mbet

Connect with us

À la Une

Corruption : un enseignant, représentant d’une ONG étrangère, en cavale à Kinshasa

Published

on

C’est depuis le mois de février de cette année 2020 qu’une affaire de corruption éclabousse le Tribunal de Grande Instance d’Inkisi, dans le Kongo Central.

En effet, une action judiciaire a été ouverte par le Parquet de Grande Instance d’Inkisi contre M. Christophe Mbedi Alongo qui s’était fait connaitre comme un excellent professeur de Latin au Lycée Don Bosco de Sanga Mamba, ce quartier proche de l’UPN, commune de Ngaliema, à Kinshasa. Cet établissement scolaire conventionné catholique est dirigé par des sœurs religieuses salésiennes. Sa directrice, lassée de son professeur de Latin pour comportement à la limite du tolérable, l’avait finalement révoqué.

M. Mbedi est néanmoins resté dans l’enseignement et bien plus. Il est le représentant de River of Hope, une ONG dont le siège est en Suisse. C’est à ce dernier titre qu’il avait, avec son avocat Me Josué Kasanda wa Kasanda, approché une dame travaillant au greffe à Inkisi afin qu’elle change en faveur de cette ONG étrangère une décision du TGI.

D’après notre source, l’acte posé par Mbedi et son avocat était de faire passer à la plaidoirie une autre affaire judiciaire envoyée par le TGI au rôle général sur initiative de la partie demanderesse. Cette dernière est une académie de football appelée Centre d’Initiation et de Perfectionnement au Football- Ciperfoot et dont le promoteur est M. Jean-Marie Vianney Nshombo, affectueusement appelé Papa Akhy, un éducateur de football qualifié.

Ciperfoot est opposé à River of Hope, dans un dossier de conflit de titre de propriété d’un important patrimoine immobilier à caractère éducatif et social, au village Selo, dans le territoire de Kasangulu, dans la province du Kongo central. Papa Akhy, Christophe Mbedi et Claudia Doron-Zahner, fondatrice de River of Hope, sont des anciens camarades qui ont travaillé pour et dans Ciperfoot. Mais ils sont, le premier contre les deux autres, opposés dans une âpre affaire judiciaire depuis 2017, quand Christophe et Claudia avec leur avocat-conseil Josué Kasanda ont ravi le patrimoine de Ciperfoot.

Dans son appétit glouton de se voir vite confirmé comme propriétaire par le TGI, le représentant de River of Hope Suisse, Christophe Mbedi, a alors commis l’irréparable pour lequel il est aujourd’hui recherché par le Procureur Général de la République. Il se dérobe depuis la découverte de son acte en refusant de répondre aux nombreuses convocations du PGI.

Aperçu la semaine dernière à Matadi, il a de justesse échappé à son interpellation. Seul Me Josué Kasanda a été interpellé et cela a provoqué la colère des avocats présents à la cour d’Appel mais qui reprendront leurs esprits quand ils seront mis au courant de l’objet de l’interpellation.

Mbedi, quant à lui, demeure introuvable.

Selon des informations en notre possession, le Représentant-pays de l’ONG suisse River of Hope de Claudia Doron-Zahner, est habitué à jouer au mauvais citoyen en refusant de répondre aux convocations de la justice ou des services de l’Etat.

Quand il était encore enseignant au Lycée Don Bosco, il avait corrompu un groupe de policiers du sous-commissariat du quartier Sanga Mamba envoyés pour l’arrêter. Il était accusé au Sous-Ciat par un papa et une maman d’avoir systématiquement abusé sexuellement de leur fille mineure aux initiales V.P, à l’époque élève au Lycée Don Bosco. Mbedi avait aussitôt conclu un accord illégal avec la famille après avoir fait avorter la fille qui était tombée enceinte.

Dans cet accord, il s’engageait à prendre en charge les études universitaires de la fille VP.

Une autre démonstration du mauvais citoyen de Christophe Mbedi est de refuser de répondre aux convocations de la 2è direction chargée des cultes, établissements et associations d’utilité publique du ministère de la Justice. Là, il est attendu comme promoteur d’une association dont il posséderait une autorisation de fonctionner frauduleusement obtenue de ce ministère en 2018.

CongoProfond pense que ce dossier, pour son dénouement juste, mérite de recevoir toute l’attention possible de plusieurs autorités des différentes institutions de la RDC : le Président de la République pour le statut de Christophe Mbedi comme représentant d’une ONG étrangère qui ne peut fonctionner dans notre pays que moyennant un décret présidentiel d’après la loi sur les ASBL ; le ministère de justice pour le dossier de l’obtention frauduleuse de F92 et la corruption au greffe ; le service du Président de la République en charge de questions de violences sexuelles et le ministère de l’enseignement primaire, secondaire et technique pour le cas de viol sur mineure et élève de la part d’un enseignant ou éducateur. Le comité des parents des élèves de l’EP et de l’Institut Tala mosika du village Selo, au Kongo Central doivent ouvrir l’œil et le bon. Il doit en être ainsi pour l’autorité locale ou le chef coutumier de Selo.

CongoProfond est aussi convaincu que même la Suisse peut trouver un intérêt particulier à cette affaire car sa ressortissante et une ONG qui a son siège là-bas y sont aussi impliquées dans une certaine mesure.

Qu’elle soit l’œuvre d’une haute personnalité ou d’un citoyen ordinaire, tout fait de corruption cause la régression du pays. La justice doit s’y pencher sans atermoiements et sans complaisance. Qu’elle soit rendue au nom du peuple congolais.

 

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

À la Une

RDC : Le paradoxe Katumbi sur la guerre du M23 !

Published

on

Réagissant sur les affrontements actuels entre les FARDC et les rebelles du M23, le Président du parti Ensemble pour la République, Moïse Katumbi écrit ceci sur son compte twitter:

“Jamais la guerre n’apporte de solution. Face à la nouvelle épreuve que nous traversons, soyons tous unis. Tout mon soutien va aux #FARDC qui se battent avec courage face aux #M23 ! Le sort des milliers de nos compatriotes en détresse doit être notre toute première préoccupation.”

Un tweet qui a suscité plusieurs réactions en défaveur du candidat à l’élection Présidentielle de 2023.

Plusieurs internautes ont indiqué les incohérences contenues dans ce tweet:

D’un coté, l’ancien Gouverneur du Katanga déplore le fait que la guerre n’apporte pas des solutions. De l’autre, il encourage les FARDC à continuer la guerre contre les M23.

Si la guerre n’apporte pas la solution, Pourquoi continuez à se battre alors?

Et dire que Moïse Katumbi ne cite pas nommément le Rwanda comme soutien aux M23 n’arrange pas les choses pour celui qui vient de se réconcilier avec Joseph Kabila, son ancien ennemi.

Il est aussi un fait que Moïse Katumbi n’a jamais encouragé les consultations de Nairobi qui avaient pour but de rechercher la paix avec les groupes armés opérant à l’Est de notre pays.

À l’heure où tous les Congolais devraient parler d’une même voix pour soutenir ce énième combat contre le Rwanda et ses suppôts, les propos de Moïse Katumbi sonnent comme un aveu d’échec et de découragement…

Ce tweet aurait pu être évité !

Bishop Mfundu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising

K-WA Advertising