Connect with us

À la Une

Contestation contre Tommy Tambwe à la tête du PDDRCS : la LUCHA rejoint la Société civile/Nord-Kivu

Published

on

En collaboration avec des militants du mouvement citoyen Lutte pour le Changement (LUCHA), la Société civile du Nord-Kivu a manifesté, ce jeudi 14 Octobre 2021 à Goma, pour exiger la démission du Coordonnateur du Programme de Désarmement, Démobilisation, Relèvement Communautaire et Stabilisation (P-DDRC-S), Tommy Thambwe. Cette manifestation s’est déroulée devant l’Hôtel où se tient, depuis quelques jours, des consultations entre le Coordonnateur du P-DDRC-S et plusieurs couches sociales impliquées dans le Programme.

Pour la Coordination provinciale de la Société Civile du Nord-Kivu et la LUCHA, la nomination de Tommy Tambwe ne passe pas. Ces structures rappellent que l’actuel Coordonnateur est également candidat à la démobilisation comme tous les autres en tant que membre actif des rebellions qui ont endeuillé le Congo et l’Est spécialement.
« Nous avons été désagréablement déçus de constater que ce programme a été confié à celui qui devait aussi en bénéficier et nous nous disons que cela est paradoxal. On a pensé à Monsieur Tommy Tambwe qui est un ancien du M23 et qui devait être parmi les bénéficiaires du programme et c’est pourquoi nous avons dit qu’on a renversé la pyramide et nous ne sommes pas convaincus par cette démarche qui ne va pas faciliter la reddition des groupes armés et qui risque de bloquer le processus pour qu’on revienne encore à la case de départ», déclare Placide Nzilamba, acteur de la Société Civile du Nord-Kivu.

Nzilamba annonce que toutes ces actions et manifestations non violentes visent à éveiller la bonne foi du Président de la République qui pourra agir dans le bon sens pour contraindre Tommy Tambwe à démissionner de ce poste afin de donner la chance à ce programme d’évoluer.

« A cause d’un individu, nous ne pouvons pas gâcher la vie de toute cette population congolaise qui s’étend dans la province du Tanganyika jusqu’en Ituri et que donc lui-même en tant que fils de ce pays devait se sentir libre de démissionner de ce poste pour donner la chance à ce programme de répondre aux besoins favorables de nos communautés », ajoute-t-il.

A en croire ce dernier, la personne favorable à ce poste reste celle n’ayant pas participer de près ou de loin dans des conflits armés ou contribué à la criminalité dans la partie Est du pays.
« Pour que d’abord on ait la foi et la confiance en lui, il faut qu’il passe par ce programme. Il n’est pas passé par ce processus DDRCS. Il s’est retrouvé sur le territoire national on ne sait pas par quelle magie. Pour que nous puissions avoir confiance en lui et qu’on sache que l’Etat a investi dans lui pour qu’il redevienne un homme apte à servir son pays, il faut qu’il passe par ce programme. Il a appartenu à un groupe armé. Ce n’est pas un acharnement, c’est une question de principe. Si aujourd’hui nous sommes incapables de faire face à la question de l’insécurité et la question de paix dans la partie Est, c’est parce que nous avons inclus les déstabilisateurs dans la résolution de cette crise », insiste la Société Civile.

Signalons qu’en dépit de toutes ces actions de contestations, Tommy Tambwe séjourne encore au Nord-Kivu où , en sa qualité de coordonnateur du PDDRCS, il mène des consultations avec différentes couches sociales pour expliquer le bien-fondé et les piliers de son programme dans la communauté.

Quid de la participation de la société civile dans ces consultations ?

Qu’adviendra-t-il si la Société civile ne participait pas à ces consultations ?

Les analystes indépendants restent dubitatifs quant à la réussite de ce programme et appellent tous les acteurs au calme.

Franck Kaky/ CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Transition écologique et du développement durable : Marie-Pascale Malanda et l’ACTEDD ouvrent le débat public national ce vendredi 30 septembre

Published

on

L’Agence congolaise de la transition écologique et du développement durable (ACTEDD) annonce la tenue, le 30 septembre 2022 à Kinshasa/Gombe, de sa première conférence de presse.

Cette rencontre avec les chevaliers de la plume et du micro sera consacrée à la transition énergétique et au positionnement de la République démocratique du Congo dans cet enjeu planétaire.

A en croire sa coordinatrice Marie-Pascale Malanda, pour ce premier rendez-vous avec la presse, l’objectif poursuivi par ACTEDD est la mise à niveau des médias sur les enjeux énergétiques et climatiques, lesquels ont une dynamique internationale forte pour un « Pays-Solution» comme le nôtre.  » Voilà pourquoi, ACTEDD veut lancer et conduire le débat public national sur des questions aussi fondamentales en commençant par la mobilisation des médias, compte tenu de leur rôle crucial dans la diffusion de l’information et du renforcement des connaissances », a-t-elle martelé.

Pour rappel, l’Agence Congolaise de la Transition Ecologique et du Developpement Durable ( A.C.T.E.D.D) est un service spécialisé de la Présidence de la République mise en place par l’ordonnance n° 20/013 du 28 février 2020.

Elle a pour mission de concevoir, de coordonner et d’implémenter les politiques publiques nationales relatives à la transition écologique en République Démocratique du Congo. Elle est chargée d’étudier, d’analyser et évaluer toutes les questions qui lui sont soumises par le Président de la République en rapport avec la transition écologique et le développement durable. L’Agence comprend le Comité de pilotage et la Coordination.

Ses membres sont nommés par odronnances n° 20/021 du 06 avril 2020.

Il s’agit de :

1. Madame Marie-Pascal MALANDA DIATUKA, Coordonnateur
2. Monsieur Jean de Dieu MINENGU MAYULU, Cordonnateur Adjoint

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising