Connect with us

À la Une

Kasaï Central :  l’ONG FMMDK rescolarise les jeunes filles pour combattre les mariages précoces

Published

on

11 octobre, le monde commémore la journée Internationale de la jeune fille. Cette journée instaurée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 19 décembre 2011 a été déclarée dans la résolution 66/170 le 11 octobre de la même année. Elle a pour objectif de reconnaître les droits des filles et les obstacles particuliers auxquels elles se heurtent de par le monde. Au Kasaï Central, 51% des filles partent au mariage avant 18 ans , d’après l’enquête MICS réalisée en 2018. Parmis les causes de ce taux élevé, on note le manque de moyen financier.

Pour renverser la donne, une ONG, avec le soutien des Agences des Nations Unies dont HCR et PNUD, rescolarise plus de 100 filles, cette année. D’après Nathalie Kambala , coordinatrice nationale de l’ONG FMMDK (Femme main dans la main pour le développement du Kasaï Central), c’est un moyen efficace de contribuer à la réduction de mariage d’enfants dans la région.

” Pour préparer notre relève, nous avons rescolarisé des filles avec le soutien financier du PNUD dans le cadre du projet JAD (Justice, Autonomisation, dignité des femmes et des jeunes filles), nous pensons qu’autonomiser une fille , c’est l’envoyer à l’école. Avec le HCR, nous encadrons les filles déplacées et retournées, réfugiées pour qu’elles soient utiles dans la société. Avec UNFPA, nous travaillons dans la prévention des violences sexuelles et celles basées sur le genre.”, a-t-elle expliquée dans un message rendu public en marge de cette journée.

Toutes ces filles prises en charge, ont obtenu des kits scolaires notamment des cahiers, stylos, cartables. Des frais scolaires seront pris en charge durant toute l’année par cette ONG.

Jeff MBUYI CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Tshisekedi-Kagame: Rencontre de “vérité” ce mercredi à Luanda !

Published

on

La situation sécuritaire à l’Est de la République démocratique du Congo sera au centre d’un mini -sommet tripartite convoqué ce mercredi 6 juillet 2022 à Luanda en Angola, rapporte la cellule de presse Présidentielle.

Initiée par le président Angolais Joâo Lourenco, cette réunion mettra en face le président Félix Tshisekedi et son homologue du Rwanda.

En froid depuis le regain de violences à l’Est de la RDC et l’appui avéré du Rwanda au M23, les deux chefs d’État ne se sont plus retrouvés en tête-à-tête.

C’est pour participer à cette rencontre voulue “de vérité” que le président de la république Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo est arrivé depuis ce mardi 5 juillet en fin de journée à Luanda en Angola.

 

Paul Kagame accueille Félix Tshisekedi au poste-frontière de Rubavu, au Rwanda, le 25 juin 2021.
Paul Kagame accueille Félix Tshisekedi au poste-frontière de Rubavu, au Rwanda, le 25 juin 2021

Les présidents congolais et rwandais se retrouveront donc à Luanda, en Angola, mercredi 6 juillet 2022, aux côtés du président angolais Joao Lourenço, désigné médiateur par l’Union africaine dans la crise qui oppose les deux pays. Depuis des mois, Kinshasa accuse Kigali de soutenir le groupe rebelle M23, en pleine résurgence dans l’est de la RDC. Un soutien nié par les Rwandais.

La rencontre devrait commencer par un face-à-face, à la mi-journée, entre Félix Tshisekedi et Paul Kagame, en présence du président angolais Joao Lourenço. S’ensuivra une bilatérale élargie avec les délégations des deux parties. Selon une bonne source, le président congolais arrivera avec des membres du ministère des Affaires étrangères, de l’armée, de l’immigration et des renseignements. Des équipes sont d’ailleurs déjà à Luanda depuis plusieurs jours pour préparer le terrain.

Clarification demandée

Selon un bon connaisseur du dossier, la partie congolaise exigera une chose : que le Rwanda clarifie ses liens avec le M23 et mette fin à son soutien. « Les preuves s’accumulent. Il faut que cela cesse et que Kigali tienne un langage de vérité », indique un représentant du Congo, rapporte RFI. Kinshasa affirme même avoir présenté des preuves au médiateur angolais.

Le président Joâo Lourenco a été désigné par l’Union Africaine comme médiateur, en vue de renouer le dialogue entre les deux parties et faire baisser la tension au sein de la sous-région.

Le président de la république Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo est accompagné du ministre des affaires étrangères Christophe Lutundula et de son mandataire spécial Serge Tshibangu.

Bishop Mfundu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising