Connect with us

À la Une

Documentaire : “Congo ! Le silence des crimes oubliés” de Gilbert Balufu en projection ce jeudi 11 mai à Paris 

Published

on

Une projection-débat du film “Congo ! Le silence des crimes oubliés” sera organisée, ce jeudi 11 mai 2023 à l’Auditorium de l’hotel de Ville, par la 7e Commission du Conseil de Paris, en présence du réalisateur Gilbert Balufu. 

Ce film rappelle que depuis le génocide rwandais, l’Est de la RDC est devenu une zone de non-droit et l’une des régions les plus dangereuses au monde. La situation humanitaire est catastrophique : milliers de réfugiés qui ne sont jamais retournés au Rwanda, milices aux ordres des pays voisins ou de multinationales convoitant les richesses minières, atrocités contre les civils, trafics en tous genres, pillages, viols en série, etc. Les multiples tentatives de médiation et les résolutions diverses n’ont servi à rien. Le triste résultat est pourtant bien là : des millions de congolais sont devenus des réfugiés dans leur propre pays.

Son auteur, Gilbert Balufu Mbaya, cinéaste et réalisateur congolais, affirme poursuivre une mission : celle de montrer aux yeux du monde que le Congo est victime des injustices et crimes depuis plusieurs décennies, mais cela ne semble pas préoccuper le monde.

Infatigable baroudeur, Gilbert Balufu poursuit sa tournée en France et en Belgique pour faire entendre la voix de ceux qui ne peuvent pas atteindre les décideurs mondiaux.

Le dimanche 30 avril 2023, le film a été projeté au cinéma Vendôme à Bruxelles.

Sorti en 2015. Ce court métrage a reçu  le deuxième prix du documentaire africain en 2017 au Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (Fespaco).

Il faut aussi noter que Gilbert Balufu Mbaye, signataire de Congo ! Le silence des crimes oubliés (2015), accuse de « contrefaçon » le cinéaste européen Thierry Michel, auteur de L’Empire du silence (2021).

Quant à Thierry Michel l, il va répliquer par une poursuite pour « diffamation » et « calomnie » devant le procureur du Roi de son pays, la Belgique. Une démarche semblable est en préparation devant les tribunaux congolais.

Les deux œuvres en litige relatent, avec des entrevues et des extraits d’archives, des années de massacres et de pillages commis en République démocratique du Congo depuis le début des années 1990. Le génocide des Tutsis au Rwanda a déclenché une crise régionale qui a fait des milliers, voire des millions, de nouvelles victimes dans l’impunité — les responsables étant devenus tour à tour dirigeants militaires et politiques.

Benjamin Kapajika/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

RDC : le taux de fourniture en électricité passe de 15℅ en 2023 à 19℅ en 2024

Published

on

En République démocratique du Congo le taux de la desserte en électricité s’élève à 19℅ en 2024. Cette précision est donnée par le ministre congolais en charge des ressources hydrauliques , Teddy Lwamba Muba.

Lors d’un briefing tenu à la Radio télévision nationale congolaise (RTNC 3) ce jeudi 18 juillet avec son collègue de la communication et médias, le ministre Lwamba a tout de même indiqué que le taux de la desserte en eau potable s’élève actuellement à 34%.

Le briefing a été consacré essentiellement aux «Priorités en matière de desserte en eau et de fourniture en électricité en République Démocratique du Congo».

En 2024, le taux de la desserte en eau potable en République démocratique du Congo s’élève à 34 % et en électricité à 19 %. Le gouvernement de la République (…) par le ministère des Ressources hydrauliques et électricité s’engage à mettre des moyens pour réussir à doubler ce taux en 5 ans “, a déclaré Teddy Lwamba Muba.

On se rappellera qu’en 2023, le Directeur général de la Regideso avait indiqué que plus de 36,1 millions de personnes étaient connectées au réseau de la Regideso, soit 35,5% sur l’échelle de 100 millions d’habitants. Ce nouveau taux avancé par le ministre a légèrement baissé par rapport à celui de 2023. (De 35,5℅ à 34℅).

En ce qui concerne l’électricité, en 2023 la RDC affichait un taux d’électrification de 15 % à l’échelle nationale avec de fortes disparités entre les villes (35 %), les zones rurales (1 %) et les zones périurbaines (moins de 5 %).

En sommes, la RDC continue à afficher un des taux d’électrification les plus bas du continent africain.

Pourtant cet immense territoire, deuxième pays le plus grand d’Afrique, représente à lui seul 8 % du potentiel hydroélectrique mondial, une source d’énergie qui constitue 95 % du mix électrique du pays.

Abritant le plus grand fleuve du continent et le deuxième du monde après l’Amazonie en débit interannuel moyen, la RDC pâtit toutefois d’une faible capacité installée (moins de 3 000 mégawatts, dont la moitié est inexploitée par défaut de maintenance), et de l’absence de réseau de distribution intégré à l’échelle nationale.

Willy Theway/ CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte