Connect with us

À la Une

Dossier “Matutala” : le Tribunal Arbitral du Sport condamne la FECOFA et fait triompher V.Club !

Published

on

Au cours d’une conférence de presse tenue ce vendredi 08 octobre 2021 à l’hôtel Venus à Gombe, la présidente de l’Association Sportive V.Club, Bestine Kazadi, a certifié que son équipe a gagné le procès qui l’opposait à Don Bosco sur l’affaire du joueur Matutala.

En effet, convient-il de rappeler, les “Moscovites” ont été frappé la saison dernière (2020-2021) par le FECOFA pour avoir utilisé “frauduleusement” le joueur Zao Matutala. Donnant ainsi raison à Don Bosco, VClub avait donc perdu 9 points, perdant ainsi le titre de champion de la Linafoot 2021 au détriment du TP Mazembe.

Les Moscovites avaient saisi le Tribunal Arbitral des Sports (TAS) pour être rétablis dans leur droit. Ce vendredi, ce club de Kinshasa annonce avoir gagné le procès à travers une décision du juge unique.

“Le TAS à travers le juge unique a rendu son dispositif. Le dispositif est une décision judiciaire rendue par un juge. Comme on a demandé la célérité, il a rendu la décision dans son ensemble. Maintenant, un jugement sera écrit dans les jours qui suivent sur les bases légales qui sont utilisées pour instruire le dossier…”, a déclaré, Bestine Kazadi.

Avant de poursuivre : “les juges vont maintenant répondre à nos moyens, ils vont argumenter à travers les dispositions juridiques. Ce qu’on attend maintenant. Mais la décision est là, elle est coulée dans son dispositif”.

En définitive, il faut retenir que le TAS a donc annulé les sanctions infligées à VClub par la décision de la Commission ad hoc de la FECOFA du 15 juin 2021, à savoir le forfait des matches auxquels le joueur Matutala Zao a pris part et la suspension à l’encontre des correspondants officiels de l’A.S. Vita Club.

Il ordonne également à la FECOFA de verser à VClub un montant de CHF 4.000 Francs suisses à titre de contribution à ses frais d’avocats.

Notons que cette affaire a fait coulé beaucoup d’encre et de salive, plusieurs personnes ont été suspendues, entre autres, la présidente de VClub et son secrétaire, avant de bénéficier d’une mesure de grâce de la part de la même FECOFA. Le président de la Linafoot, Bosco Mwehu, et son secrétaire adjoint, Antoine Luzizila, ont été aussi sanctionnés.

Jolga Luvundisakio/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

RDC : le taux de fourniture en électricité passe de 15℅ en 2023 à 19℅ en 2024

Published

on

En République démocratique du Congo le taux de la desserte en électricité s’élève à 19℅ en 2024. Cette précision est donnée par le ministre congolais en charge des ressources hydrauliques , Teddy Lwamba Muba.

Lors d’un briefing tenu à la Radio télévision nationale congolaise (RTNC 3) ce jeudi 18 juillet avec son collègue de la communication et médias, le ministre Lwamba a tout de même indiqué que le taux de la desserte en eau potable s’élève actuellement à 34%.

Le briefing a été consacré essentiellement aux «Priorités en matière de desserte en eau et de fourniture en électricité en République Démocratique du Congo».

En 2024, le taux de la desserte en eau potable en République démocratique du Congo s’élève à 34 % et en électricité à 19 %. Le gouvernement de la République (…) par le ministère des Ressources hydrauliques et électricité s’engage à mettre des moyens pour réussir à doubler ce taux en 5 ans “, a déclaré Teddy Lwamba Muba.

On se rappellera qu’en 2023, le Directeur général de la Regideso avait indiqué que plus de 36,1 millions de personnes étaient connectées au réseau de la Regideso, soit 35,5% sur l’échelle de 100 millions d’habitants. Ce nouveau taux avancé par le ministre a légèrement baissé par rapport à celui de 2023. (De 35,5℅ à 34℅).

En ce qui concerne l’électricité, en 2023 la RDC affichait un taux d’électrification de 15 % à l’échelle nationale avec de fortes disparités entre les villes (35 %), les zones rurales (1 %) et les zones périurbaines (moins de 5 %).

En sommes, la RDC continue à afficher un des taux d’électrification les plus bas du continent africain.

Pourtant cet immense territoire, deuxième pays le plus grand d’Afrique, représente à lui seul 8 % du potentiel hydroélectrique mondial, une source d’énergie qui constitue 95 % du mix électrique du pays.

Abritant le plus grand fleuve du continent et le deuxième du monde après l’Amazonie en débit interannuel moyen, la RDC pâtit toutefois d’une faible capacité installée (moins de 3 000 mégawatts, dont la moitié est inexploitée par défaut de maintenance), et de l’absence de réseau de distribution intégré à l’échelle nationale.

Willy Theway/ CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte