K-WA Advertising

Connect with us

À la Une

Formation du Gouvernement : Se mettre au diapason de la réalité géopolitique ( Par LOLI NKEMA LILOO BOKONZI Président de l’AGV) 

Published

on

 

Au-delà du simple fait de représentation d’une province ou d’une région de par ses origines, la géopolitique comprend aussi les rivalités de pouvoir, de leadership ou d’influence sur des territoires ou sur des peuples donnés dans un environnement socio-culturel et économique particulier qu’il faut bien comprendre. Et dans ce jeux de rivalités tel que les élections ou autres, ici en République Démocratique du Congo, il y a des leaderships authentiques qui se sont légitimement construits sur terrain, ce qui constitue une réalité essentielle à prendre en compte si l’on veut baliser la voie pour une paix et un développement durable.

Ce développement durable avec tout ce que cela comporte, s’il devenait effectif, serait le
langage qui mettrait en sourdine les conflits disproportionnés de tout genre. Mais pour prendre son envol, il doit partir d’une situation existante qui, pour le cas de notre pays, se caractérise par la dominance géopolitique.

En effet, que ce soit sur le plan local, régional ou international, c’est depuis la guerre lancée à
l’Est il y a 25 ans et la démocratie élective relancée en 2006 que le Congo évolue
désespérément au rythme accru de violences injustifiées autour des intérêts ethno-politiques et financiers, et ce, pour la simple raison que les données sur terrain ne sont pas en faveur des auteurs de cette violence.

Par contre, c’est la récente et première alternance pacifique réalisée au sommet de l’Etat
depuis plus de 50 ans qui redonne espoir au peuple face aux tristes situations qu’il traverse. L’alternance en question inaugurerait donc le rétablissement des droits des congolais, des forces de changements dont l’opposition et des réels équilibres internes au Congo de par l’accession à la magistrature suprême de Félix TSHISEKEDI issu des rangs d’une opposition de longue date inconsidérément flouée.

Par ailleurs, il faut bel et bien comprendre que cette alternance est le résultat indubitable de la pression extraordinaire faite par les congolais organisés autour des forces de changements
alors que de nombreux mécanismes étaient mis en place pour maintenir le statuquo. Ce n’est pas à perdre de vue malgré les multiples opérations de charme en vue de la formation du
Gouvernement.

La preuve en est que la coalition FCC-CACH n’a pu survivre à cette pression continue qui consiste en des revendications légitimes issues des réels équilibres qu’on a longtemps étouffé contradiction des principes démocratiques prônés à cor et à cri. Comme qui dirait, la nature reprend toujours ses droits.

Par conséquent, l’Union Sacrée, vision du Chef de l’Etat, elle plus que quiconque, devrait se
mettre au diapason de la réalité géopolitique. En d’autres termes, le Gouvernement issu de l’Union Sacrée doit partant de la sélection de ses animateurs demeurer dans cet élan de rétablir dans leurs droits les congolais, les forces de changements ainsi que les espaces leur acquises et les réels équilibres qui ont été longtemps travesti en faveur des intérêts particuliers.

LOLI NKEMA LILOO BOKONZI
Président de l’Alliance pour la Gouvernance des Valeurs (AGV)

À la Une

RDC : Déjà en ordre de bataille, le MCU Civuila Ilunga pose une condition pour soutenir Fatshi en 2023 !

Published

on

Ouverts le samedi 14 mai, les États-généraux du Mouvement des Congolais Unis (MCU) se poursuivent ce lundi 16 mai 2022 à Kinshasa. Y prennent part, les cadres inter-federeaux, fédéraux et nationaux de cette formation politique membre de l’Union Sacrée.

À l’ouverture de ces assises Jean-Paul Civuila Ilunga a invité les participants de son parti à abattre un travail de fond, en mettant un accent particulier sur les élections générales prévues en 2023. Pour le numéro 1 du MCU, ces assises seront porteuses d’une vision claire sur le processus électoral de 2023 et annonceront un programme ambitieux de ce parti pour les élections à venir.

S’agissant du candidat à la présidence de 2023, Jean-Paul Civuila pose une condition pour soutenir l’actuel président de la République Démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi, à l’élection présidentielle de 2023. Pour lui, le MCU soutiendra la candidature de Félix Antoine Tshisekedi à la seule condition qu’il soit ” Indépendant”. ” S’il est candidat de l’UDPS, le MCU présentera son propre candidat !”, a-t-il souligné.

Concernant l’actualité politique nationale, le patron du MCU est revenu sur le bilan du premier ministre SAMA LUKONDE. Tout en le jugeant négatif, il a demandé haut et fort sa démission et celle de son gouvernement.

Fidèle à son cheval de bataille, Jean-Paul Civuila a réiteré son appel au président Tshisekedi, lui demandant de se débarrasser de ses amis dans son entourage. ” Je voudrais revenir sur une situation avant de passer à un autre point. Ce pays ne peut être dirigé, si le président ne nous écoute pas. Nous avons parlé du Premier ministre, nous avons parlé de l’entourage du président…”, souligne-t-il.

A travers ces États généraux, convient-il de souligner, le MCU se met en ordre de bataille et démontre sa détermination de participer aux élections 2023 avec sérénité pour une victoire.

Notons que ces assises prendront fin ce mardi 17 mai à Kinshasa.

Joseph Malaba/CONGOPROFOND.NET

Continue Reading

K-WA Advertising