Connect with us

Sécurité

Deux anciens journalistes de Goma rejoignent le M23 : Une trahison de la profession ou un appel à l’action désespérée ?

Published

on

Dans un retournement choquant de carrière, deux anciens journalistes respectés de Goma, Delion Kimbulumpu et Corneille Nangaa, ont rejoint les rangs du M23, un groupe rebelle actif dans la région. Leur choix radical a secoué la communauté journalistique et soulevé des questions sur les motivations derrière leur décision.

Delion Kimbulumpu, ancien de Radio Okapi et conseiller en communication des présidents de la Ceni, Abbé Apollinaire Malu-Malu, et Corneille Nangaa Yobeluo, ancien conseiller en communication de la ministre de la culture et des arts, a laissé derrière lui ses postes respectés pour se lancer dans une voie controversée rejoignant Magloire Paluku.

Ce dernier, initiateur de Radio Kivu One, est dans sa nouvelle affiliation au M23. Ces deux anciens journalistes ont choisi un chemin qui les sépare radicalement de leur passé professionnel. La décision de ces deux hommes soulève des questions profondes sur les pressions et les défis auxquels sont confrontés les journalistes en RDC.

Il y a ainsi une manie sur la nature changeante du paysage médiatique dans la région. Certains pourraient voir ce choix comme une trahison de leur profession et de leurs principes journalistiques, tandis que d’autres pourraient interpréter cela comme un acte désespéré de ceux qui dépendent de leurs mentors pour attirer l’attention sur les problèmes persistants dans la région.

Quelles que soient les motivations derrière ce choix radical, une chose est claire : l’évolution de ces anciens journalistes en militants rebelles met en lumière une réalité complexe et troublante. Leur histoire souligne l’importance cruciale de la liberté de la presse et de l’intégrité journalistique, tout en posant des questions difficiles sur le rôle des médias dans un contexte de conflit et de crise politique.

Alors que Delion Kimbulumpu et Magloire Paluku poursuivent leur nouvelle voie au sein de l’Alliance Fleuve Congo, un allié du mouvement terroriste rwandais M23, leur histoire continue de susciter des débats et des réflexions au sein de la communauté journalistique et au-delà. L’ancien Président de la CENI Corneille Nangaa Yobeluo dévient une sorte d’attraction et d’appât.

Leur transition de la salle de presse à la scène politique et militaire souligne les défis complexes auxquels sont confrontés les médias et les professionnels de la communication dans des environnements instables et en évolution rapide. L’on se rend compte de plus en plus d’un copinage malsain entre différents acteurs de la société congolaise.

En cette période tumultueuse, il est essentiel de rester vigilant et critique face aux multiples facettes de cette histoire. Les décisions de Delion Kimbulumpu et Magloire Paluku soulèvent des questions profondes sur l’éthique journalistique, la loyauté professionnelle et le rôle des médias dans la société congolaise confrontée à des crises multiformes.

Ces événements soulignent la nécessité d’un examen attentif et objectif de la manière dont les journalistes et les communicateurs naviguent dans des terrains politiques glissants, tout en maintenant l’intégrité et la responsabilité qui sont au cœur de leur métier. Le chemin est toujours rapide pour passer du sarcasme à la rébellion. C’est comme un orage qui empeste l’atmosphère.

TEDDY MFITU
Polymathe, chercheur et écrivain / Consultant senior cabinet CICPAR


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

Sécurité

Butembo : Manifestation des populations contre le M23 et l’ADF

Published

on

Le 15 juillet 2024, les habitants de Butembo sont descendus dans les rues pour manifester contre l’avancée du M23 et des forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC). Partis de différents carrefours de cette ville commerçante du Nord-Kivu, les manifestants ont traversé la route nationale n°2 jusqu’à la ligne imaginaire de l’Équateur, située à Musienene, à une vingtaine de kilomètres au sud de Butembo.

Les manifestants ont scandé des chants hostiles au M23 et à son leader, Corneille Nangaa. Ils ont ainsi exprimé leur rejet de l’avancée de ce mouvement rebelle dans le Grand-Nord, comme indiqué dans leur mémorandum lu sur place.

Dans ce mémorandum, les manifestants ont exigé avec urgence du gouvernement congolais et de la communauté internationale qu’ils prennent des mesures pour :

– Protéger les civils et libérer toutes les entités occupées par l’armée rwandaise et le M23 dans les territoires de Masisi, Nyiragongo et Rutshuru ;

– Mettre fin aux massacres de la population à Beni et en Ituri par des opérations militaires efficaces ;
– Assister les nombreux déplacés internes victimes de l’insécurité dans cette région, en attendant leur retour dans leurs milieux d’origine ;

– Libérer tous les prisonniers politiques et faire en sorte que toutes les personnes arrêtées en lien avec l’insécurité au Nord-Kivu aient droit à un procès rapide, équitable et juste ;

– Conditionner la poursuite de la coopération économique, financière et militaire avec l’Ouganda au retrait de ses troupes.

Cette grande manifestation s’est déroulée sans incident, à la satisfaction des organisateurs.

Dalmond Ndungo/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte