Connect with us

À la Une

Justice : deux sociétés pétrolières, SPC et SPK, auteurs d’un faux jugement dans l’affaire “Ibrahim Ahmad Issaoui”

Published

on

“Le temps est le meilleur sauveur des hommes justes”, déclare l’un des avocats du patron de la société Socimex, Ibrahim Ahmad Issaoui dans l’affaire opposant cet entrepreneur à deux sociétés pétrolières SPC (Société Pétrolière du Congo) et SPK (Stockage Pétrolier du Katanga), basées dans l’ex-Katanga.

En effet, les deux sociétés pétrolières du Groupe TRAFIGURA sont accusées de manipuler la justice congolaise dans un jugement du 18 novembre 2019 du Tribunal de Commerce/Gombe sous le numéro RCE 6361/6362.

Par contre, le Tribunal de Grande Instance sous RP 26.799 a, dans son jugement rendu le 03 mars 2020, démontré que les deux sociétés pétrolières avait brandi un faux jugement du Tribunal de commerce de Kinshasa-Gombe du 18 novembre 2019. Cette décision, signalons-le par ailleurs, avait condamné Ibrahim Ahmad Issaoui à payer 2 millions USD à ces deux sociétés.

En effet, madame Joëlle Lukodi Mayilana, greffiere de cette instance, a été accusée d’avoir fabriqué ce jugement en mettant le nom du magistrat du Tribunal de Grande Instance de Kinshasa-Gombe, Emmanuel Kitenge, comme ministère public ayant assisté au prononcé qui, d’ailleurs, n’a jamais eu lieu, en plus pas en audience publique.

Le Tribunal de Grande Instance de Kinshasa-Gombe a donc établi un rapport avec ce jugement en condamnant à un mois de prison ferme la greffière fictive, mais aussi a ordonné la confiscation et la destruction de ce fameux faux jugement.

Entre-temps, les avocats du patron de la société Socimex, estiment que le meilleur sauveur des hommes justes, c’est le temps, et le temps leur a donné raison dans cette affaire surtout que les juges co-acteurs de ce crime judiciaire sont toujours en cavale. Leur situation pourrait s’aggraver à cause de cette forfaiture : “Le temps révèle tout. Le temps couvre et découvre toutes choses. Le temps a ainsi fini par lever le voile et restituer la vérité en replaçant chacun dans sa véritable nature ; certains étant ainsi rattrapés et mis à découvert par la force du temps et la justice congolaise. Ces faits scandaleux ont exposé au discrédit ces personnes qui, très facilement, excellent par fuite en avant dans l’art de transposer leurs propres forfaits sur les autres pour les diffamer injustement”, se réjouit l’un des avocats de la société gagnante “Socimex”.

Jolga Luvundisakio/CONGOPROFOND.NET

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

%d blogueurs aiment cette page :