Connect with us

Société

Kananga : le Mouvement “Rien sans les femmes” derrière les candidatures féminines au gouvernorat du Kasaï Central

Published

on

Les autorités traditionnelles, les leaders communautaires et d’opinion, etc. ont pris l’engagement, mercredi 27 octobre 2021 à Kananga, d’accompagner des femmes qui désirent diriger la province du Kasaï central aux prochains scrutins. Cette décision a été prise à l’issue d’une séance de plaidoyer organisée dans la cours royale du chef Clément Kalamba.

A l’initiative du mouvement “Rien sans les femmes”, cette séance avait pour objectif d’obtenir un soutien total des candidatures des femmes au poste du gouverneur et vice-gouverneur du Kasaï Central. « Nous sommes en train de tendre vers les élections du gouverneur et du vice-gouverneur. Vous êtes sans ignorer que depuis 1960, aucune femme n’a dirigé cette province. Alors cette fois-ci nous sommes décidés d’aller partout pour obtenir ce poste. C’est ainsi que nous sommes venus ici solliciter l’accompagnement et le soutien des chefs coutumiers parce que nous savons que tous ceux qui viendront passeront par la cour royale des chefs coutumiers. Nous avons un chronogramme des activités de grande envergure que nous allons mener jusqu’au jour des élections pour honorer les femmes qui vont postuler », a expliqué Nathalie Kambala, point focal de ce mouvement en province.

Des chefs coutumiers s’engagent à accompagner les femmes dans cette lutte

“Nous avons compris que les Hommes ont dirigé, mais il y a eu aucun changement. Voilà pourquoi nous voulons que la femme prenne aussi ce poste cette fois-ci. Les femmes réfléchissent très bien, elles ont les mêmes capacités que les hommes. Elles sont capables de bien faire le travail.”, a expliqué le grand chef de Bashilange, Clément Kalamba.

Jusqu’à ce jour, seule une femme aurait récupérer le formulaire en vue de déposer sa candidature aux prochaines élections du gouverneur.

Jeff MBUYI/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Livres : “Mes lettres aux enfants de la RD Congo” de Tonduangu Kuezina Daniel déjà sur le marché 

Published

on

« Mes lettres aux enfants de la République Démocratique du Congo » sont des propos et des réflexions que l’auteur, le Dr TONDUANGU Kuezina Daniel, adresse directement aux enfants congolais.

Dans ses différentes lettres, l’auteur répond aux questions posées par ses propres enfants. Il tente, autant que faire se peut, de répondre en interrogeant le passé de ce pays immense comme un sous-continent, notamment depuis l’époque coloniale à ce jour.

Passionné de l’histoire de la RDC, il s’intéresse particulièrement à la période chaotique qu’a traversé le pays dès son accession à l’indépendance, le 30 juin 1960, jusqu’à ce jour. Il contribue de la sorte à une relecture apaisée de cette période de l’histoire de ce grand pays.

À travers ces lettres, il participe aussi aux débats sociopolitiques qui marquent les changements politiques récents en RDC. L’auteur invite ainsi tous les enfants congolais à un travail qui doit être caractérisé par une intelligence collective, une tolérance mutuelle et une communication non violente.

L’histoire de la RDC propose l’auteur doit être revisitée de façon apaisée, pour permettre la réconciliation des fils et filles de cet immense et beau pays, et aboutir à l’effort collectif pour le développement harmonieux de ce sous-continent; au profit du plus grand nombre.

L’auteur du livre et son défunt père à Kinshasa, dans les années 70′

La lettre sur Patrice-Émery LUMUMBA a été publiée sur le site desc-wondo.org (en collaboration avec l’analyste politique et consultant des questions sécuritaires et géopolitiques, Jean-Jacques Wondo Omanyundu).

Les autres lettres ont été publiées sur les sites congoprofond.net et time.cd avec la collaboration du journaliste Tchèque Bukasa.

Il y’a lieu de noter que le bénéfice de la vente de ce livre sera versé au Cercle des Anciens du Collège Elikya /Saint-Joseph à Kinshasa, en guise de contribution aux activités et au rayonnement de cet établissement scolaire qui a fêté son centenaire en mars 2017.

Voici un extrait de la préface de ce livre, écrite par le professeur Isidore Ndaywel è Nziem, Historien, professeur émérite de l’Université de Kinshasa :
« Ce texte est un cri. Le cri d’un homme qui se fait une haute idée de son pays et de son peuple. Le cri d’un éminent médecin qui, du haut de sa spécialité professionnelle, a découvert au fil du temps sa méconnaissance de l’histoire de son peuple et s’est employé à combler ce vide. Le Cri, enfin, d’un éducateur et d’un père qui s’est estimé en devoir d’éviter à ses enfants la même traversée du désert dans le champ de connaissance de soi et de ses origines congolaises.
Ses « lettres aux enfants de la République Démocratique du Congo » n’ont pas une autre prétention que d’exprimer sa « part de vérité » sur les faits du passé, après de multiples lectures qu’il s’est imposées et l’écoute des témoignages divers et parfois contradictoires. En six « lettres », il aborde les thématiques les plus « chaudes » à ses yeux. En tête, bien entendu, « l’affaire Lumumba » (lettre 1) puis le « tribalisme » (lettre 2) et les « richesses du Congo » (lettre 4). Il ne néglige pas, pour autant, les équations du terrain de l’historiographie : l’exigence d’une écriture « inculture » de l’histoire du Congo (Lettre 3) et la nécessité d’une production bibliographique plus importante sur cette histoire (lettre 5).

Ce livre est finalement la conséquence d’une prise de conscience. Un plaidoyer pour l’intériorisation de la conscience historique, à tous les niveaux. Une incitation, pour tout citoyen, à prendre en charge « son » histoire, « notre » histoire. Une histoire défalsifiée dans ses servitudes et grandeurs, et dont l’écriture est à la portée de tous. »

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising