Connect with us

Actualité

Déficit budgétaire : le gouvernement a signé un pacte avec la BCC

Published

on

En sa qualité de patron du gouvernement, le professeur Sylvestre Ilunga Ilunkamba a supervisé, ce mardi 18 août 2020, la signature du pacte de stabilité du cadre macro économique et monétaire en RDC.

Ce pacte préparé par le Chef du gouvernement a été signé conjointement à l’immeuble du gouvernement par le vice 1er ministre, ministre du Budget Jean Baudouin Mayo Mambeke, le ministre des Finances Sele Yalaghuli et le gouverneur de la Banque Centrale du Congo( BCC), Déogracias Mutombo avec la gestion sur base caisse.

« Nous venons de signer le pacte de stabilité du cadre macro économique et monétaire. La Banque centrale jouit de son autonomie pour piloter la politique monétaire. Et le gouvernement, de son côté, a un autre instrument de politique économique, qui est la politique budgétaire. Il se fait que, quand le gouvernement consomme des crédits budgétaires au-delà de recettes réalisées, le lourd tribut est payé par la Banque centrale qui est censée financer ce déficit au travers de ce qu’on appelle communément « la planche à billets », c’est-à-dire, les avances de la Banque centrale au gouvernement. Et le malheur ça crée la dépréciation du franc congolais et sa provoque la hause généralisée des prix sur le marché des biens et services », explique Sele Yalaghuli, ministre des Finances.

Sele Yalaghuli a rappelé « que cette base, est conformément aux instructions du président de la République, le premier ministre avait eu l’idée de préparer un pacte entre le gouvernement d’un côté qui est responsable de la politique budgétaire avec la Banque centrale qui est responsable de la politique budgétaire de manière que chacun puisse observer les strictes règles de gestion d’un côté sur base caisse. C’est-à-dire que le gouvernement ne devrait plus consommer au-delà de ce qu’il mobilise et pour se faire, il faut respecter la procédure budgétaire. Et le président, lors du dernier conseil des ministres, a interdit tout recours aux dépenses par procédure d’urgence », a-t-il précisé.

Le ministre des Finances relève que le gouvernement a pris un ferme engagement pour préserver la stabilité du cadre macro économique, ainsi de permettre à la population de vivre aisément : » Ce pacte qui est une nouveauté voudrait simplement dire le gouvernement a pris le ferme engagement au travers la volonté politique exprimé par le président de la République et le premier ministre pour que nous puissions gérer sur base caisse de manière à préserver la stabilité du taux de change et du taux d’inflation, et de surcroît veiller à la stabilité du bien-être de la population. Le gouvernement a pris l’engagement de veiller pour que les prix dans les marché et de dollars ne montent plus de manière à ce que chaque maman puisse nourrir sa famille correctement et que les importateurs puissent importer pratiquement avec le même volume du franc congolais plutôt que de voir le taux de changer monter chaque fois », a-t-il signifié.

Jolga Luvundisakio/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

ESPT/Dossiers « Clé de répartition des frais scolaires et les 10% alloués aux bureaux gestionnaires »: Le ministre Mbutamuntu réagit !

Published

on

Le ministre provincial en charge de l’Éducation de la ville de Kinshasa, Charles Mbutamuntu Lwanga, réagissant aux deux articles publiés par CONGOPROFOND.NET en date du 27 septembre 2022, sur la pratique de la clé de répartition des frais scolaires et les 10% alloués aux bureaux gestionnaires, contestés par les enseignants du réseau protestant, évoque son souci de renforcer la supervision contre les structures spécialisées avec les « Anti-valeurs ». Nous publions in extenso sa lettre parvenue à notre rédaction par le canal de sa cellule de communication.

Kinshasa, le 29 septembre 2022

Au responsable de Congoprofond.net

Objet: Droit de réponse

Monsieur le responsable de Congoprofond.net,

Votre média en ligne a publié, en date du 27 septembre 2022, deux articles épinglant principalement le Ministre Provincial de l’Éducation/Ville de Kinshasa, Son Excellence Charles Mbutamuntu.

Le premier avait comme titre « EPST/Pratique de la clé de répartition : Charles Mbutamuntu passe outre les instructions de Tony Mwaba »; tandis que le second était intitulé « Epst: les 10% alloués aux bureaux gestionnaires par Charles Mbutamuntu contestés à Kinshasa »*.

Deux articles publiés le même jour, ce qui frise un acharnement pur et simple à l’égard d’un membre de l’Exécutif provincial dont la compétence et les prouesses ne sont plus à démontrer.

Pour votre gouverne, il n’ y a jamais eu violation des instructions du Ministre national Tony Mwaba, concernant la clé de répartition. Le souci pour nous est de renforcer la supervision contre les structures spécialisées avec les Anti-valeurs.

La première des choses à savoir est que le Ministre national n’avait jamais fixé les frais d’appui aux besoins des enseignants. Ces frais ont été fixés par l’Arrêté de Son Excellence Monsieur le Gouverneur, conformément au souci du Ministre national de soulager les enseignants du secondaire, et en attendant que le Gouvernement de la République concrétise les efforts déjà en cours pour améliorer les conditions de vie des enseignants.

Dans le souci de mettre fin aux antivaleurs et traquer les réseaux mafieux, Son Excellence Monsieur le Gouverneur a mis en place, dans son arrêté portant fixation des frais, une commission de suivi chargée de renforcer la supervision contre les ennemis de la gratuité. Et depuis le début de l’année, plusieurs réseaux sont démantelés et les mafieux ont peur. Pour soutenir le fonctionnement des comités de suivi (enseignants assis), la Commission urbaine avait levé deux options, notamment la contribution des écoles privées et le fonctionnement.

Il convient de souligner que pour concrétiser la vision du Chef de l’État, pilotée par le Warrior Tony Mwaba, le pourcentage des frais affectés à l’appui des enseignants est passé de 80% l’année passée à 90% cette année. Nos amis syndicalistes des écoles protestantes ne le savent peut-être pas, car Son excellence Charles Mbutamuntu avait prévu de les rencontrer pour échanges, après l’avoir fait avec les Catholiques. Les 10% affectés à l’appui des bureaux gestionnaires dans leur travail de supervision soutiennent la lutte contre les antivaleurs.

Je vous remercie de publier ce droit de réponse dans son intégralité pour éclairer la lanterne de l’opinion.

Lefils MATADY, Coordonnateur/Cellule de Communication

Ministère provincial de l’Éducation/Kinshasa


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising