Connect with us

Actualité

Journée de l’arbre : Denis Sassou-N’Guesso a planté un Azobé au village Okondo

Published

on

Le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou-N’Guesso, s’est plié à la tradition en plantant un arbre au village Okondo, terre Ibami, à quelques mettre d’Obouya sur l’axe Boundji. Ce mardi 6 novembre 2018, il a enfui sous terre l’Azobé.

Denis Sassou-N’Guesso, en accomplissant cet acte, a tenu à se conformer au rituel que lui-même a institué depuis 1986, faisant obligation à tout citoyen de planter, au moins, un arbre d’essence fruitière ou forestière. Une manière de traduire en acte sa volonté, toujours, affirmée de préserver l’environnement et gérer durablement les écosystèmes forestiers.

L’espèce plantée par le président Denis Sassou-N’Guesso et l’ensemble de tous ceux qui ont accompli le même geste à sa suite, est une essence de bois très lourde et dure. Grâce à sa solidité, sa résistance à l’usure et sa durabilité, il est souvent utilisé comme bois de construction dans les ouvrages hydrauliques.

Faustin Dembi, directeur du service national de reboisement, qui a présenté la fiche technique du site au président de la République, a, dans son propos, souligné que les activités de reboisement sont génératrices d’emploi pour les jeunes et contribuent à la réduction de la pression anthropique au Congo. A la lumière de ses propos, il en résulte que 2000 plants ont été plantés sur 5 hectares. On pouvait, également, noter que c’est la quatrième année que l’espèce azobé est plantée, à la faveur de la journée nationale de l’arbre.

L’importance de l’azobé se mesure en ce qu’il peut être utilisé, par exemple dans les traverses de chemin de fer. Il peut être, également utile, dans les constructions dans l’eau et à bien des égards, concurrencer le fer et le béton. C’est, en outre, un excellent bois de chauffage.

La 32ème journée nationale de l’arbre s’inscrit dans la poursuite des efforts que ne cesse de déployer le chef de l’Etat congolais pourvoir les localités du Congo en forets artificielles, concourant au renforcement du combat contre les changements climatiques.

 

Achille Schillains, CONGOPROFOND.NET/Correspondant à Brazzaville


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

À la Une

ESPT/Dossiers « Clé de répartition des frais scolaires et les 10% alloués aux bureaux gestionnaires »: Le ministre Mbutamuntu réagit !

Published

on

Le ministre provincial en charge de l’Éducation de la ville de Kinshasa, Charles Mbutamuntu Lwanga, réagissant aux deux articles publiés par CONGOPROFOND.NET en date du 27 septembre 2022, sur la pratique de la clé de répartition des frais scolaires et les 10% alloués aux bureaux gestionnaires, contestés par les enseignants du réseau protestant, évoque son souci de renforcer la supervision contre les structures spécialisées avec les « Anti-valeurs ». Nous publions in extenso sa lettre parvenue à notre rédaction par le canal de sa cellule de communication.

Kinshasa, le 29 septembre 2022

Au responsable de Congoprofond.net

Objet: Droit de réponse

Monsieur le responsable de Congoprofond.net,

Votre média en ligne a publié, en date du 27 septembre 2022, deux articles épinglant principalement le Ministre Provincial de l’Éducation/Ville de Kinshasa, Son Excellence Charles Mbutamuntu.

Le premier avait comme titre « EPST/Pratique de la clé de répartition : Charles Mbutamuntu passe outre les instructions de Tony Mwaba »; tandis que le second était intitulé « Epst: les 10% alloués aux bureaux gestionnaires par Charles Mbutamuntu contestés à Kinshasa »*.

Deux articles publiés le même jour, ce qui frise un acharnement pur et simple à l’égard d’un membre de l’Exécutif provincial dont la compétence et les prouesses ne sont plus à démontrer.

Pour votre gouverne, il n’ y a jamais eu violation des instructions du Ministre national Tony Mwaba, concernant la clé de répartition. Le souci pour nous est de renforcer la supervision contre les structures spécialisées avec les Anti-valeurs.

La première des choses à savoir est que le Ministre national n’avait jamais fixé les frais d’appui aux besoins des enseignants. Ces frais ont été fixés par l’Arrêté de Son Excellence Monsieur le Gouverneur, conformément au souci du Ministre national de soulager les enseignants du secondaire, et en attendant que le Gouvernement de la République concrétise les efforts déjà en cours pour améliorer les conditions de vie des enseignants.

Dans le souci de mettre fin aux antivaleurs et traquer les réseaux mafieux, Son Excellence Monsieur le Gouverneur a mis en place, dans son arrêté portant fixation des frais, une commission de suivi chargée de renforcer la supervision contre les ennemis de la gratuité. Et depuis le début de l’année, plusieurs réseaux sont démantelés et les mafieux ont peur. Pour soutenir le fonctionnement des comités de suivi (enseignants assis), la Commission urbaine avait levé deux options, notamment la contribution des écoles privées et le fonctionnement.

Il convient de souligner que pour concrétiser la vision du Chef de l’État, pilotée par le Warrior Tony Mwaba, le pourcentage des frais affectés à l’appui des enseignants est passé de 80% l’année passée à 90% cette année. Nos amis syndicalistes des écoles protestantes ne le savent peut-être pas, car Son excellence Charles Mbutamuntu avait prévu de les rencontrer pour échanges, après l’avoir fait avec les Catholiques. Les 10% affectés à l’appui des bureaux gestionnaires dans leur travail de supervision soutiennent la lutte contre les antivaleurs.

Je vous remercie de publier ce droit de réponse dans son intégralité pour éclairer la lanterne de l’opinion.

Lefils MATADY, Coordonnateur/Cellule de Communication

Ministère provincial de l’Éducation/Kinshasa


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising