Connect with us

Musique

En colère suite à l’annulation du Zénith de Werrason, les Culturels Ituriens grondent : « C’est une honte de voir nos frères s’opposer à nous-mêmes !»

Published

on

Prévu le 25 septembre 2021 au Zénith de Paris la Villette, au 19ème arrondissement sur l’avenue Jean Jaures, le concert de Werrason a été interdit par la Préfecture de police française.

Didier LALLEMENT, préfet de cette police évoquait : « ce concert s’inscrit dans un contexte politique particulièrement tendu et violent entre partisans et opposants au régime en place en République Démocratique du Congo (RDC); que l’artiste Werrason, considéré comme un proche de  l’ancien Président congolais Joseph KABILA et son successeur l’actuel président Félix Tshisekedi, suscite une mobilisation croissante chez les opposants radicaux congolais de la diaspora installés en France et dans les pays voisins européens qui ont déposé plusieurs déclarations de manifestations pour le 25 septembre aux abords du Zénith, avec l’intention d’en découdre avec les spectateurs du concert et de créer des désordres à l’intérieur de la salle de concert » comme cause de cette annulation se réfèrant aux incidents de l’Accor Hotel Arena de Fally Ipupa du 28 février 2020 causé par les mêmes « combattants ».

Pour les opérateurs culturels de la province de l’Ituri, à l’est de la RDC, c’est une honte de voir nos frères s’opposer à nous-mêmes. Ils l’ont fait savoir dans un micro trottoir de nos confrères d’Urban scene, une émission culturelle diffusée sur la Radio Okapi.

« Je suis tellement touché par les comportements de nos frères combattants, tu sais il y a une différence entre la culture et la police, ce que font ces combattants ne contribue à rien pour notre pays si pas salir la réputation de notre pays…si la RDC est reconnue au niveau mondial dans la musique pourquoi ne pas donner cette opportunité à la RDC » s’interroge Picard LUHAVU, journaliste culturel basé en ville de Bunia.

Un autre Congolais touché par cette annulation c’est Marcus Jean LOIKA.

Pour ce journaliste et passionné de la musique, c’est désolant et triste de voir une honte pour la République.

« Ça fait la  honte pour la RDC de voir que  nos compatriotes  qui ont la chance d’aller vivre en Europe commencent à bloquer nos propres compatriotes qui veulent promouvoir la culture congolaise à travers la musique. La musique congolaise ce n’est pas seulement le message d’amour, c’est surtout notre culture qui est exposée à extérieur, lorsqu’on les bloque, ça fait vraiment pitié, on l’a vu dernièrement avec Werrason. Moi je trouve que ces combattants ont exagéré. Parce que l’histoire a commencé avec le régime Kabila au motif que certains musiciens se sont ralliés derrière lui et maintenant il y a changement de régime. Nous avons Félix à la tête, un combattant aussi, qu’est-ce qu’ils réclament encore? On ne devrait pas rester tourner en rond !» lance en détresse ce correspondant de B-One en Ituri.

« Vraiment c’est avec amertume que nous avons appris  cette malheureuse nouvelle, ça fait vraiment mal, vous le savez, un pays a plusieurs manière de valoriser sa culture et au Congo, nul n’ignore que à part certaines cultures, nous avons la musique qui est entrain de valoriser la RDC à tous le niveau » poursuit David BYARUGHANDA, un autre passionné de la musique mécontent de comportement de nos frères congolais de la diaspora.

Verite Johnson/CONGOPROFOND.NET

 

 


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Musique:Denis Sassou N’guesso honore Faya Tess pour sa contribution à l’émergence de la rumba congolaise

Published

on

« Nul n’est prophète chez lui », dit-on. Plus de 30 ans de vie de scène, la chanteuse Faya Tess est toujours égale à elle-même-même. Très belle voix, celle qu’on appelle la sirène d’eau douce, ne cesse de produire des meilleurs tubes pour défendre la Rumba congolaise, cette musique qui lui a été léguée par ses ancêtres.

Cinquantaine révolue, elle est très admirée par les grandes personnalités du monde et les mélomanes de la musique à cause de la pertinence remarquée dans son travail artistique. Avec elle, on respire une musique pure et responsable.

Evidemment, elle a conservé jusqu’à preuve du contraire le tempo originel de la Rumba. Son dernier projet consacré aux classiques de la Rumba a fait d’elle une véritable Ambassadrice de la Rumba sur la scène internationale. C’est pour cette raison qu’elle a eu le privilège d’être reçue officiellement par le Président de la République du Congo, Denis Sassou N’guesso pour son dévouement à la culture africaine.

Le 21 juin dernier, à l’occasion de la célébration de la journée internationale de la musique, le Chef de l’Etat congolais a convié, spécialement, la Diva Faya Tess pour agrémenter une soirée somptueuse au Palais présidentiel, à Brazzaville.

Donc, la chanteuse a été l’invitée d’honneur du Président Dengess dans le Pool Malebo où elle a fait une prestation scénique attrayante et digne d’une véritable Ambassadrice de la Rumba congolaise.

Son spectacle a été la principale attraction de cette soirée devant le respectueux Denis Sassou N’guesso et sa famille ainsi que ses convives de marque.

Faya Tess fait la fierté de la Rumba

Il faut souligner que Faya Tess est la toute première artiste musicienne congolaise originaire de Kinshasa à être reçue par le Président de la République, sœur du Congo-Brazzaville, Denis Sassou N’guesso, après la consécration et l’inscription de la Rumba congolaise dans le patrimoine immatériel culturel de l’humanité.

Cet honneur attribué à la chanteuse prouve à suffisance combien cette digne fille du pays autrement dit «muana mboka » fait preuve de perspicacité dans la défense de cette Rumba qui doit désormais être considérée comme l’identité culturelle de tout un peuple dans le monde.

Par ailleurs, il est important de retenir aussi qu’après sa rencontre historique avec l’infatigable Président Sassou, la cantatrice est vivement attendue, ce 2 juillet 2022, à Birmingham en Angleterre pour une production scénique de haut niveau.

Au temps des Classiques : le volume 12 pour ‘‘Spécial Faya Tess’’

En attendant, la subliminale Faya Tess invite les mélomanes de la bonne musique à savourer sa dernière nouveauté dans la série «au temps des classiques» dont le 12ème volume est déjà disponible dans toutes les plateformes musicales de téléchargement digital.

Selon M. André TETU, Manager de l’artiste et Président du label « Air Monde Culture », cette nouvelle compilation intitulée « Spécial Faya Tess » contient 12 titres dont chaque morceau constitue un vrai régal pour faire revivre encore des bons souvenirs aux admirateurs de la Rumba. Dans ce nouvel opus, l’auteure a repris certains de ses tubes à la demande du public.

On note, par exemple, la reprise de la chanson « Panthère Noire » qui est devenue pratiquement une pièce incontournable autant bien pour les hommes qui méritent ces genres des tendresses et douces paroles que les femmes.

Signalons en passant que “Spécial Faya tess : volume 12 » est sorti sous le label Air Monde Culture qui s’occupe du management et de la production de la star.

Du point de vue artistique, il est impérieux de souligner que ce 12ème volume est un excellent travail réalisé par la chanteuse qui est toujours soutenue indéfectiblement par les deux grands mécènes de la culture en Afrique. Je cite : L’inamovible Maître Alexis Vincent Gomes et Hugues Nguelondele.

 

 

Pepeco Kinzala Nkuka


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising