Connect with us

Politique

Eximbank : le député Lubaya exige une enquête judiciaire pour clarifier les faits

Published

on

De 2021 à 2023, La République Démocratique du Congo est appelée à rembourser sa dette de 555 millions USD contractées auprès d’Eximbank of China avec 90% des recettes que va générer le Go Pass. Les fonds, rappelle-t-on, empruntés sous le régime du président Joseph Kabila étaient destinés à la construction de nouvelles aérogares de N’Djili à Kinshasa et de Loano à Lubumbashi.

« Lors de trois prochaines années, les 90% des revenus de l’IDEF serviront à financer le remboursement du prêt auprès d’eximBank of China de respectivement 354 233 241 USD pour la construction de la nouvelle aérogare de l’aéroport de Kinshasa/Ndjili et 201 131 205 USD pour celle de la nouvelle aérogare de l’aéroport de Lubumbashi/Loano. Cette redevance a donc un avenir qu’il nous faut garantir, comme pouvoirs publics », avait expliqué le ministre des Transports, Didier Mazengu qui répondait à une question orale avec débat à la chambre haute du parlement le répondant mercredi 27 mai dernier.

En réaction, le député national Lubaya Claudel André invite le Président de la République, Chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi, à se saisir de ce dossier pour rétablir la Nation dans ses droits spoliés et l’engager ainsi sur la voie du progrès et de la justice sociale.

« En dépit de cette créance aussi excessive qu’onéreuse, les travaux de plus en plus hypothétiques de la nouvelle aérogare de Ndjili se sont limités, deux ans après, à la production de la maquette et à la diffusion des images de la cérémonie de pose de la première pierre et sans plus, depuis le 02 mai 2018, alors qu’ils auraient déjà englouti, d’après le ministre précité, 20 millions de dollars américains », a-t-il fait savoir dans une déclaration politique parvenue à la rédaction de CONGOPROFOND.NET ce lundi 01 juin 2020.

À l’inverse, a-t-il constaté, le Congo Brazzaville n’a dépensé que 170 millions USD pour se construire une aérogare a deux modules, équipées de sept passerelles télescopiques en plus d’une piste capable d’accueillir des avions de typesB-747 et A-380.

Une telle gabegie financière, poursuit l’élu de Kananga dans la province du Kasaï Central, est inexplicable au moment où le gouvernement peine à mobiliser les ressources nécessaires aux obligations fonctionnelles de l’État et recourt désespérément aux institutions de Bretton Woods pour obtenir un maigre prêt conditionnel de 360 millions USD!

Pour cet ancien cadre de l’Union pour la nation Congolaise de Vital Kamerhe, les révélations du ministre des Transports sont tellement graves qu’elles imposent une enquête urgente, impartiale et transparente, par une institution indépendante, afin de faire toute la lumière et établir les responsabilités sur l’utilisation des sommes perçues auprès d’Exim Bank. Et de recommander : »Les personnes impliquées doivent être poursuivies en justice et en attendant les conclusions de l’enquête, des mesures conservatoires doivent être prises à leur encontre ».

Cet élu estime qu’il est injuste que les dirigeants imposent des sacrifices au peuple en l’obligeant de s’appauvrir davantage pour rembourser des créances dont les sommes générées par celles-ci n’ont jamais servi à la construction de l’aérogare mais ont, bien au contraire, pris une destination inconnue.

Cette question, rappelle-t-on, était également à l’ordre du jour lors de la 33e réunion du conseil des ministres dirigée par le Chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi le vendredi 29 mai dernier par vidéo conférence.

Dans sa communication, le cinquième Président de la République Démocratique du Congo s’etait préoccupé des condamnations dont fait l’objet son pays au niveau des instances judiciaires internationales notamment dans ses différends contre certaines firmes étrangères. À ce sujet, il avait chargé le Vice-Premier Ministre, ministre de la Justice Célestin Tunda de défendre les intérêts du pays dans ces dossiers judiciaires sans exclure l’hypothèse des arrangements à l’amiable en vue de l’effacement des amendes lourdes portées contre le pays.

MUAMBA MULEMBUE CLÉMENT/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Actualité

André Mbata aux Kanangais : « Félix Tshisekedi sera réélu, il n’y aura pas de fraude ! »

Published

on

En séjour à Kananga, le premier vice-président de l’Assemblée nationale, le Professeur André Mbata, a, au cours d’un point de presse tenu ce jeudi 26 janvier 2023 dans la cour de la résidence officielle du gouverneur du Kasaï Central, affirmé que le président de la RDC actuel sera réélu pour son bilan élogieux.

Cette élection devrait passer par un enrôlement massif des électeurs du Kasaï Central, martèle-t-il. D’où sa présence, le mercredi 25 janvier 2023, au meeting organisé par le gouverneur du Kasaï Central, John Kabeya, pour sensibiliser la population à l’enrôlement massif. « Si en 2018, le nombre d’électeurs du Kasaï Central avait été réduit sciemment, il n’y a pas de raison actuellement. Nous nous attendons à ce que ce nombre double même parce que notre population est engagée à aller à ces élections », explique-t-il.

Professeur André Mbata a affirmé qu’il n’y aura pas de report ni de fraude et que les élections seront organisées cette année en RDC. « On va élire en 2023, au moment de la campagne nous reviendrons pour dire pourquoi. Mais déjà je tenais à souligner que la population doit aller se faire enrôler pour élire notre candidat Félix Antoine Tshisekedi. Il sera réélu, il n’y aura pas fraudes. Il le sera objectivement. Cette fois-ci notre Président devra bénéficier de la majorité confortable au niveau national et au niveau provincial pour que nous ayons des gouverneurs et des ministres provinciaux qui appliquent également sa vision que nous connaissons tous, le Peuple d’abord ! », a-t-il conclu.

Jeff Mbuyi/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising