Connect with us

Actualité

Goma: 2 mouvements citoyens exigent la démission du maire pour « incompétence »

Published

on

Les mouvements citoyens Lutte pour le Changemen (Lucha) et « Raïa anasimama » sont descendus dans les rues de Goma ce vendredi 04 septembre.

Mouvement parti du rond-point Mutinga, on pouvait lire sur les affiches « Muisa Kense doit partir ! ».

Ces manifestants ont chuté devant l’hôtel de ville où ils ont fait un sit-in pendant plusieurs heures. Ils réclament la démission pure et simple de l’autorité urbaine qu’ils accusent « d’incompétence » sur plusieurs plans notamment sécuritaire, infrastructrurel, salubrité et administratif.

Pour eux, le maire Muisa Kiense a montré ses limites dans la gestion de la ville touristique qui, selon eux, mérite mieux.

Ainsi, ils ont adressé une lettre au vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur pour qu’il le remplace carrément. « Nous pensons qu’il est incompétent parce qu’il a été incapable de désengorger la question sécuritaire dans la ville de Goma, bien que celle-ci implique plusieurs acteurs. Et parmi ces acteurs, il y a le maire de la ville qui coordonne les informations au niveau de la base, les fait monter jusqu’aux organes de prise des décisions et sur ce plan là, nous sentons que le maire a fait preuve d’incompétence. Il suffit seulement de faire un tour dans nos quartiers pour voir comment les gens sont égorgés, sont cambriolés. En tout cas, en tant que des citoyens congolais, nous pensons que nous méritons mieux, nous méritons une autorité qui soit à la hauteur des défits sécuritaires de la ville de Goma », a indiqué Claude Kinyunyi de la Lucha.

Aussi, ils déplorent la léthargie administrative de cette autorité car voilà presque deux ans, il est à la tête de la ville mais aucune initiative en terme d’infrastructure sociale ou économique sans oublier la salubrité avec les poubelles qui jonchent les rues et certains lieux publics de la ville, se sont-ils désolés.

En réaction, l’incriminé rejette toutes ces accusations. Muisa Kense répond à ses détracteurs en disant que la ville de Goma est l’une des villes les plus propres de la RDC, avant de préciser qu’il fait aussi face au problème des moyens pour bien faire son travail.

En ce qui concerne la sécurité, le premier citoyen de la ville reconnaît qu’il n’ y a jamais eu de ville au monde à zéro criminalité. Toutefois, il pense que chacun devra jouer bien son rôle pour endiguer cette situation.La police ainsi que d’autres services de sécurité surtout, a conclu l’autorité urbaine.

Pendant que les militants de ces deux mouvements citoyens étaient en sit-in devant la mairie de Goma, une autre frange de la population était non loin de là avec des papiers avec comme message: « Nous soutenons les actions de Muisa Kiense ».

Notons qu le chef-lieu du Nord-Kivu fait face actuellement à une recrudescence de l’insécurité avec à la clé: le meurtre des changeurs de monnaie, dits cambistes.

Dalmond Ndungo/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

ESPT/Dossiers « Clé de répartition des frais scolaires et les 10% alloués aux bureaux gestionnaires »: Le ministre Mbutamuntu réagit !

Published

on

Le ministre provincial en charge de l’Éducation de la ville de Kinshasa, Charles Mbutamuntu Lwanga, réagissant aux deux articles publiés par CONGOPROFOND.NET en date du 27 septembre 2022, sur la pratique de la clé de répartition des frais scolaires et les 10% alloués aux bureaux gestionnaires, contestés par les enseignants du réseau protestant, évoque son souci de renforcer la supervision contre les structures spécialisées avec les « Anti-valeurs ». Nous publions in extenso sa lettre parvenue à notre rédaction par le canal de sa cellule de communication.

Kinshasa, le 29 septembre 2022

Au responsable de Congoprofond.net

Objet: Droit de réponse

Monsieur le responsable de Congoprofond.net,

Votre média en ligne a publié, en date du 27 septembre 2022, deux articles épinglant principalement le Ministre Provincial de l’Éducation/Ville de Kinshasa, Son Excellence Charles Mbutamuntu.

Le premier avait comme titre « EPST/Pratique de la clé de répartition : Charles Mbutamuntu passe outre les instructions de Tony Mwaba »; tandis que le second était intitulé « Epst: les 10% alloués aux bureaux gestionnaires par Charles Mbutamuntu contestés à Kinshasa »*.

Deux articles publiés le même jour, ce qui frise un acharnement pur et simple à l’égard d’un membre de l’Exécutif provincial dont la compétence et les prouesses ne sont plus à démontrer.

Pour votre gouverne, il n’ y a jamais eu violation des instructions du Ministre national Tony Mwaba, concernant la clé de répartition. Le souci pour nous est de renforcer la supervision contre les structures spécialisées avec les Anti-valeurs.

La première des choses à savoir est que le Ministre national n’avait jamais fixé les frais d’appui aux besoins des enseignants. Ces frais ont été fixés par l’Arrêté de Son Excellence Monsieur le Gouverneur, conformément au souci du Ministre national de soulager les enseignants du secondaire, et en attendant que le Gouvernement de la République concrétise les efforts déjà en cours pour améliorer les conditions de vie des enseignants.

Dans le souci de mettre fin aux antivaleurs et traquer les réseaux mafieux, Son Excellence Monsieur le Gouverneur a mis en place, dans son arrêté portant fixation des frais, une commission de suivi chargée de renforcer la supervision contre les ennemis de la gratuité. Et depuis le début de l’année, plusieurs réseaux sont démantelés et les mafieux ont peur. Pour soutenir le fonctionnement des comités de suivi (enseignants assis), la Commission urbaine avait levé deux options, notamment la contribution des écoles privées et le fonctionnement.

Il convient de souligner que pour concrétiser la vision du Chef de l’État, pilotée par le Warrior Tony Mwaba, le pourcentage des frais affectés à l’appui des enseignants est passé de 80% l’année passée à 90% cette année. Nos amis syndicalistes des écoles protestantes ne le savent peut-être pas, car Son excellence Charles Mbutamuntu avait prévu de les rencontrer pour échanges, après l’avoir fait avec les Catholiques. Les 10% affectés à l’appui des bureaux gestionnaires dans leur travail de supervision soutiennent la lutte contre les antivaleurs.

Je vous remercie de publier ce droit de réponse dans son intégralité pour éclairer la lanterne de l’opinion.

Lefils MATADY, Coordonnateur/Cellule de Communication

Ministère provincial de l’Éducation/Kinshasa


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising