Connect with us

À la Une

Hydrocéphalie : le “cas fabuleux” du petit Winner au coeur de la création de AWR-RDC de Léontine Kangombe

Published

on

L’hydrocéphalie, communément appelé à Kinshasa ” Kisimbi”, est une pathologie assez fréquente, qui se traite habituellement bien. Le petit Winner, lui, a vécu toutes les complications possibles et a subi des interventions pour s’en sortir. Aujourd’hui, grâce à la ténacité de sa maman, Winner va bien. Et sa maman, Léontine Kangombe, avec quelques philanthropes ont mis sur pied l’Association Winner Refuge ( AWR-RDC) pour appuyer les enfants atteints de cette maladie. Elle raconte son histoire.

 

 

” Winner était atteint d’hydrocéphalie à sa naissance et la prise en charge médicale a été faite à temps. Une expérience douloureuse mais qui a donné naissance a une passion de venir en aide aux enfants atteints de la même maladie en RDC”, a-t-elle d’entrée de jeu expliqué à CONGOPROFOND.NET.

En effet, son fils WINNER a subi une intervention chirurgicale avec la pose d’une valve de dérivation qui est le seul moyen de canaliser le liquide céphalo rachidien qui s’accumulait dans le cerveau et qui faisait enfler les cavités et celles-ci en­flaient toute la tête.

” A seulement 3 mois de vie sur terre, Winner avait la tête d’un enfant de plus d’un an. La prise en charge tôt au service de Neurochirurgie par la pose d’une valve de dérivation qui va du cerveau à l’abdomen afin de permettre l’écoulement normal du liquide céphalo rachidien, a réussi de stabiliser sa tête et permis à WINNER d’avoir une vie normale où jusqu’à ce jour il a totalisé 15 ans de vie car c’est l’accumulation de ce liquide dans le cerveau qui est la cause même de l’hydrocéphalie”, a relaté Léontine Kangombe.

La même prise en charge médicale dont Winner est bénéficiaire en France peut être accordée aux enfants atteints d’HYDROCEPHALIE en RDC par les hô­pitaux partenaires sur place, a-t-elle martelé.

Quid de l’hydrocéphalie ?

C’est une pathologie qui concerne 0,4 à 0,8 enfants sur 1000 à la naissance, mais elle peut aussi se déclencher plus tard, ce qui veut dire après la naissance ou à l’âge adulte.

L’hydrocéphalie est une anomalie neurologique qui peut être définie comme l’accumulation excessive de liquide céphalo-rachidien (LCR) dans les cavités du cerveau ( ventricules).

Ce liquide est produit naturellement par le cerveau hu­main et a pour but de protéger le tissu cérébral et la moelle épinière. Il sert d’amortisseur contre les impacts entre le système nerveux central et le crâne ou les OS environnants.

Chez une personne normale, le LCR présente un volume compris entre 100 et 150ml. C’est un liquide…

La conséquence immédiate et très remarquable de cette accumulation du LCR c’est L’ AUGMENTATION DE LA PRESSION INTRACRANIENNE. (MUTU EVIMBI)

Comment la soigner ?

L’hydrocéphalie se soigne quand elle est détectée tôt. Son traitement consiste à soulager la pression INTRACRANIENNE, en rétablissant une circulation normale ou en drainant la circulation de ce liquide vers les méninges ( traitement endosco­pique qui veut dire creuser un trou dans les cavités par la voie endoscopique), ce qui ne marche souvent pas. C’est alors que l’on procède à la dérivation qui consiste à la pose d’une valve (sonde) qui est un traitement définitif pour le mo­ment. Ce traitement est le seul moyen de permettre aux enfants qui sont atteints.

AWR-RDC dans l’arène

Winner Refuge a pour objectifs d’identifier et de sensibiliser des ménages à Kinshasa pour le moment ayant des enfants atteints d’hydrocéphalie à cette problématique ; de renouer le lien social et familial brisé à cause des idées reçues et de faire l’accompagnement à la prise en charge médicale d’au moins 10 enfants par trimestre et faire réaliser leur inter­vention chirurgicale dans l’hôpital partenaire. Faire aussi l’accompagnement du suivi postopératoire par les bénévoles locaux et étendre son champ d’action dans les différentes provinces de la République Démocratique du Congo.

La vision de l’Association Winner Refuge repose sur une ap­proche globale, dynamique et inclusive du développement durable. “Premièrement, nous attendons agir en défaveur des stéréotypes et des idées reçues qui entourent la maladie d’ hydrocéphalie des enfants en République démocratique du Congo, sujet qui est tabou; par une sensibilisation de proximité en vue d’obtenir une prise de conscience du plus grand nombre des familles et les impliquer à rechercher une prise en charge médicale à temps”, a fait noter Olivier Kabanga, coordonnateur de cette association.

Winner Refuge s’engage aussi à participer à l’atteinte de l’Objectif de Développement Durable n°3 ‘’ Bonne Santé et Bien-être de tous à tous les âges’’.

MEMBRES :
1. KANGOMBE Léontine : Présidente
2. MIANDA MUJINGA MIMIE : Vice- Président.
3. BISUABIABO KASONGA JEAN PIERRE : C.A.F (Charger d’administration et finance)
4. OLIVIER KABANGA : Coordonnateur
5. CEDRIC KUSSU : Secrétaire
6. GABRIEL TSHITENGA : Conseiller
7. LOLO TSHIBANGU KABOZA : Conseillère

Malgré son caractère non lucratif, a fait savoir Olivier Kabanga, Winner Refuge a besoin de fonds pour fonctionner. ” D’ailleurs, comme pour les en­treprises, la recherche de financement peut constituer un véritable parcours du combattant. D’où, notre appel aux entreprises, aux parrainages aux mécénats qui sont également des alterna­tives de financement intéressantes afin d’atteindre nos ob­jectifs. Notre contact  est: +243 813412849 assowinrefuge@gmail.com 57, Avenue du livre Quartier Golf/ Commune de la Gombe/ Ville province de Kinshasa”, a-t-il conclu.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Beni: Les inspecteurs du pool primaire boycottent l’ENAFEP pour non payement des primes

Published

on

Les inspecteurs du pool primaire de la ville de Beni ont décidé de boycotter la passation des épreuves de l’examen national de fin d’études primaires dont le début est annoncé pour ce mardi 5 juillet 2022.

Dans leur décision rendue publique ce lundi, ces inspecteurs revendiquent le non payement de leurs différentes primes le gouvernement congolais.

Ça fait plus de deux ans que nous ne sommes pas payés. Nous avons toujours intervenus lors de Tenafep mais en vain. On nous promet mais le gouvernement ne s’exécute pas”, s’indigne l’inspecteur Kakule Kombi, secrétaire permanent de syndicat des inspecteurs antenne de Beni.

D’après lui, ils réclament «le perdiem pour interventions aux TENAFEP de 2020, 2021 et puis 2022 et les primes selon l’ordonnance du président de la République»

Ces inspecteurs invitent le gouvernement à recaler ces épreuves en attendant le payement de leur prime.

Pour Kakule Kombi, ses collègues doivent «rester à la maison» en attendant que la solution soit trouvée.

Verite Johnson/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising