Connect with us

À la Une

Fizi : affrontements entre FARDC et coalition Yakutumba, 17 morts, 4 blessés (bilan provisoire)

Published

on

17 personnes dont 14 miliciens Maï-Maï et 3 militaires FARDC sont tombées dans des violents affrontements ce week-end à Fizi.

En effet, la coalition des Maï-Maï conduite par le général major auto-proclamé Amuri Yakutumba William avait tendu une embuscade aux FARDC à deux endroits, car s’opposant à la récupération des corps de 3 femmes de la communauté Banyarwanda tuées à Musika.

 » Une coalition de Mai-Mai dirigée par Monsieur William Yakotumba a tendu l’embuscade contre le convoi des éléments de la 12ème Brigade le 22 avril 2020 aux environs du village KAWERA à plus aumoins 15 km au sud ouest de MINEMBWE centre. Les militaires étaient en route pour aller récupérer les corps de trois femmes que ces Mai Mai avaient violé et tué avant de les mutiler dans le champ. Les FARDC ont riposté à l’attaque et poursuivi ces hors-la-loi jusqu’à Musika leur bastion. Un autre groupe de Maï-Maï a attaqué le même jour l’État Major de 123ème bataillon dans les localités de MONYI et MASHA avant d’être mis en déroute », explique le porte-parole militaire de l’opération Sukola 2 Sud Sud-Kivu, Dieudonné Kasereka.

 » Le bilan fait état de 3 militaires tombés sur le champ d’honneur et 4 autres ont été blessés. 14 Mai-Mai ont perdu la vie dans ces trois localités. Les FARDC continuent avec les opérations de ratissage aux alentours de KAWERA et MASHA. la population est priée de faire confiance à son armée », ajoute le capitaine Dieudonné Kasereka.

Zone à haute tension due aux conflits interethniques, Fizi a récemment enregistré des dégâts énormes notamment une centaine des morts et de milliers des personnes ont fui leurs domiciles.

 

 

Shukuru Ntwali/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

À la Une

Or: Remplacements des réserves et nouvelles opportunités pour sécuriser le programme de KIBALI étalé sur plus de 10 ans

Published

on

La plus grande mine d’or d’Afrique, Kibali, est sur la bonne voie pour le remplacement de ses réserves réduites par l’exploitation en 2022, tandis que de nouvelles opportunités de croissance soutiendront également son plan d’affaires étalé sur plus de 10 ans et son statut de l’un des actifs de niveau 11 de Barrick Gold Corporation.

Le président et président directeur général de Barrick, Mark Bristow, a déclaré à la presse aujourd’hui que le gisement prolifique KCD de Kibali continuait d’offrir de la valeur supplémentaire vu que le forage actuel est axé sur la conversion des ressources en réserves et sur l’exploration des filons qui sont encore ouverts en profondeur. En outre, les cibles de Mengu Hill, Ikanva et Gorumbwa présentent le potentiel nécessaire pour renforcer le portefeuille souterrain de Kibali.

« Kibali est une opération très rentable avec ses trois centrales hydroélectriques de classe mondiale qui couvrent la majeure partie de ses besoins énergétiques. Elles seront suppléées par une nouvelle centrale solaire de 17MW qui, une fois achevée en 2025, fera passer la part des énergies renouvelables dans les sources énergétiques de la mine de 81% à 93%, » a déclaré Bristow.

Les références écologiques de Kibali comprennent également la réduction continue des eaux douces provenant de la rivière Kibali et un programme de reboisement qui, à ce jour, a permis de planter plus de 10,000 arbres. La mine poursuit son programme d’appui à la conservation de la biodiversité au Parc National de la Garamba en RDC, avec la réintroduction des rhinocéros provenant d’Afrique du Sud. Les 16 premiers rhinocéros sont attendus à Garamba d’ici la fin du deuxième trimestre de cette année et seront suivis de 60 autres au cours des trois prochaines années.

Conformément à la politique globale de Barrick consistant à employer et à promouvoir les ressortissants du pays hôte, Arthur Kabila a été nommé premier directeur général congolais de Kibali. Depuis l’année dernière, huit autres postes clés de direction et techniques sont désormais occupés par des Congolais.

 

Tshieke Bukasa/Congoprofond


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising