois jours, du 20 au 22 février 2020, plusieurs experts vont se succéder du haut de la tribune du Salon Virunga de l’hotel Memling en marge de l’atelier national d’échanges sur la conformité des opérations de la société Kibali Goldmines aux obligations environnementales et aux standards internationaux en la matière.

 

À en croire les organisateurs, plusieurs résultats sont attendus de cette session. Il s’agit notamment d’obtenir une clarification sur les obligations ou exigences de la réglementation en matière minière sur la question environnementale ; d’arriver à une harmonisation des vues ou meilleure compréhension ou attente sur les prérogatives ou attributions des autorités ou des agences en charge du contrôle de conformité à la réglementation.

 

Par ailleurs, ajoute-t-on, les participants vont chercher à harmoniser les vues sur les prérogatives des agences ou institutions publiques intervenantes, en ce qui concerne les modalités et périodicité des missions d’inspection et de contrôle de chacune d’entre elles, en ce compris le cadre de travail et de collecte des données ou informations sur les opérations de la société ; et enfin, d’identifier les domaines de recherche, des questions d’intérêt majeur et des dossiers ou domaines, et déterminer comment les financer ou les soutenir par des compagnies minières et les agences de régulation ou de contrôle de la réglementation du pays.

 

Plusieurs participants sont attendus à cet atelier et proviendront des structures telles que Kibali Goldmines/Barrick; autorités nationales ( ministères des Mines et de l’Environnement, Conseiller spécial du président de la République en charge de l’environnement, etc.); agences ou services étatiques ( DPEM, ACE, FNSS, CAMI, SAEMAPE, CNPRI, ICCN, FFN, DGRAD); établissements universitaires et de recherche ( CRGM, UNIKIN, UNIKIS, UNILU, UOB, UEA, ISDR Bukavu, WWF, REDD); Experts indépendants nationaux et internationaux oeuvrant dans les secteurs de l’environnement et des mines ( DIGBY WELLS, ACEM, EMCS,…); Autres sociétés minières ( TFM, Banro, Alpha Mines, MetalCoal et KCC).

 

Il convient de souligner que cet atelier offrira à Kibali Goldmines l’occasion de faire une présentation générale de ses activités minières en RDC, de partager en dehors des circuits administratifs son expérience, les actions, les mesures et les procédures mises en place pour se conformer à toutes les obligations découlant de ses responsabilités environnementale et sociétale.

 

Notons qu’à la suite de la Révision du Code minier du 9 mars 2018, en RDC les obligations des opérateurs miniers en matière de protection de l’environnement se trouvent être actuellement liées à leur responsabilité sociétale à l’égard des communautés ou populations au sein desquelles s’exercent les opérations minières.

Kibali Gold Mine

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Constant Mutamba : “À Makala, les prisonniers mangent 2 à 3 fois par jour…”

Published

on

Après des vidéos choquantes sur les conditions des prisonniers au Centre Pénitentiaire de Kinshasa/Makala (CPK) révélées par les médias internationaux, Constant Mutamba, ministre de la Justice et garde des Sceaux, est monté au créneau pour indiquer que ces images sont très vieilles.

Ce membre de l’exécutif national a pris la défense du pays, ce lundi 22 juillet 2024, sur son compte X et rassuré que “les prisonniers congolais mangent 2 à 3 fois par jour“.

Il a rappelé que la “RDC est un État souverain ” et fait savoir qu’un processus de “désengorgement des prisons et d’amélioration des conditions de détention” était déjà en cours avant que la RFI et la TV5 ne diffusent ces images.

Notons que ces clichés et vidéos publiés par ces médias internationaux mettent en avant plan des détenus entassés par dizaines dans des cellules insalubres, manque de nourriture, etc. Ces images seraient filmées par le correspondant de JeuneAfrique en RDC, Stanis Bujakera, lors de sa détention à Makala.

Exaucé Kaya/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte