Connect with us

À la Une

Kasai Central : Udps et Ensemble pour la République réagissent sur les lois Minaku

Published

on

Au lendemain des échauffourées enregistrées à Kinshasa au sujet des propositions des lois des députés nationaux Aubin Minaku et Sakata sur la réforme judiciaire, des réactions fusent de partout. C’est le cas des acteurs politiques du Kasaï Central qui ne sont pas restés indifférents.

Ce vendredi 26 juin 2020, des militants et sympathisants de l’Union pour la démocratie et le progrès social (Udps), parti présidentiel, ont improvisé Une marche de protestation contre ces propositions de lois. Dans le mémorandum remis au président de l’Assemblée provinciale du Kasaï Central au siège de cette institution à Kananga, l’Udps/Kasaï Central s’est indigné par rapport à ces propositions des membres du Front commun pour le Congo (Fcc) dont l’ancien président de la République et sénateur à vie Joseph Kabila est autorité morale.

Pour l’Udps/Kasaï Central, ces propositions de lois constituent une obstruction à l’État de droit auquel la RDC aspire. Les militants centre-kasaiens du parti du président Félix Antoine Tshisekedi dénoncent l’égocentrisme du partenaire FCC (en coalition avec Cap pour le changement -Cach-) veut avoir la main mise sur l’appareil judiciaire.

“Ce que recherche le Fcc, c’est d’étouffer les dossiers judiciaires qui inculperaient les membres de la famille politique de l’ancien président Joseph Kabila. Cependant, l’Udps préconise aux représentants du peuple de faire échec à ces propositions de lois et menace d’organiser des actions de rue pour décourager cette démarche”, peut-on lire dans le mémo.

Recevant le document des militants, Patrice Aimé Sesanga les a remercié pour avoir choisi la voie pacifique de réclamation en faveur au pouvoir judiciaire.

Cadre du parti politique Ensemble pour la République de Moise Katumbi, Albert Nkashama a, pour sa part, qualifié les initiatives de Minaku et Sakata de propositions de la honte. Il a invité toutes les couches de la population à la vigilance. “C’est inconcevable de voir les élus du peuple -qui ont les prérogatives de voter et veiller au respect des textes légaux du pays- violer les articles verrouillés de notre Constitution”, s’est exclamé Albert Nkashama.

Avant de conclure : “Le Fcc veut empêcher les juges d’ouvrir les dossiers judiciaires contre ses membres après les prouesses enregistré par la Justice lors du procès de 100 jours. Je demanderai à toutes les couches de la population de barrer la route à cette démarche, car l’appareil judiciaire ne peut pas être pris en otage par un groupe d’individus”.

Congoprofond.net


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

À la Une

L’UNC Stéphane Mashukano formel : « Kagamé est en perte de vitesse et va vers sa chute !»

Published

on

Digérant mal les propos du président de la République rwandaise, Paul Kagamé, qui se considère victime de la guerre dans l’Est de la RDC, Heri Mashukano Stéphane, secrétaire interfédéral du parti politique Union pour la nation congolaise (UNC) au Nord-Kivu et coordonnateur de l’Union Sacrée dans la même province, est monté au créneau ce mercredi qualifiant cette sortie médiatique de “raté”. Il souligne même que le président Kagame a manqué l’occasion de se taire pour une fois de plus.

« C’est une nouvelle sortie ratée de la part de Kagame. Il a manqué la chance de se racheter, mais du moins il ne peut plus se racheter par ce qu’un léopard mourra toujours dans sa peau… Je ne sais pas si Monsieur Kagame pense que le monde tourne autour de lui. Je l’ai souvent dit que Hitler était arrogant, mais il avait fini dans l’acide. Monsieur Kagame doit éviter de terrasser le monstre de peur qu’il ne se réveille et qu’il lui demande des comptes », explique-t-il.

Heri Mashukano Stephane rappelle au président Rwandais que la RDC n’est pas « une sorte de chasse gardée pour lui ».

A l’en croire, le Rwanda, ou mieux son président ne fait pas peur aux Congolais. « Tout ce qu’il fait, souligne-t-il, c’est faire peur à soit même et à sa politique d’occupation ».

Pour cet acteur politique du Nord-Kivu, le président Kagame doit comprendre que tenter de déplacer les bornes est une malédiction. « Heureusement pour nous il tente, mais il n’y parviendra pas et nous sommes tous mobilisés pour faire échec à son projet machiavélique », souligne Heri Mashukano Stephane.

Dans la foulée, Heri Mashukano Stéphane renseigne que Kagame est un homme en perte de vitesse. Selon lui, il y eut un temps Kagame était le coq de la région des Grands Lacs, mais actuellement il n’a plus ses capacités. « A un certain moment il se prenait pour l’homme fort de la région. Mais aujourd’hui, il est en train d’y laisser ses plumes ; ce n’est plus le même Kagame , c’est un monsieur en perte de vitesse quand vous voyez ce qui se passe autour de lui et même dans son pays tout est claire Kagame va vers sa chute ! », lâche l’interfédéral de l’UNC au Nord-Kivu.

Pour rappel, sur demande de l’Union Africaine, une rencontre entre le président Congolais Felix Antoine Tshisekedi et son homologue Rwandais est prévue ce mercredi à Lusaka en Angola. Déjà, cette rencontre alimente le débat sur la toile coté congolais, plusieurs groupes et mouvements recommandent au président de la République de ne pas signer un quelconque accord avec le Rwanda au sujet de la situation sécuritaire dans l’Est de la République Démocratique du Congo.

Franck Kaky/CONGOPROND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising