K-WA Advertising

Connect with us

Société

Kasaï Central : le ministre Puela demande pardon à la population de Kazumba pour le carnage de 2017 

Published

on

En séjour dans l’espace Kasaï, le ministre des Droits humains Albert Fabrice Puela s’est rendu dans le territoire de Kazumba pour s’enquérir de la situation des droits de l’homme dans cette partie du centre de la République. Après avoir entendu de ses propres oreilles le récit du drame vécu par la population en 2017, le patron des droits humains a au nom du gouvernement central et du président de la République, demandé pardon aux villageois.

“En ce 22 juin 2021, nous nous sommes rendus dans ce village, qui n’avait jamais cessé de faire son deuil, pour restituer les restes de cet échantillon des corps. Au nom du Président de la République et du gouvernement, nous avons sincèrement et très humblement demandé pardon aux compatriotes victimes de cette barbarie inqualifiable, en attendant que, dans le cadre de la justice transitionnelle, les victimes soient indemnisées. Plus jamais ça dans notre pays”, a martelé Albert Fabrice Puela.

Il est à noter que grâce à l’implication et la collaboration de la Monusco par son Bureau conjoint aux Droits de l’homme (BCNUDH), quelques corps (un échantillon de 10) ont été déterrés et identifiés.

Pour rappel, le 07 mai 2017, des militaires dans 4 grands véhicules ouvrirent le feu sur une paisible population en plein marché au village Tshisuku, dans le territoire de Kazumba au Kasai central, tuant plus de 50 personnes et faisant plusieurs centaines de blessés. Un véritable carnage indigne de notre société. La vidéo a d’ailleurs fait le tour du monde. Plusieurs corps seront ensevelis dans un charnier (fosse commune).

Petit Ben Bukasa/CONGOPROFOND.NET

Actualité

Électricité et Eau : Olivier Mwenze supervise les travaux du poste électrique de Kinsuka et l’usine de captage d’eau de Lukunga

Published

on

Accompagné des Directeurs Généraux de SNEL et Regideso, le ministre des Ressources hydrauliques et électricité, Olivier Mwenze a, le samedi 14 mai dernier, effectué la ronde des travaux de construction du poste électrique 220 Kv de Kinsuka qui est déjà à 50% prêt. Il a également fait un tour à la première usine de captage d’eau à Lukunga, où il a fait l’état de lieu de cette usine qui produit 48.000 m³ par jour.

A ce poste électrique de Kinsuka qui va permettre à plus de 2 millions de foyers de Kinshasa de bénéficier de l’électricité, les travaux avancent à grand pas, explique le ministre des Ressources hydrauliques et d’électricité.

“C’est une promesse faite par le chef de l’État en juillet 2021, quand nous sommes venus pour lancer des travaux de ce poste moderne, qui va permettre de nous contacter avec la centrale hydraulique de Zongo 2 et 1 pour résoudre des problèmes de désserte en électricité, pas complétement, mais nous allons pouvoir améliorer la désserte en électricité dans la ville de Kinshasa. Nous suivons les travaux pas à pas et le résultat parle de lui-même. Ce poste nous sera livré en mars 2023, malgré les problèmes de COVID-19 en Chine, mais nous sommes quand-même dans le temps pour livrer ça au premier trimestre de 2023”.

Notons que ce projet en complément de la centrale hydroélectrique de Zongo II est construit par la SNEL en partenariat avec l’entreprise chinoise Shanghai Electric. Ce poste devrait recevoir, à terme, les 150 MW produits par la centrale hydroélectrique de Zongo II dont les travaux sont complètement achevés depuis 2018.

Tenant compte de l’aspect de désserte en eau pour la ville de Kinshasa, Olivier Mwenze a estimé qu’il était aussi importante de se rendre compte de ce qui se passe dans l’usine de traitement d’eau de Lukunga car ce poste a un problème au niveau de la quantité d’eau.

“…Cette usine qui est la première de traitement d’eau a Kinshasa, est donc relativement vieille puisque construite en 1939. Donc, on se rend compte qu’elle a pris un coup de vieux et que nous devons redoubler d’efforts pour la maintenir. Elle produit 48.000m³ par jour. C’est quand même un apport considérable pour la désserte en eau pour la ville de Kinshasa, particulièrement la partie ouest. Donc nous devons la préserver et parmi les efforts, il y a juste ce respect de la propreté de la Regideso en évitant d’empiéter sur les espaces, parce que le captage pose déjà problème au niveau de la quantité d’eau surtout en période de saison sèche. L’autre problème, c’est les occupations anarchiques des populations, c’est l’insalubrité et les déchets”, a-t-il fait savoir, en appelant la population à la protection de ce site de captage d’eau.

Le ministre des Ressources hydrauliques a promis également de porter ce problème au ministres des l’Urbanisme et Affaires foncières, pour la protection effective de ce poste de traitement d’eau.

Jolga Luvundisakio/CONGOPROFOND.NET

Continue Reading

K-WA Advertising