Connect with us

À la Une

Covid 19 : Le SANRU pour le renforcement du système communautaire et la communication des risques

Published

on

 

La situation sanitaire mondiale est plongée dans une impasse à la suite de la Covid-19. Cette pandémie a entrainé des restrictions aussi inhabituelles qu’inattendues. En République démocratique du Congo, SANRU, après avoir interpellée la population, a poursuivi la démarche par des interventions communautaires pour le changement des comportements de la population et la résilience à la pandémie.

En collaboration avec ses partenaires, le SANRU Asbl s’est investi à recycler et former 5 677 acteurs communautaires de la ville province de Kinshasa grâce à ses experts. Du Programme national de communication pour la promotion de la santé (PNCPS) jusqu’aux Relais communautaires, en passant par les Équipes cadre provinciale (ECP), les Équipes cadre de la zone de santé (ECZS) et les Infirmiers titulaires (IT), la formation est optimale sur la communication des risques et engagement communautaire contre la Covid-19.

4090 Relais communautaires ont été déployés durant le premier semestre 2021, chacun avec une chasuble, un mégaphone, des piles et des outils de rapportage pour sensibiliser la population au respect des gestes barrières. En plus de cela, une campagne, étroitement liée à la précédente, vient pour encourager la vaccination contre la Covid-19 dans les 35 zones de santé de Kinshasa. Les Relais communautaires déployés ont été accompagnés par leurs CODESA et suivis par les IT, les ECZS et le membres du PNCPS.

Dans la même optique, SANRU a organisé successivement 3 ateliers sous l’égide de la Direction générale de l’Organisation et Gestion de Services et Soins (DGOGSS). Ces ateliers ont abouti à l’harmonisation des interventions communautaires dans le contexte de la Covid-19, la production des modules intégrés des formations pour les formateurs centraux, provinciaux et pour les Relais communautaires.

Le résultat escompté de ces ateliers, c’est l’obtention des indicateurs ainsi que des outils de rapportage devant être vulgarisés par une formation bien orchestrée jusqu’aux Relais communautaires dans les provinces, en priorité celles fortement touchées par la pandémie.

Par ailleurs, SANRU travaille en collaboration avec les radios, télévisions, journaux et médias en ligne, pour la diffusion des spots et émissions d’une part, et publication d’articles d’une autre, dans le but de lutter contre la COVID-19. Au cours des séances de formations sanitaires, SANRU a distribué 30 450 affiches VIH sur la Tuberculose et Paludisme adaptées au contexte de la Covid-19. Pour boucler la boucle, SANRU prend désormais en charge la ligne verte du call center de la Riposte 101, 109 et 110 avec 30 postes pour la gestion du feedback communautaire.

Pour rappel, c’est en novembre 2019, qu’est apparu en Chine un violent virus qui va secouer tout le pays et quelques mois plus tard le monde entier, le Corona virus. Le virus de la Covid 19 proviendrait donc du pangolin contaminé par la chauve-souris, atteignant l’homme, soit pour l’avoir manger, soit pour avoir manipuler ses sécrétions.

Tim Katshabala, CongoProfond.net


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Goma: Sur recommandation du Premier ministre, le couvre-feu est levé !

Published

on

Le couvre-feu a été levé ce lundi 26 septembre sur toute l’étendue de la ville de Goma. En revanche, il reste en vigueur dans le reste de la province du Nord-Kivu « en attendant l’amélioration des conditions sécuritaires ». Cette mesure avait été décrétée dans cette province dans le but de protéger la population pendant la période des fêtes de fin d’année en 2021, caractérisée par un pic inhabituel d’insécurité.

La levée de cette mesure dans le chef-lieu du Nord-Kivu intervient peu après la mission de suivi-évaluation de l’état de siège « en vue de réorienter les actions pouvant contribuer à rétablir la paix et la sécurité durables dans cette partie de notre territoire national », effectuée par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde en Ituri et au Nord-Kivu

A cet effet, il avait été demandé au gouverneur militaire d’évaluer son efficacité, après les nombreuses plaintes des populations exaspérées par les tracasseries.

« Nous devons nous assurer avec les autorités militaires que nous puissions mettre fin à toutes ces questions, surtout des questions des tracasseries qui ont été mentionnées. Nous estimons que nous, en tant qu’autorités, devons suivre ce que la population nous dit et travailler dans le sens de lui garantir son bien-être. C’est une population qui n’a que trop souffert et donc nous sommes très sensibles aux messages qui nous sont donnés. Nous avons eu aussi cette demande qui nous a été faite, particulièrement pour la ville de Goma, en ce qui concerne les restrictions en termes de déplacements. Nous avons discuté avec le Gouverneur militaire et donné une indication pour qu’il puisse très vite, réunir le conseil de sécurité et voir les modalités, tout en garantissant la sécurité ici dans la ville de Goma », avait ajouté le Premier ministre Sama Lukonde.

Signalons qu’une première journée ville morte a été observée ce lundi 26 septembre à Goma à l’appel des forces vives et de la société civile en protestation de l’occupation depuis plus de 3 mois de la cité de Bunagana par le M23 et de l’état de siège, jugé inefficace.

Franck Kaky/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising