Connect with us

Actualité

Crimes et tueries à Tshikapa : Le député Guy Mafuta adresse une question écrite à Daniel Aselo

Published

on

 

 

Ce lundi 09 mai 2022, le député national Guy Mafuta Kabongo a déposé à l’Assemblée nationale une question écrite au vice-premier ministre, ministre de l’Intérieur et affaires coutumières, Daniel Aselo Okito, sur la survenance des crimes et tueries à Katshianga, un groupement incorporé de la ville de Tshikapa dans la province du Kasaï.

Dans sa lettre, l’élu de Tshikapa explique qu’en date du 30 avril 2022, sieur AKOLO Paul, un trafiquant de diamants, a été froidement abattu par des hommes armés au niveau de Katshianga, à moins de 10 kilomètre de de la ville de Tshikapa. Et Le 07 mai de la même année, au même endroit, Monsieur James, un autre commerçant, a également subi le même sort, c’est-à-dire, tué par balles.

Selon Guy Mafuta, en l’espace d’une semaine, sept trafiquants de diamants ont vu leurs colis être arrachés par des bandits armés qui leur ont laissé la vie sauve car « visiblement n’ayant opposé aucune résistance ».

« Cette partie du pays se remettant peu à peu d’un conflit tragique de Kamuena-Sapu, la situation socio-économique très précaire, aucune mesure sécuritaire, ni intervention n’a été prise à ce jour pour mettre fin à ce cycle de violence naissant. Des informations à notre possession renseignent que ni la police, ni les services de sécurité, qui du reste sont à votre charge, ne seraient équipés à y faire face, faute des moyens. Aucun moyen de locomotion, ni carburant leur permettant d’effectuer le déplacement, ne serait disponible. Aucune dotation au niveau de la province pour leur fonctionnement efficace », a-t-il fait savoir.

Me Guy Mafuta rapporte que cette situation, à quelques mois des élections, est une menace à la tenue effective des scrutins dans cette zone. Dès lors, sa question écrite s’articule autour des points suivants :

1. Qu’est ce qui justifie l’inaction des services de sécurité et la police dans cette zone ciblée, non loin de la ville de Tshikapa ?

2. Êtes-vous informés de cette situation ? Si oui, quelles sont les mesures prises quant à ce ?

3. Qu’en est-il de la politique et programmation de dotation de la police et services de sécurité sur le plan logistique, équipement et formation ?

Les réponses à ces questions sont attendues dans les prochains jours. Dossier à suivre.

Jolga Luvundisakio/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

ESPT/Dossiers « Clé de répartition des frais scolaires et les 10% alloués aux bureaux gestionnaires »: Le ministre Mbutamuntu réagit !

Published

on

Le ministre provincial en charge de l’Éducation de la ville de Kinshasa, Charles Mbutamuntu Lwanga, réagissant aux deux articles publiés par CONGOPROFOND.NET en date du 27 septembre 2022, sur la pratique de la clé de répartition des frais scolaires et les 10% alloués aux bureaux gestionnaires, contestés par les enseignants du réseau protestant, évoque son souci de renforcer la supervision contre les structures spécialisées avec les « Anti-valeurs ». Nous publions in extenso sa lettre parvenue à notre rédaction par le canal de sa cellule de communication.

Kinshasa, le 29 septembre 2022

Au responsable de Congoprofond.net

Objet: Droit de réponse

Monsieur le responsable de Congoprofond.net,

Votre média en ligne a publié, en date du 27 septembre 2022, deux articles épinglant principalement le Ministre Provincial de l’Éducation/Ville de Kinshasa, Son Excellence Charles Mbutamuntu.

Le premier avait comme titre « EPST/Pratique de la clé de répartition : Charles Mbutamuntu passe outre les instructions de Tony Mwaba »; tandis que le second était intitulé « Epst: les 10% alloués aux bureaux gestionnaires par Charles Mbutamuntu contestés à Kinshasa »*.

Deux articles publiés le même jour, ce qui frise un acharnement pur et simple à l’égard d’un membre de l’Exécutif provincial dont la compétence et les prouesses ne sont plus à démontrer.

Pour votre gouverne, il n’ y a jamais eu violation des instructions du Ministre national Tony Mwaba, concernant la clé de répartition. Le souci pour nous est de renforcer la supervision contre les structures spécialisées avec les Anti-valeurs.

La première des choses à savoir est que le Ministre national n’avait jamais fixé les frais d’appui aux besoins des enseignants. Ces frais ont été fixés par l’Arrêté de Son Excellence Monsieur le Gouverneur, conformément au souci du Ministre national de soulager les enseignants du secondaire, et en attendant que le Gouvernement de la République concrétise les efforts déjà en cours pour améliorer les conditions de vie des enseignants.

Dans le souci de mettre fin aux antivaleurs et traquer les réseaux mafieux, Son Excellence Monsieur le Gouverneur a mis en place, dans son arrêté portant fixation des frais, une commission de suivi chargée de renforcer la supervision contre les ennemis de la gratuité. Et depuis le début de l’année, plusieurs réseaux sont démantelés et les mafieux ont peur. Pour soutenir le fonctionnement des comités de suivi (enseignants assis), la Commission urbaine avait levé deux options, notamment la contribution des écoles privées et le fonctionnement.

Il convient de souligner que pour concrétiser la vision du Chef de l’État, pilotée par le Warrior Tony Mwaba, le pourcentage des frais affectés à l’appui des enseignants est passé de 80% l’année passée à 90% cette année. Nos amis syndicalistes des écoles protestantes ne le savent peut-être pas, car Son excellence Charles Mbutamuntu avait prévu de les rencontrer pour échanges, après l’avoir fait avec les Catholiques. Les 10% affectés à l’appui des bureaux gestionnaires dans leur travail de supervision soutiennent la lutte contre les antivaleurs.

Je vous remercie de publier ce droit de réponse dans son intégralité pour éclairer la lanterne de l’opinion.

Lefils MATADY, Coordonnateur/Cellule de Communication

Ministère provincial de l’Éducation/Kinshasa


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising