Connect with us

À la Une

Covid-19 : Goma et Rutshuru totalement isolés, couvre-feu de 14 jours à partir de 20 heures dès ce mercredi

Published

on

Après notification de sept nouveaux cas supplémentaires de Covid19 dans la province du Nord-Kivu, les autorités provinciales viennent d’arrêter certaines mesures drastiques pour couper la chaîne de propagation de la pandémie dans cette province. Il s’agit notamment de l’isolement total de la ville de Goma et du territoire de Rutshuru, la coupure des mouvements des personnes entre la ville de Goma et le reste du territoire national, l’instauration d’un couvre-feu en ville de Goma à partir de 20 heures, le port obligatoire des masques dans le transport en commun à travers toute la province, des dispositifs de lavages de mains doivent être placés devant chaque boutique et pharmacie, etc.

Ces mesures et d’autres, entrent en vigueur à partir du mercredi 20 mai 2020 pour une durée de 14 jours.

Le gouverneur du Nord-Kivu, Nzanzu Kasivita Carly, précise que des stratégies d’accompagnement de ces mesures seront couchées dans un arrêté qui sera publié ce mardi 19 mai.

Des amendes exorbitantes seront exigées à tous les récalcitrants. Le gouverneur appelle la population à collaborer et coopérer avec les services de santé pour arrêter la propagation du Coronavirus dans la province du Nord-Kivu.

Il sied de signaler que la province du Nord-Kivu vient d’occuper la deuxième position en terme de notification des cas de Covid19 après la ville province de Kinshasa. Dans la même province, notamment à Beni, on vit une autre épidémie, celle d’Ebola mais qui tend à disparaître avec la guérison du dernier cas confirmé la semaine écoulée.

Delphin Mupanda/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

À la Une

Patrick Muyaya : » Kagamé est le dernier sur la liste mondiale des démocrates ! »

Published

on

Accusant le président Félix Tshisekedi de manœuvrer, avec la guerre de l’Est, pour éviter d’organiser les élections en 2023, le président du Rwanda, Paul Kagamé, a été classiquement recadré par le porte-parole du gouvernement de la RDC, Patrick Muyaya, ce jeudi 1er décembre au cours d’un briefing avec la presse à la RTNC. En un mot, indique-t-il, Kagamé n’a pas qualité de s’exprimer sur cette question de souveraineté nationale.

 » Avant que Paul Kagamé se prononce sur les élections en RDC, il devrait avant toute chose répondre sur l’existence de la liberté d’expression et de manifestations dans son pays mais aussi de ses méthodes d’accession au pouvoir et surtout de la pratique mise en place pour s’éterniser au pouvoir », a appuyé le porte-parole du gouvernement.

Au regard de toutes les violations des droits de l’homme dénoncées par son opposition et plusieurs organisations indépendantes, Patrick Muyaya a conclu que Paul Kagamé « n’est pas un modèle en ce qui concerne la démocratie ».

Des déclarations qui transpirent la déception 

 » Les déclarations qu’il fait sont consécutives à sa déception de toujours penser joué un rôle en RDC, parce qu’il se fait non seulement porte-parole du M23, mais aussi il se présente, lui et son gouvernement, comme protecteur des groupes armés de communautés congolaises. Au nom de quel mandat ? Il est possible pour lui de faire la politique dans son pays et de nous laisser la nôtre. Quoiqu’il en soit, ce n’est pas lui qui doit venir nous dire ce que nous devons faire”, a déclaré Patrick Muyaya.

Pour lui, l’objectif derrière toutes ces agitations est de déstabiliser politiquement le Président Félix Tshisekedi. “Son ambition, c’est de déstabiliser politiquement le président Tshisekedi. C’est l’œuvre dans laquelle il est engagé et je pense que certains de ses alliés le lui ont dit. Ce n’est pas parce que vous agitez un mouvement terroriste que vous allez vous faire renaître parce que c’est la violence qui vous a toujours guidé et vous pensez que cela est suffisant pour perturber non seulement la RDC de manière entière pour briser justement l’élan dans lequel nous sommes”.
Ayant décelé le stratagème de Paul Kagame qui cherche à interférer dans les prochaines élections afin de s’assurer qu’en 2023, il aura certains acteurs politiques acquis à sa guise pour continuer le bradage et le pillage de réssources naturelles que dispose la RDC, Patrick Muyaya a énuméré les raisons pour lesquelles le président Kagame devrait s’abstenir d’un quelconque commentaire sur ce qui concerne les élections. « Premièrement, avant de parler des élections, on doit parler de la liberté d’expression. Est-ce que la liberté d’expression existe au Rwanda ? Deuxièmement, on parle de liberté de manifestation. Est-ce que la liberté de manifestation existe au Rwanda ? Non. Troisièmement comment il est arrivé au pouvoir ? Quelle est la méthode qui a été utilisée ? Quatrièmement, je ne vous rappelle rien mais vous vous souvenez du référendum qui s’est tenu, je crois en 2015, ou à 99,1% ou 98,1%, on a dit oui à une forme de présidence à vie parce qu’il s’est assuré de rester au pouvoir jusqu’en 2034 […] Je pense qu’en ce qui concerne la démocratie, mondialement, il est le dernier sur la liste, c’est connu ! », a conclu le ministre Muyaya.
Sandra Kagaba/CONGOPROFOND.NET

There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising