Connect with us

À la Une

Grève à Télé 50 : « S’il nous paie ne fut ce que 10 mois d’arriérés, on reprend… » ( Agents)

Published

on

En colère contre leur patron, les agents et cadres de Télé 50 sont en grève depuis le matin de ce lundi 11 février 2019 pour exiger les arriérés de salaire ( 11,13 mois pour les uns et 14 pour les autres). Selon leur déclaration faite à la presse, les agents et cadres de cette chaîne réputée proche du pouvoir ( sous l’ère Kabila) ont juré de reprendre le service si leurs salaires sont libérés.

« Nous nous sommes juste agents de Télé 50 . Nous avons des arriérés de salaire depuis 2017, 2018… Au total 13, 14 mois pour les uns et 11 pour les autres », a déclaré Matthieu Kamango, un des signataires de la lettre de revendication des salaires.

Et de poursuivre : « On avait commencé avec un processus qui est normal dans l’administration de l’État. Dialoguer avec le patron, ça n’a pas abouti. On a trouvé un avocat conseil qui a saisi le même chef et aujourd’hui nous sommes à cette étape où dans le courrier, il était demandé à ce que le chef puisse dialoguer avec la délégation de tous les agents et cadres qui sont en grève, de parler avec eux 48h après. C’est qui n’a pas été fait. Et aujourd’hui, nous venons juste manifester notre indignation et lui dire de respecter ce qui est de droit » a martelé le porte-parole des agents et cadres de Télé 50.

Ces agens qui réclament leurs salaires ont juré d’aller jusqu’au bout afin de bénéficier des fruits de leurs labeurs.

« On va aller jusqu’au bout. Jusqu’à ce qu’ on aura gain de cause. Nous demandons que nos droits soient respectés. Il a des l’argent dans le compte de Télé 50 et ses comptes privés (Jean Marie Kasamba NDLR…). S’il nous paie 10 mois d’arriérés à tout un chacun, on va reprendre le travail », a-t-il martele.

« Il doit aussi réaménager la gestion. Nous, on sera représenté par un gestionnaire qui aura vérifier tous les comptes et à la fin du mois ce qui est dû à l’enveloppe salariale doit être défalqué, décaissé pour que tout le monde soit payé. Il faut garantir le transport, la communication des agents… », a souligné le journaliste.

« Ce n’est pas une mise en garde qu’on donne à notre employeur, mais nous lui disons aussi avec respect que la lettre adressée par l’avocat doit être respectée. Pas d’intimidation, certains de nous on déjà reçu des SMS. On reste solidaire. Une corde demeure solide et difficile à couper tant qu’elle est constituée de plusieurs portes. Nous demandons aussi l’intervention de les autorités compétentes », a-t-il conclu.

Notons que ce vent de grèves est à la mode à Kinshasa depuis l’arrivée de Félix Tshisekedi à la tête de la République. Sonas, Transco, SCTP, RTNC…et aujourd’hui Télé 50 qui est une institution privée.

Jolga Luvundisakio/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
2 Comments

2 Comments

  1. Pingback: Zoom-eco.net : "RDC : la validation des mandats des élus du peuple prévue ce 13 février 2019" - Les Pointeurs News

  2. Pingback: Zoom-eco.net : « RDC : la validation des mandats des élus du peuple prévue ce 13 février 2019 » | Congo Actuel

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

À la Une

Le Salon des Médias et du Business ouvert ce jeudi à Kinshasa 

Published

on

C’est sur le thème: « Les médias, un atout pour la croissance des entreprises en RDC » que le Salon des Médias et du Business s’est ouvert ce jeudi 26 au 27 janvier 2023 à l’hôtel Fleuve Congo.

Événement incontournable de la scène des médias, le Salon des Médias et du Business est l’unique salon en RDC qui rassemble toute la presse et les opérateurs économiques pour discuter des possibilités d’une relation gagnant-gagnant.

Ce salon est organisé par l’Association des médias en ligne (MILRDC) en collaboration avec la Fédération des Entreprises du Congo (FEC), avec l’appui technique d’Internews sur financement de l’Union Européenne dans le cadre du projet Medias Indépendants et Innovants (Medias 2I).

Prennent part à cette rencontre, environ une centaine de journalistes, communicateurs et chefs d’entreprises.

L’objectif visé par les organisateurs est double : « d’abord évaluer les avancées de l’écosystème médiatique et son impact éventuel sur la croissance des entreprises du pays et ensuite initier un espace d’échange sur diverses thématiques en vue d’améliorer la relation entre le secteur privé et les médias », a déclaré Noémie Kilembe, directrice adjointe d’Internews.

Durant les deux jours du Salon, les participants prendront part aux echanges à travers quatre panels. Les deux premiers prévus ce jeudi ont tablé sur « la réglementation de la publicité en RDC et son impact sur les revenus des médias »; et aussi « les médias face aux régies publicitaires et GAFAS ».

Pour ce vendredi, le premier panel traitera de la diversification des services et des offres des médias, alors que le deuxième planchera sur la gouvernance et la gestion des médias en tant qu’entreprise.

Ce Salon, convient-il de rappeler, rentre dans le cadre du projet M2I débuté en janvier 2020 et qui s’achève à la fin du mois de janvier 2023.

Déborah Kabuya/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising