Connect with us

À la Une

Jacques Tshimbombo Mukuna : l’«Aumônier» de Mobutu n’est plus

Published

on

La nouvelle est tombée hier jeudi 24 juin tôt le matin tel un couperet. Comme d’habitude, les sceptiques ont eu du mal à croire à cette dure réalité de la vie humaine. Il s’agit de la mort du sénateur honoraire Jacques Tshimbombo Mukuna, surnommé «aumônier» pour le rôle stratégique qu’il avait joué dans le sérail du maréchal Mobutu Sese Seko lors des travaux de la Conférence Nationale Souveraine, de 1991 à 1992.

L’illustre disparu était l’une des figures emblématiques ayant marqué le long règne du Président Mobutu. On rappele qu’il avait occupé plusieurs fonctions pendant le régime de l’homme de Kawele jusqu’au 17 mai 1997, date de sa chute, Tshimbombo Mukuna était à un moment responsable de la sécurité. D’ailleurs, les troupes rebelles de l’Afdl l’avaient surpris à Kinshasa au moment où la plupart des dignitaires du régime s’étaient déjà mis à l’abri.

A propos des postes occupés, Jacques Tshimbombo Mukuna fut gouverneur de Kinshasa de 1985 à 1986 ; puis ministre de la Jeunesse et Sports puis Admnistrateur général du Snip (Service National d’Intelligence et de Protection).

Pendant la période agitée de la transition politique où le régime autoritaire de Mobutu était contraint de composer avec d’autres forces politiques qui n’étaient pas de son obédience, Tshimbombo Mukuna montera davantage en puissance parce que le maréchal Mobutu lui confiera de nouvelles responsabilités encore plus lourdes, celle de Conseiller politique.

Des fonctions qui le mettront en vedette pendant la tenue et le déroulement des travaux de la Conférence Nationale Souveraine (CNS) où il était l’homme de toutes les manœuvres du camp de Mobutu.

Les conférenciers tout comme les journalistes connaissent bien l’homme et le rôle qu’il jouait pour garantir le maintien et la survie politique du régime qui était sérieusement menacé. C’est à cette période que le surnom d’«aumônier» lui avait été donné.

Surpris à Kinshasa au moment de la chute du régime alors que ses collègues membres du serail avaient quitté la ville, Jacques Tshimbombo trouvera refuge dans une ambassade, en attendant de jongler pour sortir du pays.

Il reviendra à la suite du Dialogue intercongolais de Sun City en Afrique du Sud. Il sera élu sénateur d’une législature qui aura marqué les annales politiques nationales pour sa longévité, 12 ans.

Il importe quand même de signaler qu’il était tombé malade durant cette législature et était évacué à l’extérieur pour des soins appropriés où il avait fait plus de huit ans. A son retour, le président du bureau du Sénat à l’époque, Léon Kengo, l’avait présenté à la plénière en remerciant Dieu pour le soutien.

La mort l’emporte au moment où personne ne s’y attendait. Sa dernière sortie publique était intervenue le jeudi 3 juin 2021 lors des obsèques du Haut représentant et Envoyé spécial du Président de la République Yezu Kitenge.

Né le 12 juin 1946 à Bukavu, capitale de l’ancienne province du Kivu, Jacques Tshimbombo Mukuna quitte la terre de ses ancêtres à l’âge de 75 ans qu’il venait d’ailleurs de fêter.

Dom/Le Phare


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Kaniama Kasese : 200 volontaires de Kasumbalesa en route pour le Centre de formation “Félix Tshisekedi”

Published

on

Après ceux de Kinshasa, Mbuji-Mayi et Lubumbashi, c’est au tour de quelques jeunes de Kasumbalesa de se voir doter de la tenue bleue et jaune, symbole du Service National, fièrement portée par les “Bâtisseurs” de la République. Parmi ces jeunes, 60 % sont des volontaires désireux de servir la nation à travers cette structure étatique. Ils seront soumis à une formation paramilitaire, laquelle sera suivie d’un apprentissage des métiers au sein du Centre de formation “Félix Tshisekedi” à Kaniama Kasese.

C’est dans une ambiance des chants, des cantiques de remerciements aux autorités que chacun de ces jeunes volontaires a reçu des tenues bleues et jaunes, symbole du service national, et ont embarqué pour Kaniama Kasese en vue d’un séjour qui vise une transformation civique.

Ces volontaires viennent donc tordre le coup aux rumeurs qui laissaient croire que leurs prédécesseurs, récemment transférés à Kaniama Kasese, ont été victimes de l’arbitraire et seraient sous le coup de la torture.

Éduqués aux métiers, ces jeunes seront envoyés à travers le pays afin de contribuer au développement de la nation en cultivant, en construisant des écoles et des hôpitaux après leur temps de rééducation et de formation à Kaniama Kasese.

De son côté, le général major Jean-Pierre Kasongo Kabwik, commandant du Service National, rassure que tout est fait selon les instructions du Président de la République, c’est-à-dire celles relatives au respect des droits de l’homme.

Ces nouveaux pensionnaires du centre de formation et d’encadrement Félix Antoine Tshisekedi rejoignent une autre vague de Lubumbashi pour Kaniama Kasese. À leur arrivée, ces nouveaux locataires du Centre d’Instruction et de Formation Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo seront soumis à des formations élémentaires sur le civisme, la maçonnerie, l’électricité, la mécanique automobile. Ces formations seront sanctionnées par des brevets.

Il sied de rappeler que ces nouveaux pensionnaires venus du Haut-Katanga et de Kasumbalesa rejoignent les groupes qui sont déjà arrivés de Kinshasa et du Kasaï oriental. L’objectif de cette fusion est de consolider l’unité et la cohésion nationale, mission capitale du Service National, qui est directement liée à la présidence de la République.

Monica Bubanji/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte