Connect with us

Economie

En marge de l’Atelier sur l’Analyse critique de la Revue Biennale : Le Conseil Phytosanitaire Interafricain honoré de la visite du directeur Godfrey Bahiigwa 

Published

on

A l’issue de l’Atelier sur l’analyse critique de la Revue Biennale (BR), qui s’est clôturé le 5 août dernier dans la capitale camerounaise, Yaoundé, Dr Godfrey Bahiigwa a mis à profit son agenda de travail pour visiter le Conseil Phytosanitaire Interafricain(UA-CPI). Cette visite du directeur en charge du Département de l’Agriculture et du Développement Rural de l’Union Africaine avait eu lieu en marge la tenue de l’atelier sur l’analyse critique de la Revue Biennale (BR), organisé par la Commission de l’Union Africaine, l’Agence de Développement du Nepad (Auda-Nepad), en collaboration avec les différentes communautés économiques régionales (CER), qui avait connu la participation d’une centaine d’experts.

Comme il faut le rappeler, cet atelier avait comme objectifs d’examiner les indicateurs de la RB en prenant en compte d’autres indicateurs du processus RB ; d’envisager des nouveaux indicateurs possibles, d’indentifier les défis dans la collecte des données par rapport aux domaines thématiques, revoir la plate-forme eBR, améliorer les annexes du rapport du RB sur la mise en œuvre des décisions de l’UA relatives à la transformation de l’agriculture à l’aide des données du BR.

L’occasion faisant le larron, Dr Jean Gérard MEZWI M’ELLA, directeur du Conseil Phytosanitaire Interafricain (UA-CPI), et aussi représentant résident sous-régional de l’Union Africaine au Cameroun, s’est vu très honoré par la visite du directeur Godfrey Bahiigwa au sein de leurs installations. Il a saisi ses instants pour présenter au directeur Godfrey Bahiigwa les quelques difficultés auxquels le bureau fait face actuellement et a ensuite plaidé pour le renforcement des capacités des membres du Conseil Phytosanitaire Interafricain (UA-CPI), afin de mieux leur permettre d’etre à la hauteur de la tache qui leur a été confié dans le cadre de leur mission.

Pour sa part, le directeur Godfrey Bahiigwa a eu une séance de travail avec l’ensemble du personnel du Conseil Phytosanitaire Interafricain (UA-CPI),  A l’en croire, sa satisfaction était très grande à la fin de cette visite qu’il a eu dans leur bureau du Cameroun. Il s’est vu très ému d’avoir visité ce bureau pour la toute première fois et d’avoir échanger avec les différents staffs. Il a signalé qu’il s’agit l’un des bureaux techniques spécialisés qui font partie de son département. Il a fait savoir que les discussions avaient notamment porté autour des plusieurs ponts parmi lesquels : les questions liées à l’amélioration de leur environnement du travail, les défis auxquels ils sont confrontés et les différents challenges qui les attendent afin de mieux les être à la hauteur de leurs taches.

Melba Muzola de retour de Yaoundé


There is no ads to display, Please add some

Actualité

Mines : L’accent sur la durabilité stimule la performance de Barrick

Published

on

Une performance plus solide au deuxième trimestre dans l’ensemble du portefeuille a permis à Barrick de garder le cap pour atteindre ses prévisions annuelles de production d’or et de cuivre tout en continuant à faire progresser ses principaux projets de croissance.

La production d’or pour le trimestre était supérieure à celle du premier trimestre à 1,04 million d’onces – tirée principalement par Carlin et Turquoise Ridge au Nevada, Veladero en Argentine et Bulyanhulu et North Mara en Tanzanie – et devrait encore augmenter au second semestre de l’année. La production de cuivre s’élevait à 120 millions de livres.

Le flux de trésorerie d’exploitation était de 924 millions de dollars et le flux de trésorerie disponible 1 était de 169 millions de dollars pour le trimestre. Le bénéfice net par action était de 0,27 $ et le bénéfice net ajusté par action 2 était de 0,24 $. Un dividende de 0,20 $ par action a été déclaré pour le trimestre en raison de la solide performance opérationnelle et de la trésorerie nette de 636 millions de dollars. 3 Au cours du trimestre, Barrick a racheté 182 millions de dollars d’actions dans le cadre du programme de rachat d’actions de 1 milliard de dollars introduit plus tôt cette année. Elle a également rapatrié le solde de la trésorerie excédentaire de Kibali depuis la République démocratique du Congo.

En République dominicaine, le projet d’expansion de Pueblo Viejo a avancé avec le début du processus de consultation publique et la sélection d’un site privilégié pour la nouvelle installation de stockage des résidus, sous réserve de la réalisation d’une étude d’impact environnemental et social. Le projet massif a le potentiel de prolonger la durée de vie de la mine jusqu’en 2040 et au-delà avec une production annuelle moyenne minimale estimée à 800 000 onces. 12

Au Nevada, la période d’examen public du projet Goldrush a débuté avec le dossier de décision attendu au premier semestre 2023, lorsque le calendrier de production sera confirmé. Les accords définitifs sous-tendant l’accord-cadre entre Barrick et les gouvernements du Pakistan et du Balouchistan sur le projet Reko Diq sont en cours de finalisation. Une fois ce processus terminé et les étapes de légalisation nécessaires prises, Barrick mettra à jour son étude de faisabilité sur ce qui est l’un des plus grands gisements de cuivre-or non développés au monde, avec une première production prévue en 2027/2028.

Barrick continue d’étendre son empreinte d’exploration mondiale avec une équipe renforcée. En Amérique du Nord, la recherche s’est étendue du Nevada aux projets actifs au Canada. L’intensification de la campagne d’exploration en Amérique latine a conduit à une entrée dans le plateau des Guyanes, et en Afrique et au Moyen-Orient, de nouveaux projets ont été lancés en Zambie, en Tanzanie et en Égypte. Une nouvelle équipe Asie-Pacifique progresse chez Reko Diq, ainsi qu’au Japon, tout en recherchant de nouvelles opportunités ailleurs dans cette région.

Passant en revue le trimestre, le président et chef de la direction, Mark Bristow, a déclaré que l’examen critique des divulgations ESG et de durabilité s’intensifiait dans un climat de scepticisme à l’égard du soi-disant greenwashing. Dans ce contexte, le tableau de bord annuel de durabilité de Barrick, une première dans l’industrie, continue de rapporter les performances du groupe de manière transparente et objective par rapport à un large éventail de mesures standard.

« Nous avons pris l’initiative d’intégrer les divers aspects de l’ESG et de gérer ces problèmes complexes de manière mesurée et holistique », a-t-il déclaré.

« Il y a des temps difficiles à venir, mais Barrick y fait face avec un leadership fort et agile, un bilan solide, des plans solides pour la durée de vie de la mine, un flux de trésorerie fiable et une stratégie axée sur la durabilité et la création de valeur. »

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising